Le drapeau rouge est hissé :

Baignade toujours interdite dans le lagon


Publié / Actualisé
Ce lundi 17 mars 2014, la baignade est toujours interdite que ce soit à l'Ermitage, ou à la Saline. Des poissons de toutes sortes ont été retrouvés morts dans l'eau ou sur le sable. Par mesure de précaution, cette hécatombe a entraîné samedi la levée du drapeau rouge. Pour l'instant, l'origine de ce phénomène est toujours inexpliqué. Pour la réserve marine, l'hypothèse de la température de l'eau trop élevée n'est pas plausible. "Les scientifiques se concentrent davantage sur un problème bactérien", indique Fabienne Couapel-Sauret, vice-présidente de la région. Les résultats des analyses sont attendus à partir de mardi pour déterminer ce qui a entrainé cette surmortalité dans le lagon.
Ce lundi 17 mars 2014, la baignade est toujours interdite que ce soit à l'Ermitage, ou à la Saline. Des poissons de toutes sortes ont été retrouvés morts dans l'eau ou sur le sable. Par mesure de précaution, cette hécatombe a entraîné samedi la levée du drapeau rouge. Pour l'instant, l'origine de ce phénomène est toujours inexpliqué. Pour la réserve marine, l'hypothèse de la température de l'eau trop élevée n'est pas plausible. "Les scientifiques se concentrent davantage sur un problème bactérien", indique Fabienne Couapel-Sauret, vice-présidente de la région. Les résultats des analyses sont attendus à partir de mardi pour déterminer ce qui a entrainé cette surmortalité dans le lagon.

Alors que les premiers poissons morts ont été signalés samedi, la cause de cette mortalité soudaine n'est toujours pas expliquée ce lundi. Pour Fabienne Couapel-Sauret, la mobilisation de l'Etat est à mettre en cause : "il y a eu un manque de réactivité, une fois de plus. La Réunion est perturbée par un épisode difficile, et il appartient à l’Etat et aux services de l’Etat de prendre des mesures efficaces et rapides." La vice-présidente au conseil régional souhaite "une meilleure gestion et une meilleure réactivité des services de l’Etat sur ce type de risques qui existent à la Réunion."
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !