Elections européennes :

La Réunion, locomotive des suffrages ultramarins


Publié / Actualisé
Le dimanche 25 mai 2014, les électeurs réunionnais seront de nouveau appelés aux urnes afin d'élire les trois députés ultramarins que compte le parlement de Strasbourg. Si ce scrutin mobilise rarement les foules, il recouvre pourtant des enjeux d'importance pour les départements d'Outre-mer. De quoi en théorie intéresser la population, d'autant que la plupart des listes ultramarines sont conduites par des candidats réunionnais.
Le dimanche 25 mai 2014, les électeurs réunionnais seront de nouveau appelés aux urnes afin d'élire les trois députés ultramarins que compte le parlement de Strasbourg. Si ce scrutin mobilise rarement les foules, il recouvre pourtant des enjeux d'importance pour les départements d'Outre-mer. De quoi en théorie intéresser la population, d'autant que la plupart des listes ultramarines sont conduites par des candidats réunionnais.

Strasbourg, ce n’est pas la porte à côté. Mais c’est là, au parlement européen, que sont débattues nombre de questions influençant directement la vie, le quotidien des ultramarins et des Réunionnais en particulier. Certes, les Outre-mer dans leur ensemble ne bénéficient " que " de trois représentants sur un total de 751 députés. Mais cela demeure un espace pour porter la voix de ces populations éloignées.

Après une campagne passionnelle dans l’île à l’occasion des élections municipales, l’intérêt des électeurs ne devrait toutefois pas être du même ordre pour cette échéance européenne, un scrutin traditionnellement peu mobilisateur, encore méconnu et parfois difficilement compréhensible. Il faut dire que le déroulement est assez particuliers dans les outre-mer.

Ce dimanche 25 mai, cette élection se déroulera selon un scrutin de listes à la représentation proportionnelle à un tour. Aucun panachage n’est autorisé, les électeurs ne pouvant donc pas rayer de nom, ni changer l’ordre de la liste. Les sièges seront ensuite répartis entre les listes ayant obtenu au moins 5 %. La France dispose de 74 des 751 sièges, derrière l’Allemagne (96) et juste devant le Royaume-Uni (73) et l’Italie (73). Le territoire national est divisé en huit circonscriptions.

Les Réunionnais votent dans celle des Outre-mer, qui regroupe les régions de Guadeloupe, de Martinique et de la Guyane ainsi que des territoires comme Saint-Pierre-et-Miquelon ou Wallis-et-Futuna. Ce grand électorat d'environ 1,5 million d'inscrits vote pour une liste comportant au moins un candidat des sections Atlantique, océan Indien et Pacifique.

Depuis 2009, les Outre-mer se retrouvent avec un député de chaque section, quelle que soit la tête de liste choisie au départ. Cette mesure permet d'éviter de revivre la situation de 2004 où trois élus européens sur trois étaient Réunionnais. Il s'agissait alors de Jean-Claude Fruteau, Margie Sudre, et Paul Vergès. Il faut dire que fort de plus de 600 000 électeurs, La Réunion est la locomotive de ces élections dans la circonscription ultramarine.

Cette situation se vérifie en 2014, vu le nombre de têtes de listes réunionnaises : Philippe Leconstant (PS), Marie-Luce Brasier-Clain (FN), Yvette Duchemann (EELV), Younouss Omarjee (PC)… Hugues Maillot est la dernière en date. Le candidat de Debout la République sera d'ailleurs rejoint à partir de jeudi sur notre île par Nicolas Dupont-Aignan. La campagne des européennes est bien lancée.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !