Il conteste un avertissement et une "proposition de mutation" :

Le procureur Muller contre-attaque


Publié / Actualisé
Faisant l'objet d'une "proposition de mutation" de la part de la chancellerie, mais aussi d'un avertissement de la part du procureur général Claude Laplaud, le procureur de la République de Saint-Denis, Philippe Muller, va contester ces deux procédures. C'est ce qu'a annoncé son avocat maître Djalil Gangate ce vendredi 9 mai 2014. "Nous allons saisir le conseil d'Etat pour contester l'avertissement et nous comptons bien faire valoir nos arguments pour que le conseil supérieur de la magistrature ne donne pas un avis favorable à la mutation de M. Muller qui ne nous paraît pas justifiée", a-t-il notamment affirmé.
Faisant l'objet d'une "proposition de mutation" de la part de la chancellerie, mais aussi d'un avertissement de la part du procureur général Claude Laplaud, le procureur de la République de Saint-Denis, Philippe Muller, va contester ces deux procédures. C'est ce qu'a annoncé son avocat maître Djalil Gangate ce vendredi 9 mai 2014. "Nous allons saisir le conseil d'Etat pour contester l'avertissement et nous comptons bien faire valoir nos arguments pour que le conseil supérieur de la magistrature ne donne pas un avis favorable à la mutation de M. Muller qui ne nous paraît pas justifiée", a-t-il notamment affirmé.

C’est un double bras de fer que vient d’entamer Philippe Muller ce vendredi 9 mai : avec le procureur général Claude Laplaud tout d’abord, qui vient de lui adresser un avertissement, mais aussi avec la chancellerie, qui l’a informé d’une "proposition de mutation" à la cour d’appel de Grenoble. Deux procédures dans lesquelles le procureur de la République de Saint-Denis entend bien faire valoir ses droits, comme l’a indiqué ce vendredi son avocat maître Djalil Gangate.

"M. Muller n’est pas muté, comme j’ai pu le lire dans la presse", a d’abord tenu à préciser ce dernier. "Il fait l’objet non pas d’une mutation, mais d’une proposition de mutation, qui sera transmise au conseil supérieur de la magistrature, lequel émettra un avis qui sera ensuite transmis par les voies compétentes pour qu’éventuellement le président de la République prenne un décret dans ce sens ou pas", a-t-il expliqué.

Le 19 mars dernier, Imaz Press évoquait déjà la possibilité d’une "mutation dans l’intérêt du service" afin de mettre un terme aux tensions régnant depuis plusieurs mois au sein du parquet de Saint-Denis. C’est donc bien cette voie qui a été choisie par la chancellerie, mais d’une manière qui a "choqué" maître Gangate.

"Il y a eu des alertes. Le CHSCT avait été saisi d’une première alerte, rien n’a été vérifié car il n’y a eu aucune enquête diligentée à l’époque. On convoque aujourd’hui M. Muller à Paris, il a un entretien de quelques minutes avec le directeur et on lui notifie la décision qui a été prise, c’est-à-dire la proposition de mutation sur la cour d’appel de Grenoble", a détaillé l’avocat. Et de poursuivre : "Alors qu’il avait demandé s’il était nécessaire d’être assisté par un conseil, on lui a répondu que ce n’était pas la peine, qu’il s’agissait de faire le point sur la situation administrative de son parquet. En aucune manière on lui avait dit qu’il s’agissait de lui notifier une telle décision qui, même si elle n’est pas disciplinaire, impacte et sa carrière et sa vie. Je crois que c’est un procédé qui n’est pas acceptable."

"Depuis qu'il a été nommé, les affaires sortent"

Philippe Muller et ses conseils vont donc tout faire pour que cette "proposition de mutation" n’aboutisse pas, maître Gangate présentant déjà quelques arguments : "C’est le plus gros parquet d’outre-mer, on ne nomme pas n’importe qui à un parquet pareil (...) Il a été nommé à La Réunion et depuis le parquet fonctionne, les affaires sortent mieux, les audiences se tiennent de façon plus courte, les affaires sont traitées dans des délais raisonnables." Et d’espérer que "le conseil supérieur de la magistrature n’émettra pas un avis favorable" à cette mutation.

Le climat est donc plus que jamais délétère au parquet dionysien, où les magistrats doivent se positionner entre les "pro-Muller" ou les "anti-Muller". Ces derniers auront de plus le soutien du procureur général Claude Laplaud, qui vient d’adresser un avertissement au procureur de Saint-Denis. Philippe Muller "était à Paris lorsque cette décision a été notifiée par lettre recommandée, il l’a donc découverte ce matin", a confié maître Gangate ce vendredi, embrayant de suite : "Evidemment nous allons contester cette décision devant les juridictions compétentes, j’ai déjà transmis le dossier à un confrère à Paris au conseil d’Etat pour pouvoir traiter ce dossier le plus rapidement possible."

La guerre semble bel et bien déclarée et c’est à Paris désormais que va se décider l’avenir du parquet de Saint-Denis et du procureur Muller, qui n’est pas du genre à renoncer. "Nous nous battrons à ses côtés pour que la justice soit rendue", a insisté son avocat ce vendredi, rapportant que "M. Muller n’est pas seul dans ce combat, il est soutenu par divers magistrats, par diverses personnes et évidemment par son syndicat Force ouvrière".

Depuis quelques jours, le collectif Éveil Citoyen 974 ainsi que de nombreuses associations de justiciables réunionnais se sont prononcés pour le maintien de Philippe Muller. Mais pour eux comme pour l’intéressé, le bras de fer ne fait que commencer.

www.ipreunion.com

   

10 Commentaire(s)

Bof , depuis son mobile, Posté
Je ne savais pas que (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com) par la voix de son maitre ROi des fdivers etait le porte parole du parquet général surement un manque d'info de monsieur muller !!!!
Le tang, depuis son mobile, Posté
Imaz press va se faire demonter par (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com) dit le tangue attention a vous les gars 30 ans de fait div derriere lui !!!!!
Che, Posté
Un magistrat du parquet ça représente et ça défend la société, sinon ça ferme sa gueule ou ça démissionne
Thémis, Posté
Trop drôle la photo, ça veut dire que Philippe Muller n'a pas dit son dernier mot ? En tout j'espère, sinon ça voudrait dire qu'on vit dans une république bananière où les pov magistrats ne supportent pas que leur chef leur rappelle qu'ils doivent bosser pour une bonne administration de la justice dans le respect des intérets des justiciables, pas des leurs.....
Taubira, Posté
Heureusement qu'il est copain avec Taubira (ptdr)... sinon on lui aurait fait quoi ? pendu haut et court ?
Sin 2ni dabor, Posté
Tout ça n'est qu'un mauvais film ...
Qu’un magistrat soit syndiqué pose déjà un problème au regard de la neutralité dont il se doit de faire preuve . . .
“ Certes, on est toujours le con de quelqu’un “
Il dit la vérité, il doit être exécuté, Posté
Le premier qui dit se trouve toujours sacrifié
D'abord on le tue
Puis on s'habitue
On lui coupe la langue, on le dit fou à lier
Après sans problèmes
Parle le deuxième
Le premier qui dit la vérité
Il doit être exécuté.
Guy Béart "La vérité"
Miquel, Posté
On en 2014, en France, sous un gouvernement socialiste et la chasse aux sorcières existe toujours... Pincez-moi, je suis certain que je cauchemarde !!!!!!!
Plastiko, Posté
Tout à fait d'accord et du même avis que "Justiciable"
Cet acharnement doit prendre sa source dans une crainte de voir M. Muller déterrer de sombres affaires de gros sous et autres malversations, en relation plus ou moins directe avec des gens "trop" proches de l'état...
Justiciable, Posté
Mais qui donc le procureur Muller dérange-t-il à ce point ? Je ne le connais pas, mais un tel acharnement contre lui me le rend sympathique
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)