Une baisse de 11 % au premier trimestre 2014 :

La fréquentation hôtelière en chute libre


Publié / Actualisé
Avec 182 300 nuitées, le taux de fréquentation hôtelière à La Réunion a reculé de 11 % au premier trimestre 2014 par rapport à celui de 2013, indique l'Insee ce mardi 27 mai 2014. Une chute particulièrement nette lors d'un mois de janvier (-15 %) marqué par le passage du cyclone Bejisa, mais valable pour les trois mois premiers mois de l'année. Si l'Ouest a été plus touché, aucune région de l'île n'a été épargnée par cette baisse de fréquentation.
Avec 182 300 nuitées, le taux de fréquentation hôtelière à La Réunion a reculé de 11 % au premier trimestre 2014 par rapport à celui de 2013, indique l'Insee ce mardi 27 mai 2014. Une chute particulièrement nette lors d'un mois de janvier (-15 %) marqué par le passage du cyclone Bejisa, mais valable pour les trois mois premiers mois de l'année. Si l'Ouest a été plus touché, aucune région de l'île n'a été épargnée par cette baisse de fréquentation.

Voilà encore un signal négatif sur l'état du tourisme à La Réunion. Le recul de la fréquentation hôtelière lors du premier trimestre 2014 (- 11 % en moyenne, -15 % pour le seul mois de janvier) est en effet loin d'être anodin. Si l'Insee note que le cyclone Bejisa - passé tout près de La Réunion le 2 janvier - "a pu perturber l’activité", l'institut de la statistique précise que "janvier 2013 avait également été touché par le cyclone Dumile".

Bejisa ne peut donc tout expliquer, la chute se poursuivant d'ailleurs en février et en mars. La fréquentation a diminué et ce dans toutes les catégories d’hôtels. Cette baisse est cependant plus marquée dans les 3 étoiles (- 14 %) mais les hôtels de 1 ou 2 étoiles ne se portent pas mieux avec une diminution de 12 %.

L’Insee rapporte également que la région Ouest de l'île a été la plus touchée, la fréquentation y reculant de 15 % contre - 5 % dans le Nord-Est et - 3 % dans le Sud.

Le taux d’occupation diminue de 4 points par rapport au premier trimestre 2013 et atteint les 58 %. Ce recul résulte de la baisse du nombre de chambres occupées (- 7 %), compensée en partie par un retrait de -1 % de l’offre de chambres. Le taux d’occupation recule fortement dans les hôtels de l’Ouest (- 8 points) tandis qu’il est relativement stable pour les hôtels du Nord-Est et du Sud, respectivement + 1 point et - 1 point.

Pour rappel, le  mardi 22 avril 2014, l'Insee a publié les chiffres sans équivoque de la fréquentation touristique : 416 000 touristes en 2013, soit un recul de 6,8 % et un retour au niveau des années 2009-2010. Jacqueline Farreyrol avait démissionné de son poste de présidente de l'IRT (Ile de La Réunion Tourisme) à la suite de la publication de ces mauvais chiffres. Elle a été remplacée par Patrick Serveaux.

www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Yableshauts , depuis son mobile, Posté
normale les touristes i boude, les prix est exorbitant , et la restauration si on a pas 150 par jour on déjeune pas ,nous faisons une comparaison avec Maurice,il nous revient moins chère ,on a le voyage pension complète , l'accueil ,Irt à du travail , revoir les prix des hôtels ....
Ru Do, Posté
Bonjour,

L'IRT, certes, à une part de responsabilité dans cette baisse : mauvaise campagne de com., pas assez d'outils mis en place pour les professionnels locaux, aucune éducation de la population réunionnaise, aucun évènement 100% IRT.... Mais une grosse part vient aussi des professionnels locaux et plus spécifiquement à l'offre locale. En effet, quand on voit le prix demandé pour le faible niveau de prestation, il ne faut pas s'étonner que le touriste ne vienne plus dans ces strucutures et privilégiera de plus en plus l'habitant, les gites etc.....
J'estime que vu le niveau des prix exercés et la qualité des différentes prestations, il faudrait retirer au minimum 2 étoiles sur tout le parc hotelier tellement que c'est peu attrayant....
La rédactrice, Posté
Bonjour,

Des mesures ont été prises.

Les politiques ne sont pas des magiciens capables de refaire le monde en un coup de baguette magique.

Dans ce cas, attendons les effets escomptés !
La rédactrice, Posté
Bonjour,

Les politiques ne sont pas des magiciens.
Ils ne peuvent pas refaire le monde en un coup de baguette.

Des mesures ont été prises.
Les effets escomptés se répercuteront dans les mois à venir !