NRL : Paul Vergès réaffirme son opposition au chantier :

"On est en pleine irresponsabilité"


Publié / Actualisé
Alors que la Région Réunion organise à partir de ce mardi 25 juin 2014 une conférence internationale sur le climat, Paul Vergès a convié la presse pour exposer son point de vue sur l'avenir de La Réunion. L'occasion pour le sénateur de réaffirmer son opposition à la Nouvelle route littoral. Pour l'élu, sa construction est une contradiction écologique.
Alors que la Région Réunion organise à partir de ce mardi 25 juin 2014 une conférence internationale sur le climat, Paul Vergès a convié la presse pour exposer son point de vue sur l'avenir de La Réunion. L'occasion pour le sénateur de réaffirmer son opposition à la Nouvelle route littoral. Pour l'élu, sa construction est une contradiction écologique.

La Réunion accueille ce mardi la conférence internationale climat-énergie. L’occasion pour la Région Réunion d’affirmer son engagement sur le terrain de l’environnement, en compagnie de Nicolas Hulot et de Mélanie Laurent. Mais pour Paul Vergès, cette grande messe de l’écologie est une "contradiction incroyable" de la majorité du conseil régional.

"Dans le même temps, on fait passer au schéma d’aménagement régional un projet de raffinerie à La Réunion pour importer du fioul et du pétrole", déplore le sénateur. Mais pour l’élu, le plus grand paradoxe reste la construction de la Nouvelle route du littoral.

"On fait un viaduc et une digue pour s’appuyer sur six couloirs en mer, alors qu’en même temps on discute environnement. On est en pleine irresponsabilité. Le problème, c’est que la Région veut démarrer cette énormité le plus vite possible", soupire l’élu.

Paris accueillera d’ailleurs en 2015 l’une des plus importantes conférences environnementales, au même titre que celle de Kyoto en 1997. Selon Paul Vergès, un scandale de révélation s’y prépare : "quand tous les délégués auront le dossier de la NRL, ils se demanderont comment Paris souhaite défendre la biodiversité tout en faisant le contraire à La Réunion dans le même temps.  Tout montre qu'on va vers la catastrophe."

Nicolas Hulot, l’une des personnalités invitée à La Réunion pour la conférence climat-énergie, a d’ailleurs montré ses réserves sur la construction de la NRL. "Il dit ne pas connaître tous les détails du projet et affirme qu’il faut à tout prix exposer les points de vue contradictoires. Cela donne au moins 6 mois, voire un an de concertation. C’est un homme de sagesse qui a parlé", commente le parlementaire.

De son côté, le gouvernement ne souhaite pas remettre en cause la Nouvelle route du littoral. Interpellée en avril, George Pau-Langevin avait assuré qu'il est hors de question d'annuler le chantier. "Revenir en arrière ne me semble pas quelque chose de possible", avait alors déclaré l'élue guadeloupéenne. "L’erreur est humaine, persévérer dans son erreur est diabolique", souligne Paul Vergès.

www.ipreunion.com

   

8 Commentaire(s)

Merle blanc , Posté
Et dire qu'il voulu la même chose, mais le problème c'est qu'il n'eut pas la capacité pour finaliser.... Approche trop complexe peut être ?
Un demi siècle de mandat à Monsieur, vous comprenez qu'il peut mal vivre une telle démonstration du président Robert...
Je suis à la recherche d'un merle blanc....mdr
Kiwi, Posté
J'ai lu un article récemment dont le sujet était les commentaires sur internet et le fait que beaucoup de sites supprimaient cette possibilité car ils ruinaient les articles mais aussi car la lecture d'un seul de ces commentaires suffisait à perdre foi en l'humanité. Voilà ce que je ressens quand je lis ce qui est écrit ici, une nouvelle fois, de la part des habitués.
Zenfan la kour, Posté
Allez Mr Vergès, stop... arrêtez un peu de jouer les sages... Vous n'avez pas fait grand chose pour justifier ce rôle et votre actuelle agitation. Si ce n'est militer et amasser pour votre propre famille! Soyez raisonnable et ne faites pas ce que vous ne supportiez pas que l'on vous fasse... vous savez mieux que personne que la gestion d'une Région n'est pas chose aisée, admettez quand même que Mr D. Robert remue ciel et terre pour nos projets! Admettez que ce qui est diabolique c'est cette opposition systématique à tout ce qu'il fait ou dit... Arrêtons...
A nemesis, depuis son mobile, Posté
Il y a que toi qui te comprend kamarad
Repopol, depuis son mobile, Posté
Je t'ai reconnu némesis ton style est trop reconnaissable le jir te manque pas?
La rédactrice, Posté
Bonjour,

C'est son esprit revanchard qui l'anime !
Vous avez été évincé de la pyramide pour l'une des raisons suivante : les Réunionnais voulait Didier ROBERT en tant que Président de Région pour que cette NRL se fasse !

La majorité des Réunionnais qui se dressent devant ce nombre minime de détracteurs soutient ce chantier audacieux !
JORI, Posté
"Mossieur" Verges n'est pas content parce que son joujou (le tram train) n'a pas été réalisé!!

Comme vous le dites dans l'article le gouvernement a statué que nous n'étions plus à l'étape de projet mais de CHANTIER et qu'il veillera à ce qu'il aille jusqu'au bout!!!

Il y en a qui ont vraiment des problème d’ouïe, ou de vue!!! Faites-vous soigner les gars, ça craint!
Némésis, Posté
En matière d'erreur, Popaul sait de quoi il parle, que ce soit en matière de routes, de compagnie aérienne, ou d'orientation politique. Il a fait plus que persévérer, il s'est accroché et s'accroche encore, car le pouvoir, ça paye bien. La route des Tamarins a-t-elle moins porté atteinte à la biodiversité que la future NRL ? Ce serait bien surprenant, s'est-il moins trompé dans l'appréciation de son coût ? Pas évident non plus, si ce n'est que pour excuser son pharaonique dérapage, Popaul est allé à l'époque nous inventer un syndrome hollandais inspiré de la bulle spéculative qui avait flingué le marché de la tulipe au XVIIIe siècle… Si l'on s'était fondé, en métropole, sur les préventions d'une Alliance en déroute et revancharde, l'île de Ré serait dépourvue de pont, Millau idem, sans parler de la Normandie. Tout au plus pourrait-on envisager un pont d'Avignon bis, et continuer de jouer à la roulette russe en passant sur la route en corniche.