Mayotte - Mis en examen pour viol :

Le juge Hakim Karki remis en liberté


Publié / Actualisé
Hakim Karki a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter La Réunion. La décision a été prise ce jeudi soir 10 juillet 201 par la chambre de l'instruction de la cour d'Appel. Le juge d'instruction du tribunal de Grande instance de Mamoudzou (Mayotte) est mis en examen pour viol. Vers 19 heures 30 il s'est engouffré dans une voiture et a quitté le centre pénitentiaire le visage dissimulé par un vêtement. Il était incarcéré depuis le lundi 7 juillet à la prison de Domenjod. Sa détention provision a été décidée par la juge des libertés et de la détention alors que les trois juges d'instruction, siégeant en formation collégiale dans ce dossier, s'étaient prononcés pour une mise sous contrôle judiciaire. Le parquet avait demandé l'incarcération du magistrat.
Hakim Karki a été remis en liberté et placé sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter La Réunion. La décision a été prise ce jeudi soir 10 juillet 201 par la chambre de l'instruction de la cour d'Appel. Le juge d'instruction du tribunal de Grande instance de Mamoudzou (Mayotte) est mis en examen pour viol. Vers 19 heures 30 il s'est engouffré dans une voiture et a quitté le centre pénitentiaire le visage dissimulé par un vêtement. Il était incarcéré depuis le lundi 7 juillet à la prison de Domenjod. Sa détention provision a été décidée par la juge des libertés et de la détention alors que les trois juges d'instruction, siégeant en formation collégiale dans ce dossier, s'étaient prononcés pour une mise sous contrôle judiciaire. Le parquet avait demandé l'incarcération du magistrat.

Les faits supposés remontent à la nuit du mardi 1er juillet au mercredi 2 juillet et ont été dénoncés par une jeune femme d'une trentaine d'années. Après une soirée passée dans un restaurant de Mamoudzou, Hakim Karki serait rentré chez lui en compagnie de la plaignante. Elle affirme que le magistrat l'a ensuite violée. Selon le parquet "Mr  Karki,  sur lequel  ont  été  constatées de multiples  traces  de violences  et notamment  des  griffures,  reconnait  l’existence de  relations  sexuelles  empreintes  de violences, selon lui, demandées par la plaignante".  Cette  version des faits  "est formellement  contestée par la  victime" souligne la procureure adjointe, Emmanuelle Barre, dans un communiqué publié lundi 7 juillet à la suite de l'incarcération du juge de Mayotte.

L'affaire est instruite à La Réunion car le procureur de Mayotte, Joël Garrigue, s'est dessaisi de l'enquête, le mis en cause étant magistrat dans le même tribunal que lui. Les investigations ont donc été confiées au parquet de Saint-Denis de La Réunion, juridiction dont dépend le tribunal de Mayotte. Hakim Karki a été interrogé samedi de la semaine dernière et mis en garde-à-vue par trois policiers venus spécialement de La Réunion. Il a été transféré à La Réunion lundi matin. Les trois enquêteurs ont également entendue la plaignante mais aucune confrontation n'a été organisée entre elle et Hakim Karki. La jeune femme a quitté Mayotte pour la Métropole dimanche soir

Cette situation a provoqué le mécontentement de plusieurs avocats du barreau de Mayotte. Dans une motion rendue publique ce jeudi à Mamoudzou, ils estiment que des "atteintes graves aux droits de la défense" ont été "perpétrées au cours de cette procédure" et regrettent " la précipitation avec laquelle la décision de déférer le magistrat a été prise, sans une enquête sérieuse et équilibrée", ainsi que de "l’absence", à leur connaissance, "de vérification de la crédibilité des propos de la plaignante".

À noter que le dossier devrait une nouvelle fois être dépaysé puisque "compte  tenu  des fonctions  exercées par Mr Karki  dans le  ressort de la  cour  d’appel  de Saint –Denis", le procureur général de Saint-Denis a sollicité dès  lundi le  dessaisissement   du  tribunal  de  grande  instance  de Saint-Denis  au profit  d’une autre juridiction, a priori en Métropole.

Cette affaire a laissé Mayotte sous le choc. Souvent surnommé "le chevalier blanc" de la justice, Hakim Karki instruisait plusieurs dossiers très sensibles. Ainsi il  était notamment chargé de l’instruction de l’affaire Roukia, du nom d'une jeune fille morte d'une ouverdose en 2011. Ce dossier à multiples rebondissements met en cause des membres des forces de l'ordre appartenant au groupe d’intervention régional (GIR) dans une affaire de trafic de drogue entre Mayotte et les Comores. Plusieurs tentatives pour tenter de dessaisir Hakim Karki de ces dossiers n'ont pas abouti.

À noter que le 16 juin dernier, le magistrat avait été convoqué par le premier président de la cour d'appel de Saint-Denis afin de s'expliquer  suite à une plainte d'un avocat l'accusant de "propos déplacés lors d'une audition." Du coup à Mayotte certains observateurs n'hésitent pas à parler d'un complot visant à écarter définitivement un personnage jugé génant. Pour sa part, dans son communiqué, le parquet de Saint-Denis "rappelle qu’à ce stade de la procédure, M. Hakim Karki bénéficie, comme toute personne mise en examen, de la présomption d’innocence".

www.ipreunion.com

   

6 Commentaire(s)

Beatrice, Posté
Muller procureur de la République pour la Réunion hakim juge d'instruction pour Mayotte

Vote du peuple, la justice au nom du peuple pour le peuple ,Alors il est ou le problème
Kontz, Posté
Connaissant le juge personnellement, je ne peux m'empêcher de penser,comme par hasard, que cette affaire tombe à point nommé pour se débarrasser d'un juge intègre et ne pliant pas sous les pressions.
Il en ressortira blanchi mais le mal est fait. Je ne pensais pas que cela puisse arriver chez nous. J'ai comme le sentiment d'être dans une république bananière. Courage Hakim.
Mohamed metro maho, Posté
Que la maman de Roukia se rassure la justice Francaise est la même qu'elle que soit le juge. Un autre juge viendra et continuera le travail. Pour autant, si le juge Karki doit être traité conformément à la loi il faut savoir que sous son impulsion les membres du Gir notament n'ont pas eu e droit. En effet, ces personnes travaillaient avec ce juge, il ne s'est pas comme la loi le stipule dessaisit, les enquêteurs sur cette affaire doivent être des enquêteur des services spécialisés gendarmerie ou police ce n'est pas le cas, à de multiples reprises il y a eu violation du secret de l instruction.... Et j'en passe....

Beaucoup de personnes devraient prendre un peu de recul et reconnaître quelques soient les faits que ces policiers ou gendarmes ne sont pas traité avec équité. Ca pue le règlement de compte d'arrière cours.... C'est aussi pour cette raison que le juge tenait tant à ce dossier, son homologue Réunionnais se serait peut être rendu compte "du flou", "du vide" du règlement de compte....

Si les membres du Gir dans ce dossier, que l'on dit imminent depuis octobre 2013, étaient aussi coupable que la presse l'a fait avalé à l'opinion public; ils seraient depuis longtemps en prison. Aujourd hui on peut lire ici ou là qu'avant d'être juge d'instruction (depuis 2008 environs) ce monsieur travaillait pour les renseignements militaires spécialité "manipulation de l'opinion". En admettant que ces journalistes soient bien informés. Si les membres du Gir sont innocents reconnaissons que l'opinion de la population via le vecteur "presse et média" que cet homme a un réel talent dans l'exercice de son ancienne fonction.

A ce titre, vu les fuites dans la presse, vu la patte blanche que le juge a montré il n'y a que les journalistes qui savent si ce monsieur avait ou non des prédispositions pour le mensonge. Aujourd hui alors que deux versions s'affrontent en âme et conscience leur témoignage pourrait ou non infirmer ou confirmer des soupcons des plus graves.... Si l'homme est un adepte du mensonge (ou oublis maladroit) en avoir connaissance et ne pas le révéler à la justice est quelque part cautionner ses actes. Ca rien que d y penser le matin en se regardant dans la glace ça doit pas être facile à vivre....
René A, Posté
trop de mal a la justice
Citoyen Réunionnais, Posté
Cette affaire a laissé Mayotte sous le choc. Souvent surnommé "le chevalier blanc" de la justice, Hakim Karki instruisait plusieurs dossiers très sensibles. Comme notre procureur Muller mais n a pas eu la chance de soutien ouvert au bon moment
Jacques, Posté
le mal est fait, il est dessaisi. bien joué.