Le candidat à la présidence de l'UDI est de retour à La Réunion :

Yves Jégo : "J'apporterai des solutions"


Publié / Actualisé
Deux mois après son dernier passage, Yves Jégo est revenu à La Réunion ce samedi 13 septembre 2014. Le président par intérim de l'UDI est toujours en campagne pour prendre la présidence du parti centriste. A cette occasion, un meeting a été organisé à Saint-André en présence de Nassimah Dindar, Jean-Paul Virapoullé, Stéphane Fouassin ou encore Mario Lechat. Pour le député de Seine-et-Marne, accueilli par environ 500 militants, l'UDI doit devenir la première force politique en France et à La Réunion.
Deux mois après son dernier passage, Yves Jégo est revenu à La Réunion ce samedi 13 septembre 2014. Le président par intérim de l'UDI est toujours en campagne pour prendre la présidence du parti centriste. A cette occasion, un meeting a été organisé à Saint-André en présence de Nassimah Dindar, Jean-Paul Virapoullé, Stéphane Fouassin ou encore Mario Lechat. Pour le député de Seine-et-Marne, accueilli par environ 500 militants, l'UDI doit devenir la première force politique en France et à La Réunion.

Deux mois après votre dernière visite, vous êtes de retour à La Réunion. Mais le contexte national a bien changé...

C'est le gouvernement qui bouleverse la France actuellement. Les affaires privées donnent une image d'effondrement moral de la république qui est dramatique. Au fond, c'est une perte de confiance à laquelle on assiste. L'avenir du pays n'est pas lisible, le président de la république est incapable de dessiner un cap. Chaque jour amène son lot de démoralisation. Cela me laisse pantois et cela nous oblige à définir un projet nouveau.

Quel rôle doit jouer l'UDI ?

Les Français ne veulent plus de la gauche qui échoue et ils ne retrouveront pas confiance en la droite qui les a déçus. Le centre, que nous représentons, est le chemin d'avenir. C'est à nous, l'UDI, de le bâtir. Il faut mettre un projet politique et développer nos propositions pour la métropole et pour l'outre-mer. Les Français attendent un espoir et il n'y a que l'UDI qui peut le porter.

Quelles sont vos propositions ?

J'apporterai des solutions sur le coeur des difficultés des Réunionnais, c'est-à-dire l'activité économique, l'emploi. Il faut procéder à une révolution fiscale, supprimer les impôts qui entravent la création d'activité dans les départements et régions d'outre-mer. Il faut aller vers une économie compétitive avec une taxe unique qui permettra d'attirer de nouvelles activités économiques. Le pari que nous voulons faire pour l'outre-mer ce n'est pas celui du transfert social. L'UDI va travailler sur un projet en 2015 avec un chapitre outre-mer très audacieux, très ambitieux et qui sera porté ici par des gens qui ont envie de retrouver espoir.

Au niveau local, êtes-vous intervenu au sujet du recrutement de Cyrille Hamilcaro ?

J'ai un principe en tant que président potentiel de l'UDI : Paris doit s'occuper de l'essentiel et il faut laisser l'autonomie aux territoires pour s'occuper des territoires. L'UDI n'est pas concernée par cette affaire, mais ce sont les maires. C'est à eux de choisir ceux qu'ils embauchent ou non. Les acteurs de cette affaire doivent se regarder dans la glace pour voir s'ils donnent une image digne de la république ou pas. Moi,  je n'ai pas l'intention d'être un président de parti qui explique le bonheur aux territoires depuis Paris. Les questions locales seront gérés par des élus locaux.

En avez-vous tout de même touché quelques mots à Stéphane Fouassin ?

Si l'occasion m'en est donnée. Mais je ne porte pas de tutelle. Dans un pays bien fait et dans un monde bien fait, l'action politique doit se concentrer depuis l'échelon national sur l'essentiel, et qu'il faut donner beaucoup d'autonomie aux territoires pour adapter les choses. Ne me demandez pas en tant que candidat à la présidence d'un parti d'organiser aussi les associations de maire, cela dépasse largement ce qui semble être la chose publique.

Enfin, reviendrez-vous à nouveau à La Réunion ?

Je suis très content de revenir. J'étais venu il y a quelques semaines en disant que je reviendrai. Et je suis président de l'UDI, je prends un engagement : celui de venir tous les trimestres pour travailler avec les responsables de l'UDI. Quand j'étais ministre je venais tous les mois, si les militants me font confiance, je viendrai tous les trimestres. Cela me semble normal d'être tout le temps sur le terrain.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Yotte, Posté
QUAND CE MR ETAIT MINISTRE LE CHOMAGE N'EXISTAIT PAS A LA REUNION ?TOUJOURS LA DEMAGO...........
Surprise, Posté
On ne voit jamais qu'Yves Jégo... Il a bien constitué un tandem avec Chantal Jouanno, non ? Pourquoi occupe t-il seul le devant de la scène ??