Une petite centaine de personnes rassemblées à Champ Fleuri ce vendredi :

Unité et oecuménisme contre la barbarie et le terrorisme


Publié / Actualisé
Ce vendredi 26 septembre 2014, une petite centaine de personnes ont répondu à l'appel de Nassimah Dindar et d'Houssein Amode sur le parvis de droits de l'homme de Champ Fleuri pour dénoncer "les actes barbares des terroristes" suite à l'exécution de l'otage français Hervé Gourdel. Élus de tous bords, responsables religieux de divers confessions et dirigeants associatifs étaient réunis pour parler d'une seule voix et dénoncer les crimes et atrocités commises par l'Etat islamique.
Ce vendredi 26 septembre 2014, une petite centaine de personnes ont répondu à l'appel de Nassimah Dindar et d'Houssein Amode sur le parvis de droits de l'homme de Champ Fleuri pour dénoncer "les actes barbares des terroristes" suite à l'exécution de l'otage français Hervé Gourdel. Élus de tous bords, responsables religieux de divers confessions et dirigeants associatifs étaient réunis pour parler d'une seule voix et dénoncer les crimes et atrocités commises par l'Etat islamique.

Lancé la veille pour le lendemain, l’appel à la mobilisation de la présidente du conseil général et du président du conseil régional du culte musulman n’a pas pu réunir beaucoup plus d’une centaine de personnes sur le parvis des droits de l’homme de Champ Fleuri. Mais l’essentiel était davantage dans l’intention et le message que dans le nombre ce vendredi.

"Ce rassemblement est très important et indispensable, pour nous musulmans et pour les Réunionnais en général, afin de faire part de notre indignation et de notre condamnation d’un événement barbare", a souligné Houssein Amode, n’ayant pas de mots assez forts pour qualifier les actes de l’Etat islamique : "Ce sont des criminels, ils nous font revenir à la sauvagerie, à l’obscurantisme, et notre silence aurait été coupable."

Devant un parterre d’élus et sous quelques gouttes, de responsables religieux, de militants associatifs, le président du conseil régional du culte musulman a ouvert le bal à la tribune, suivi par la présidente de la ligue des Droits de l’homme Isnelle Gouljar, la présidente du conseil régional Nassimah Dindar, la vice-présidente de la Région Fabienne Couapel-Sauret, le sénateur Paul Vergès et l’évêque de La Réunion Monseigneur Aubry.

"Ce rassemblement est un geste politique des musulmans qui est important", a estimé de son côté Paul Vergès. "C’est la seule façon de faire en sorte que ceux qui appartiennent à cette église montrent qu’ils sont la masse réelle. On sait comment ça commence, mais combien de temps cela va durer ? C’est réconfortant que dans une petite île comme La Réunion, il y ait une telle réaction", a-t-il souligné.

"La République doit pouvoir dire que nous ne pouvons pas laisser l’intolérable s’exprimer", a quant à elle affirmé Nassimah Dindar, concluant son discours par une citation d’Albert Einstein : "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire."

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

Nicole, Posté
Une PETITE centaine c'est à dire la moitié si on soustrait ceux qui sont obligés d'être là : il y a un problème, et ce problème est peut-être la crédibilité largement entamée des personnes qui ont invité, la ficelle est peut être un peu grosse.