Le Quai d'Orsay recommande une vigilance accrue aux Comores :

Tourisme à Mayotte : les agences de voyage jouent la prudence


Publié / Actualisé
Le ministère des Affaires étrangères ayant placé les Comores parmi les pays à risque en raison de l'intervention militaire contre l'État islamique, la destination Mayotte, toute proche, s'attend à en pâtir. Si des premières annulations de voyage ont commencé à tomber, la plupart des agences métropolitaines se montrent rassurantes et affirment que l'île aux parfums "n'est pas devenue plus dangereuse du jour au lendemain". Tout en invitant les touristes à la prudence.
Le ministère des Affaires étrangères ayant placé les Comores parmi les pays à risque en raison de l'intervention militaire contre l'État islamique, la destination Mayotte, toute proche, s'attend à en pâtir. Si des premières annulations de voyage ont commencé à tomber, la plupart des agences métropolitaines se montrent rassurantes et affirment que l'île aux parfums "n'est pas devenue plus dangereuse du jour au lendemain". Tout en invitant les touristes à la prudence.

Mayotte fait-elle partie des Comores ? Au-delà de la question de souveraineté et de droit international se pose aujourd’hui la question du risque lié à l’intervention militaire française contre l’État islamique. Car depuis le conseil de guerre tenu par François Hollande le 25 septembre dernier, les Comores font partie des 40 pays où le Quai d’Orsay appelle les Français à "renforcer leur vigilance". Mais qu’en est-il du 101ème département français, qui appartient géographiquement à l’archipel ?

La distinction n’est pas toujours évidente pour les agences de voyage. "C’est vrai que c’est passé sous zone à risque", indique-t-on chez Bourbon Voyages, à Saint-Paul. "Mais nous n’avons reçu aucune contre-indication concernant Mayotte de la part du ministère", affirme-t-on. Le son de cloche est assez similaire en métropole : "C’est une zone placée en vigilance actuellement. Il y a un principe de précaution et de vigilance recommandé par le ministère. Cela concerne les Comores, mais aussi Mayotte par extension", répond-on à l’agence Havas de Dijon.

Du côté de l’île aux parfums, on s’inquiète donc légitimement des retombées sur la fréquentation touristique. Notamment depuis que "deux ressortissants syriens sont parvenus il y a quelques jours à atteindre les côtes mahoraises clandestinement par kwassas au nez et à la barbe des autorités", rappelle France Mayotte Matin. Mais aussi depuis que "quatre Comoriens membre d’Al-Qaïda sont en ce moment même jugés pour leurs exactions en Syrie", ajoute le journal mahorais.

Le raccourci est donc vite fait, même si aucune des agences de voyage interrogées par Imaz Press ne déconseille formellement de se rendre à Mayotte. "Le Quai d’Orsay a placé en vigilance tous les pays musulmans, il y a un amalgame. Mais s’il y avait vraiment un risque, nos correspondants à Mayotte nous le diraient, or ce n’est pas le cas", confie-t-on à l’agence saint-pauloise de Bourbon Voyages.

"Les gens ont peur et se posent des questions"

Comme à La Réunion, les agences métropolitaines se montrent elles aussi plutôt rassurantes. "C’est certes un département français à dominante musulmane, mais ce n’est pas devenu plus dangereux du jour au lendemain", estime-t-on à l’agence Nouvelles Frontières de Nantes. "On continue à proposer la destination et si on a eu beaucoup d’annulations pour les pays du Maghreb, cela n’est pas encore arrivé pour Mayotte", précise-t-on.

"Il n’y a vraiment pas de souci à Mayotte !", insiste-t-on à l’agence Thomas Cook de Marseille, reconnaissant toutefois que "les gens ont peur et se posent des questions". Chez Havas Voyage Dijon, on note également "quelques questionnements, mais pas d’annulations".

Pour la plupart, les agences de voyage avouent ne pas disposer de beaucoup d’informations sur la situation mahoraise et renvoient quasi systématiquement vers le site du Quai d’Orsay. Et l’on dispense du coup le même genre de messages de vigilance : "une certaine prudence s’impose", pour l’agence bordelaise de Nouvelles Frontières ; "il faut être raisonnable et éviter les zones isolées", pour Thomas Cook à Marseille.

À l’heure actuelle, ce sont surtout le Maroc et la Tunisie qui sont frappées par une désaffection touristique liée au risque terroriste. Mais l’inquiétude existe bien du côté de Mayotte. "Pour l’heure, les chiffres ne sont pas catastrophiques, mais avec 53 000 touristes seulement en 2013, il ne faudrait pas que l’image de l’île soit encore écornée pour éviter les premières conséquences économiques", écrit ainsi France Mayotte Matin.

D’autant que la sécurité n’est pas le seul obstacle au tourisme selon certaines agences. "Le problème c’est surtout qu’il y a très peu d’infrastructures. En tant que voyagiste français, on ne peut pas envoyer des gens là où l’hébergement ne correspond pas à nos exigences", nous a-t-on répondu dans une agence Havas Voyages strasbourgeoise...

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Gloseur sensE, Posté
Toute personne doit être pleinement éclairée sur son achat, sur son engagement, y compris au sujet de sa destination touristique. Autrement, il y aurait une faute grave de la part du professionnel quel qu'il soit.
Ainsi, le devoir de tout professionnel du tourisme est d'informer correctement son client que Mayotte se situe géographiquement dans l'Archipel des Comores, que depuis le 25 septembre 2014, le ministère des Affaires étrangères déconseille aux touristes Français de se rendre, en autres, aux Comores, et qu'à Mayotte se répand depuis le début de l'année une épidémie de dengue qui est une grippe tropicale mortelle.
De plus, tout bon professionnel du tourisme se doit aussi avertir son client de la très forte insécurité coutumière à Mayotte.
Enfin, toute agence de tourisme se doit d'actualiser dès que cela s'avère nécessaire, ses documentations concernant les destinations qu'elle propose à ses clients.
Fred, Posté
la France est trop laxiste en tout,tout,tout, les clandestins en France , sans contrôle épidémiologique et de la Zone OI quel contrôle; entre Ebola et les intégristes, on est pas dans la merde.ils ont raison les Mauriciens.