Les ambiguïtés d'un appel à la manifestation :

Continuité territoriale - Kisa ladi "respekt anou"...


Publié / Actualisé
"Nou lé pa plis, nou lé pa moin, respekt anou !" : le mot d'ordre devrait être sur toutes les lèvres lors de la mobilisation pour défendre la continuité territoriale prévue ce jeudi 16 octobre 2014 devant les grilles de la préfecture, à l'appel de Didier Robert. C'est que le slogan lancé par le parti communiste réunionnais dans le milieu des années 80 pour réclamer l'alignement du Smic et des prestations sociales sur les niveaux métropolitains a fait largement recette. Au point d'être récupéré, empoigné et brandi à point nommé par l'actuel président de Région et tous ceux qui lui emboîtent aujourd'hui le pas...
"Nou lé pa plis, nou lé pa moin, respekt anou !" : le mot d'ordre devrait être sur toutes les lèvres lors de la mobilisation pour défendre la continuité territoriale prévue ce jeudi 16 octobre 2014 devant les grilles de la préfecture, à l'appel de Didier Robert. C'est que le slogan lancé par le parti communiste réunionnais dans le milieu des années 80 pour réclamer l'alignement du Smic et des prestations sociales sur les niveaux métropolitains a fait largement recette. Au point d'être récupéré, empoigné et brandi à point nommé par l'actuel président de Région et tous ceux qui lui emboîtent aujourd'hui le pas...

Il faut sans doute être aveugle comme ce gouvernement socialiste pour ne pas voir que le désengagement de l’État dans le financement de la continuité territoriale ne pouvait qu'attiser les braises de la déshérence sociale et économique réunionnaise. Pour ne pas voir que l’écart immense entre les fonds alloués à la Corse (187 millions d'euros) et ceux destinés aux Outre-mer (26 millions d'euros) ne pouvait que susciter l’ire d’une population se sentant déjà largement laissée pour compte.

Personne ne s’y est trompé. Le gouvernement a offert là une brèche formidable à ses opposants pour se poser en défenseurs des droits bafoués des Réunionnais. Didier Robert, Nassimah Dindar ou encore Thierry Robert, qui a rejoint le mouvement ce lundi : voilà les nouveaux chantres du "Nou lé pa plis, nou lé pa moin, respekt anou !". Voilà la droite et le centre ironiquement unis derrière ce solgan emblématique des luttes sociales portées par le PCR et le monde syndical, se retrouvant aux côtés des habituels professionnels de la contestation que sont les Jean-Hugues Ratenon et autres Samuel Mouen. Tous se sont empressés de saisir la perche opportunément lancée par Didier Robert pour défendre un dispositif très populaire auprès des Réunionnais. "Au-delà des clivages politiques" bien sûr, mais avec quelle hauteur de vue ?

Car il faut sans doute être également aveugle pour ne pas voir l’opportunisme et les ambigüités de cet appel à la manifestation, qui s'est mué en un "pot pourri" de critiques contre le gouvernement, de la dénonciation du "désengagement de l'État dans les communes" à celle d'une éventuelle réforme des allocations familiales. Pour ne pas se souvenir aussi que le contentieux entre la Région et l’État autour du financement de la continuité territoriale ne date pas d’aujourd’hui et de cette majorité régionale. Pour ne pas s’inquiéter surtout des conséquences de la fuite en avant financière causée par la volonté de relancer et d’étendre ce dispositif à tout prix. Pour ne pas se demander enfin pourquoi d’autres causes en d'autres temps (RSTA, retraites...) n’ont pas suscité autant d’indignations unanimes et d’appels au "respect".

Les Réunionnais méritent évidemment d’avoir les moyens de se déplacer sur le territoire national comme tous les citoyens français. Ils méritent évidemment davantage de considération et de clairvoyance de la part de ce gouvernement. Mais ils méritent également qu’on leur dise la vérité sur le gouffre financier creusé par ce dispositif depuis 2010. Ils méritent qu’on ne joue pas avec leurs angoisses économiques et sociales à des fins électoralistes en se défaussant sans cesse sur l'État tutélaire. Et ils méritent surtout que leurs dirigeants leur proposent enfin de réelles perspectives d’avenir plutôt que de céder aux sirènes de la démagogie.

Comme dirait l’autre : "Respekt anou"...

Guilhem George pour www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Elkettani, Posté
Je ne viens pas à la manif, j'ai 72 ans, une petite retraite et envie de voir mes enfants et petits enfants vivant en métropole qui ne peuvent pas venir me voir car les billets d'avion sont trop chers pour une famille.
Gaspillage à outrance, Posté
Exact. Bien dit.
Cela m' énerve qu'ils parlent tous en mon nom.... Je dis stop au gaspillage, sauf au favoritisme, sauf à la manipulation. Faute de bilan on gesticule... En plus, les réunionnais s'expriment, donnent leur avis (je ne parle pas du staff rapproché des uns et des autres mais des réunionnais lambda) donnent leur avis donc sur les forums de zinfos clicanoo réunion1ère etc etc, croyez-vous qu'ils en tiennent comptent ? Quand je vois comment certains médias passent la pommade à ces élus pourris gâtés et marioles, j'ai la NAUSEE.
Cet appel à la manif dans ce soit disant but (le bon) QUEL MEPRIS DU REUNIONNAIS !
Cette île est mal barrée avec tous ces ripoux de partout !
Merci, depuis son mobile, Posté
Un texte bien ecrit qui donne une vision honnete de cette mascarade. Digne d'un editorialiste eclaire. Merci.