La CGTR Ports et Docks tenait une assemblée générale ce jeudi matin :

Port-Est : l'arrivée de CMA CGM provoque des remous entre dockers et acconiers


Publié / Actualisé
À partir de 7h30 ce jeudi matin 23 octobre 2014, la CGTR Ports et Docks a tenu une assemblée général devant les grilles du Port-Est, afin d'évoquer le projet du groupe CMA CGM, n° 3 mondial et n° 1 français du transport maritime par conteneurs, de faire de Port Réunion son "hub" de transbordement régional dans l'océan Indien. Une ambition plutôt bien accueillie par les dockers, qui y voient des perspectives d'emplois, tandis que certains acconiers comme la Somacom s'y opposent en prétextant que "l'arrivée de CMA CGM va provoquer la mise au chômage de plusieurs dockers". Pour Danio Ricquebourg, secrétaire général de la CGTR Ports et Docks, "les acconiers sont ceux qui ont imposé la concurrence sauvage et aujourd'hui ils se plaignent car ils ont trouvé un requin plus gros qu'eux".
À partir de 7h30 ce jeudi matin 23 octobre 2014, la CGTR Ports et Docks a tenu une assemblée général devant les grilles du Port-Est, afin d'évoquer le projet du groupe CMA CGM, n° 3 mondial et n° 1 français du transport maritime par conteneurs, de faire de Port Réunion son "hub" de transbordement régional dans l'océan Indien. Une ambition plutôt bien accueillie par les dockers, qui y voient des perspectives d'emplois, tandis que certains acconiers comme la Somacom s'y opposent en prétextant que "l'arrivée de CMA CGM va provoquer la mise au chômage de plusieurs dockers". Pour Danio Ricquebourg, secrétaire général de la CGTR Ports et Docks, "les acconiers sont ceux qui ont imposé la concurrence sauvage et aujourd'hui ils se plaignent car ils ont trouvé un requin plus gros qu'eux".

"Il va y avoir un grand hub ici à Port Réunion qui sera utile pour tout l'océan Indien" : tels étaient les mots de François Hollande lors de son passage au Port le 21 août dernier. Une annonce confirmée dans la foulée par Rodolphe Saadé, vice-président de CMA CGM, dévoilant l’ambition du groupe de faire de Port Réunion son hub de transbordement régional, c’est-à-dire un site destiné à accueillir les plus gros navires transocéaniques. De son côté, le Grand Port Maritime de La Réunion se félicitait lui aussi de cette perspective, correspondant à un "nouvel horizon pour le Port en termes d’activité maritime".

Mais aujourd’hui tout le monde ne semble pas si enjoué à l’idée de l’arrivée de CMA CGM, notamment du côté des acconiers. C’est en tout cas ce qu’a dénoncé ce jeudi matin Danio Ricquebourg devant les dockers. "Actuellement, il y a des privilégiés sur le port, qui sont en train de faire de la politique de la peur en disant : faites attention, CGM vient prendre votre travail. Or ce qui est en jeu, c’est que CGM va amener un trafic supplémentaire", souligne-t-il.

D’après le secrétaire général de la CGTR Ports et Docks, certains acconiers iraient même jusqu’à tenter de manipuler les dockers. "Ils viennent devant les bateaux et disent aux dockers qu’il faut pousser la société CGM hors du Port ! Ils craignent de perdre des plumes, mais nous ce qui nous intéresse c’est l’emploi", affirme-t-il, évoquant notamment Daniel Rigat, PDG de la Somacom : "Cela concerne tous les acconiers, sauf que certains poussent en avant Daniel Rigat car ils n’ont peut-être pas intérêt à affronter directement CGM, parce que c’est CGM qui les fait vivre..."

Et Danio Ricquebourg de conclure : "Les acconiers sont ceux qui ont imposé la concurrence sauvage, aujourd’hui ils se plaignent car ils ont trouvé un requin plus gros qu’eux... Mais nous, à la CGTR, on n’est pas là pour choisir les patrons."

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

JO, Posté
Bof! Raison l'ancien patron du Port s'en moque, maintenant il est à Dunkerque et c'est lui qui avait réussi les accords avec CGM. C'est un combat d'arrière garde de Ricquebourg. Et puis qu'il aille voir Michel, son ancien chef syndicaliste, il doit bien être planqué quelque part avec une pré-retraite peinarde.

Ca les occupe, pourquoi pas.