Une nouvelle étude alerte sur le lien entre les deux maladies :

Diabète et tuberculose, les liaisons dangereuses


Publié / Actualisé
À La Réunion, la tuberculose touche 50 à 60 personnes par an, avec une incidence inférieure à la métropole (6,4 contre 7,6 pour 100 000 habitants en 2012) et surtout aux îles voisines. Une situation épidémiologique qui pourrait toutefois être susceptible de se dégrader dans les années à venir si l'on en croit un nouveau rapport alertant sur le lien entre la tuberculose et une autre maladie bien plus prégnante sur l'île : le diabète et ses 4000 nouveaux cas chaque année. Selon cette étude de l'Union internationale contre la tuberculose et de la World Diabetes Fundation, le diabète triplerait le risque de développer une tuberculose, soulignant que si cette corrélation est ignorée, elle pourrait remettre en cause les progrès réalisés sur cette maladie lors des dernières décennies.
À La Réunion, la tuberculose touche 50 à 60 personnes par an, avec une incidence inférieure à la métropole (6,4 contre 7,6 pour 100 000 habitants en 2012) et surtout aux îles voisines. Une situation épidémiologique qui pourrait toutefois être susceptible de se dégrader dans les années à venir si l'on en croit un nouveau rapport alertant sur le lien entre la tuberculose et une autre maladie bien plus prégnante sur l'île : le diabète et ses 4000 nouveaux cas chaque année. Selon cette étude de l'Union internationale contre la tuberculose et de la World Diabetes Fundation, le diabète triplerait le risque de développer une tuberculose, soulignant que si cette corrélation est ignorée, elle pourrait remettre en cause les progrès réalisés sur cette maladie lors des dernières décennies.

La tuberculose est depuis longtemps en forte régression à La Réunion : près de 600 cas dépistés par an dans les années 1960, 200 en 1980, moins de 100 en 2002 et, selon les derniers chiffres de l’Agence régionale de santé océan Indien (ARS OI), 54 cas déclarés en 2012 et 61 en 2013. Si la maladie tue encore plus d’un million de personnes dans le monde chaque année, seuls trois ou quatre décès lui sont imputables sur l’île.

Mais la vigilance reste de mise, comme en témoigne la piqûre de rappel effectuée en mars dernier par le centre de lutte anti-tuberculose du CHU Félix-Guyon de Saint-Denis, rappelant que la maladie demeure "un problème majeur de santé publique".

La dernière étude de l’Union internationale contre la tuberculose et de la World Diabetes Fundation confirme cette nécessaire vigilance en mettant en lumière le lien entre tuberculose et diabète. Fondé sur l’analyse sanguine de plus de 8000 patients atteints de tuberculose en Inde (où la maladie fait encore des ravages), ce rapport montre que ces derniers ont des taux de diabète supérieurs à ceux de la population générale.

Un risque de "co-épidémie"

Au point que les auteurs de l’étude mettent en garde contre une "co-épidémie" de diabète et de tuberculose dans le monde. "Si nous ne réagissons pas maintenant, nous allons vivre une co-épidémie, qui aura un impact sur des millions de gens, et qui minera les ressources des systèmes de santé", estime ainsi le docteur Anil Kapur, de la World Diabetes Fundation, cité par le site topsante.com.

Car le diabète, caractérisé par une hausse du niveau de sucre dans le sang, affaiblit le système immunitaire de l’organisme, ce qui augmenterait potentiellement le risque de contracter d’autres maladies, dont la tuberculose. En 2012, le diabète constituait également la pathologie initiale de l’insuffisance rénale chronique terminale pour 36,6 % des patients dialysés à La Réunion, selon le dernier rapport de l’Observatoire régional de santé.

Selon l’étude conjointe de l’Union internationale contre la tuberculose et de la World Diabetes Fundation, l’épidémie de diabète pourrait ainsi entraver les efforts menés contre la tuberculose en Inde. De quoi inquiéter également à La Réunion, où près de 10 % de la population est touchée par le diabète, soit environ 80 000 personnes. Mais aussi au vu de l’incidence de la tuberculose dans les îles voisines, notamment Madagascar (234 cas pour 100 000 habitants en 2012), mais aussi les Comores (34 cas pour 100 000 habitants en 2012) ou même Maurice (21 cas pour 100 000 habitants en 2012).

En conclusion, les auteurs du rapport recommandent de mettre rapidement en place deux types de dépistage : celui de la tuberculose pour les diabétiques potentiellement exposés à la maladie, et celui du diabète pour les malades de la tuberculose.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !