La Possession - Ravine des Lataniers et Sainte-Thérèse :

L'opération "coup de poing" de Vanessa Miranville contre les carrières sauvages


Publié / Actualisé
Le maire de La Possession Vanessa Miranville a organisé, ce mercredi 12 novembre 2014, une opération "coup de poing" contre des carrières sauvages situées à la Ravine des Lataniers et à Sainte-Thérèse. Selon la mairie, ces travaux sont situés sur des zones protégées (PPR rouge) et se poursuivent malgré un procès verbal dressé par la DEAL (direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) il y a quinze jours. Pour stopper ces chantiers entrepris par "des personnes peu scrupuleuses", dixit Vanessa Miranville, une délégation de la mairie accompagnée de policiers municipaux s'est rendue sur les lieux de mercredi matin afin de dresser un nouveau procès verbal qui sera suivi d'un arrêté d'interruption des travaux.
Le maire de La Possession Vanessa Miranville a organisé, ce mercredi 12 novembre 2014, une opération "coup de poing" contre des carrières sauvages situées à la Ravine des Lataniers et à Sainte-Thérèse. Selon la mairie, ces travaux sont situés sur des zones protégées (PPR rouge) et se poursuivent malgré un procès verbal dressé par la DEAL (direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement) il y a quinze jours. Pour stopper ces chantiers entrepris par "des personnes peu scrupuleuses", dixit Vanessa Miranville, une délégation de la mairie accompagnée de policiers municipaux s'est rendue sur les lieux de mercredi matin afin de dresser un nouveau procès verbal qui sera suivi d'un arrêté d'interruption des travaux.

À l’origine, ce sont des riverains qui ont alerté la mairie de La Possession sur l’existence de trois "carrières sauvages" : deux sur le site de la Ravine des Lataniers, entreprises par la société du transporteur Joël Mongin, et une à Sainte-Thérèse.

Selon Vanessa Miranville, "les habitants ont été démarchés" par les transporteurs qui auraient assuré avoir l’autorisation de la mairie. Or, "on a fait des courriers en rappelant bien qu’on est là-bas en zone naturelle, en zone PPR rouge protégée et qu’il est interdit de faire des extractions", affirme le maire.

À l’inverse, Joël Mongin répond que ce sont des Possessionnais qui l’ont sollicité pour "enlever des galets" sur leur terrain. "On a fait appel à moi et je suis venu, on a fait le nécessaire c’est tout", déclare le transporteur, très remonté contre la décision de Vanessa Miranville.  "Qu’est-ce qu’on veut ? Qu’on aille chercher des galets en Afrique du Sud ? Il y a des gens qui ont des galets disponibles à La Possession, il faut en profiter. Les Possessionnais doivent bénéficier du chantier de la nouvelle route du Littoral !", estime-t-il.

Du côté de la municipalité, on met en avant les risques environnementaux représentés par ces "carrières" dont certaines empiètent sur le domaine public. "Aux prochaines fortes pluies, on a vraiment des craintes énormes sur la sécurité des maisons qui sont en contrebas. Il y a de fortes chances qu’on soit obligé par mesure de prévention de les faire évacuer", souligne Vanessa Miranville.

Joël Mongin : "Est-ce que j’ai une tête à me laisser faire ?"

Des considérations que balaye Joël Mongin. "On n’est pas couillons ! On ne va pas fouiller au-delà des 50 centimètres réglementaires. On nettoie simplement les galets chez les gens", répond-il.

L’opération " coup de poing " de la municipalité possessionnaise a toutefois produit ses effets sur le site de Sainte-Thérèse, où le terrassier – qui a passé un accord avec le groupement Vinci-SBTPC-GTOI pour la livraison des roches – a accepté de stopper ses engins jusqu’à nouvel ordre en attendant d’obtenir des autorisations. " Il nous dit que  son tort c’est d’avoir commencé avant ces autorisations, mais qu’elles sont en cours au niveau de la DAAF, de la préfecture... Je ne vois absolument pas comment cela pourrait être possible ", confie toutefois Vanessa Miranville.

En revanche, Joël Mongin devrait lui se montrer moins conciliant du côté des Lataniers. "Je suis très patient, mais s’ils veulent me faire chier, je peux bloquer aussi ! S’ils veulent jouer au plus malin, ils vont trouver à qui parler ! Est-ce que j’ai une tête à me laisser faire ?", lance-t-il. Et d’ajouter que "l’écologie c’est bien, mais ça n’a jamais payé personne !" En revanche, les roches sont vendues environ 30 euros la tonne...

Alors qu’une réunion est prévue le vendredi 21 novembre prochain avec l’ensemble des communes concernées, "à La Possession on a une urgence et on ne peut pas laisser ces lieux se défricher encore pendant 10 jours", considère Vanessa Miranville. C’est pourquoi la mairie et la police municipale se sont rendues sur place ce mercredi matin, afin de "refaire un PV constatant que les travaux n’ont pas été arrêtés suite à la demande de la DEAL", pour aboutir dans l’après-midi à un arrêté d’interruption des travaux.

Et "si les travaux continuent encore, la police municipale demandera à la gendarmerie d’intervenir pour la saisie des tractopelles", affirme le maire de La Possession.

www.ipreunion.com

   

10 Commentaire(s)

LL, Posté
Bravo Vanessa Miranville! Il ne faut pas se laisser intimider par ce genre d'individus qui n'a d'autres défenses que de menacer de bloquer les routes. C'est tout ce qu'ils savent faire de toute façon ces grandes gueules. Joel Mongin élu à la CCI, mais qu'il respecte les lois! Pas d'autorisation, pas d'extraction.
Bien sûr que l'environnement c'est important! Si on laisse tous ces politiques, qui se remplissent les poches au passage, agir, on va se retrouver avec une île bétonnée de partout, avec des grosse voitures polluantes et on se mordra les doigts car ce sera trop tard pour faire marche arrière.
Heureusement qu'il y a des gens jeunes, intelligents, censés et par encore pourris par le système comme Vanessa Miranville au pouvoir.
Changa, Posté
Bravo Vanessa ! Surtout, tenez bon ! Le comportement de cet homme qui n'a pas honte d'afficher sa vulgarité, son esprit étroit, sa méchanceté, sa violence et ses menaces à la télévision est inadmissible. Qui ose le soutenir dans cette démarche maffieuse?
Hulot et non Culot, Posté
Bravo à la maire de la Possession! Pour qui se prennent-ils ces pilleurs de terre? Sans retenues, sans gènes et sans vergognes! Tant que cela rapporte ils sont prêts à risquer la vie des gens et les désastres écologiques!! Abrutis! Dans quel monde vit-on! Et vous verrez qu'il y aura encore des gens pour critiquer cette bonne action de la mairie. Le ciel nous tombe sur la tête. Encore bravo à Mme Miranville qui n'a pas eu peur de se dresser face à ces parasites de la société.
Sitarane, Posté
Voilà ce qui arrive quand on a installé ces pratiques de gansterisme généralisé pendant plus de 40 ans sur cette commune.
Le collectif des résidents de Sainte Thérèse lutte depuis 8 ans contre un promoteur véreux qui s'assoit sur les règlements d'urbanisme et bétonne à tout.
J'encourage notre Maire dans son combat. Pour cela il faudrait également formater le service urbanisme (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com)
Kenny, Posté
mais il se prend vraiment pour qui ce Joel Mongin c est qu il signe et persiste à détruire notre carrière.Quel personnage misérable et pathétique je suis avec vous Mme le maire
NANOU, Posté
Voilà ce que c'est que vivre dans une société de fric, ça rapporte donc on ne discute, quand demain des familles seront ensevelies sous des tonnes de boue, il restera les yeux pour pleurer,
Kenny, Posté
il se prend pour qui ce Joel Mongin pourquoi il ne va pas déterrer les galets sous case là bas il ferrait mieux non et laisser les possessionnais tranquille
Bruno Bourgeon, Posté
Joël Mongin dévoile sa vraie personnalité, surtout pas celle d'un défenseur de la Nature!
Pierre, Posté
Ce n est pas a Mr Mongin de dire si les possessionnais doivent beneficier ou non de la NLR, ce n est pas dans ses attributions, bravo mme le Maire de faire respecter les régles de la république!
Payet, Posté
Coup de poing vanessa ?
Non coup de médias !