Compagnies aériennes - Suppression de vols de fret :

Les agriculteurs ne veulent pas que leurs fruits restent sur le tarmac


Publié / Actualisé
Une délégation d'agriculteurs s'est rendue ce lundi 17 novembre 2014 à l'agence de fret d'Air Austral, à proximité de l'aéroport Roland Garros de Saint-Denis. Les planteurs s'inquiètent notamment de la suppression de quatre vols de frets chaque semaine à l'approche des fêtes de fin d'année. "Nous anticipons le problème qui va se passer dans les semaines à venir. Si nous ne faisons rien, nos concurrents de la zone prendront le marché européen et il sera difficile d'inverser la tendance une fois que la place sera prise. Il en va de notre survie", indique Dolor Fontaine, président d'une organisation de producteurs. Chaque semaine, 50 à 60 tonnes d'ananas, letchis et fruits de la passion pourraient rester à La Réunion lors de cette période cruciale pour les exploitants.
Une délégation d'agriculteurs s'est rendue ce lundi 17 novembre 2014 à l'agence de fret d'Air Austral, à proximité de l'aéroport Roland Garros de Saint-Denis. Les planteurs s'inquiètent notamment de la suppression de quatre vols de frets chaque semaine à l'approche des fêtes de fin d'année. "Nous anticipons le problème qui va se passer dans les semaines à venir. Si nous ne faisons rien, nos concurrents de la zone prendront le marché européen et il sera difficile d'inverser la tendance une fois que la place sera prise. Il en va de notre survie", indique Dolor Fontaine, président d'une organisation de producteurs. Chaque semaine, 50 à 60 tonnes d'ananas, letchis et fruits de la passion pourraient rester à La Réunion lors de cette période cruciale pour les exploitants.

La CGPER regrette notamment l'absence de réactions du monde politique pour agir "avant qu'il ne soit trop tard". "Nos politiques sous-estiment le monde agricole qui représente 23 000 emplois, soit 150 000 voix à chaque élection. Ils doivent se mettre dans la tête que c'est nous qui faisons la différence lors des votes", a déclaré Jean-Yves Minatchy, président de la confédération générale des planteurs et éleveurs de La Réunion.

Cette venue en masse d'agriculteurs dans les locaux d'Air Austral - compagnie gérée indirectement par le président du conseil régional et la présidente du conseil général -, est-elle une manière d'interpeller Didier Robert et Nassimah Dindar sur leur situation ? Pas tout à fait, répond Dolor Fontaine. "Je pense qu'il vont se manifester. Mais pour l'instant on va se limiter à attirer l'attention des directions des différentes compagnies", assure-t-il.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Gemijuco, Posté
On ne voit pas de fruits de la Réunion sur les étals en Métropole, ou une fois par hasard, Pourquoi ??? Pas de mangues José, pas d'ananas ! les litchies de Madagascar oui, mais pas les vôtres, c'est injuste, vous êtes Français, et je privilégie tout ce qui est FRANCAIS.
JeanS, Posté
Ils n'ont pas compris, la Région commandite cette affaire pour que les touristes viennent en masse goûter nos fruits pays et peut-être que zot sera content!