La première réunion devait se tenir avant le 26 novembre... :

Mayotte : l'observatoire de l'immigration se fait attendre


Publié / Actualisé
Alors que les départements d'outre-mer sont dotés d'un observatoire de l'immigration depuis 2007, Mayotte devait voir la création de cette instance dans le courant de cette année 2014. Mais si la date butoir de la première réunion était fixée au 26 novembre, "ni la création, ni la programmation n'ont à ce jour été annoncées de manière officielle", note France Mayotte Matin. Pour le quotidien mahorais, "la question principale reste de savoir pourquoi le territoire français où la pression migratoire est la plus forte a été pendant des années évincé et privé de ce dispositif tant son importance est grande".
Alors que les départements d'outre-mer sont dotés d'un observatoire de l'immigration depuis 2007, Mayotte devait voir la création de cette instance dans le courant de cette année 2014. Mais si la date butoir de la première réunion était fixée au 26 novembre, "ni la création, ni la programmation n'ont à ce jour été annoncées de manière officielle", note France Mayotte Matin. Pour le quotidien mahorais, "la question principale reste de savoir pourquoi le territoire français où la pression migratoire est la plus forte a été pendant des années évincé et privé de ce dispositif tant son importance est grande".

Face aux proportions inquiétantes prises par l’immigration clandestine à Mayotte, "le gouvernement tente de trouver des solutions pour endiguer le phénomène en changeant une politique qui ne portait pas ses fruits", souligne France Mayotte Matin. Et de citer le "plan lagon" activé en 2003 qui a "démontré ses limites", des moyens nautiques jugés "insuffisants", ou encore la diminution des contrôles terrestres. C’est dans ce contexte que l’ordonnance de Manuel Valls, mise en application le 26 mai 2014, impliquait la création d’un observatoire de l’immigration à Mayotte.

"Ces observatoires sont chargés d’évaluer l’application de la politique de régulation des flux migratoires et les conditions d’immigration dans chacun des départements d’outre-mer et peuvent proposer au gouvernement les mesures d’adaptation nécessaires", rappelle France Mayotte Matin. "C’est dire si une telle présence à Mayotte est importante dans la mesure où il sera force de propositions et d’adaptations des textes et de la législation en vigueur pour mieux combattre la problématique", estime le quotidien mahorais.

Oui mais voilà, cet observatoire de l’immigration, qui devait se réunir au moins 6 mois après son entrée en vigueur programmée le 26 mai 2014, se fait toujours attendre, et ce "alors que toutes les dispositions sont là pour plancher sur le cas de l’immigration", insiste France Mayotte Matin.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !