Des enfants mangent à même le sol à Mamoudzou :

Mayotte : la cantine de la honte


Publié / Actualisé
Cette image choquante a été est publiée ce mardi 13 janvier 2015 par France Mayotte Matin : à l'école annexe de Mamoudzou, les enfants sont contraints de manger à même le sol, faute de mobilier. "Cette situation se retrouve un peu partout avec des mairies qui ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'offrir un peu de dignité aux plus petits", indique le journal mahorais. Rivomalala Rakotondravelo, le secrétaire départemental du SNUIPP (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles) est parti à Paris afin d'aborder cette problématique auprès du ministère des Outre-mer. (photo France Mayotte Matin)
Cette image choquante a été est publiée ce mardi 13 janvier 2015 par France Mayotte Matin : à l'école annexe de Mamoudzou, les enfants sont contraints de manger à même le sol, faute de mobilier. "Cette situation se retrouve un peu partout avec des mairies qui ont encore beaucoup de chemin à parcourir avant d'offrir un peu de dignité aux plus petits", indique le journal mahorais. Rivomalala Rakotondravelo, le secrétaire départemental du SNUIPP (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles) est parti à Paris afin d'aborder cette problématique auprès du ministère des Outre-mer. (photo France Mayotte Matin)

A Mayotte, de nombreuses écoles de disposent pas de cantines ou de locaux techniques pour le stockage des repas. Il faut dire que cela fait peu de temps que la pose méridienne est en application dans l'île au lagon. Alors, les écoliers doivent parfois manger à même le sol leur déjeuner. C'est le cas, par exemple, à l'école annexe de Mamoudzou.

"Ainsi, à l’occasion des repas, les enfants sont reçus dans une pièce où tout le mobilier a été enlevé afin de libérer le plus de place possible. Il pourrait s’agir d’un réfectoire, faute de mieux, si les petits ne mangeaient pas à même le sol, sans tables, ni chaises. Assis sur le carrelage, ils doivent ainsi se débnouiller et apprendre à manger d’une drôle de manière qui ne respecte ni les conditions de confort, ni celles d’hygiène", écrivent nos confrères.

En réponse à cette situation qui n'est pas acceptable pour un établissement français, la mairie de Mamoudzou, qui est responsable des écoles primaires, a promis d'installer des… nattes afin de soulager les enfants de la dureté du sol. "Et il ne faudra pas compter sur du mobilier de réfectoire avant longtemps, 'faute de moyens' explique-t-on du côté de l’hôtel de ville", souligne France Mayotte Matin.

Une réponse attendue de Paris

"Avec la saison des pluies, les sols sont rapidement couverts de boue dans la cantine improvisée, l’humidité suinte des murs où la peinture se décolle en plaques. C’est aussi ça l’école sur le 101ème département, un nid d’aberrations contribuant à expliquer les taux si importants de l’échec scolaire", explique Samuel Boscher, le rédacteur en chef du journal mahorais.

Afin de trouver une solution à cette problématique de l'éducation à Mayotte, Rivomalala Rakotondravelo, le secrétaire départemental du SNUIPP (Syndicat national unitaire des instituteurs professeurs des écoles) s'est envolé pour Paris afin de s'entretenir avec le ministère des Oustre-mer.

Le syndicaliste a été entendu par Sylvie Especier, ancienne sous-préfète chargée de la cohésion sociale à Mayotte. Lors de son passage sur l'île aux parfums, elle avait mis en place un plan de construction et de rénovation des établissements scolaires. "Près de 200 salles de classes sont programmées pour un budget de 14 millions d’euros au titre de l’année 2014, soit 4 de plus que l’enveloppe initiale prévue", indique FMM.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !