Madagascar - Deux Français avaient été battus à mort le 3 octobre 2013 :

Lynchage de Nosy Be : un massacre lié au commerce de pierres précieuses


Publié / Actualisé
Dans une enquête publiée le vendredi 20 févier dernier, Le Parisien apporte de nouveaux éléments liés à la mort de Sébastien Judalet et de Roberto Gianfala, lynchés par la foule le 3 octobre 2013 sur l'île malgache de Nosy Be. Selon le quotidien, les deux hommes, battus à mort avant d'être brûlés, auraient été "les victimes collatérales d'un règlement de compte sur fond de commerce de pierres précieuses".
Dans une enquête publiée le vendredi 20 févier dernier, Le Parisien apporte de nouveaux éléments liés à la mort de Sébastien Judalet et de Roberto Gianfala, lynchés par la foule le 3 octobre 2013 sur l'île malgache de Nosy Be. Selon le quotidien, les deux hommes, battus à mort avant d'être brûlés, auraient été "les victimes collatérales d'un règlement de compte sur fond de commerce de pierres précieuses".

Les meurtres sauvages du Français Sébastien Judalet et du Franco-Italien Roberto Gianfala sont-ils liés aux convoitises suscitées par les pierres précieuses malgaches ? C’est la thèse avancée par Le Parisien pour expliquer le lynchage dont ont été victimes les deux hommes, ainsi qu’un Malgache, le 3 octobre 2013 à Nosy Be.

Tout commence le mercredi 2 octobre au soir, quand le corps d’un enfant de 7 ans est retrouvé sur la plage, rejeté par la mer. Très vite, la rumeur d’un trafic d’organes impliquant des "vazaha" (des étrangers, ndlr) se répand comme une traînée de poudre parmi la foule.

L’oncle de l’enfant est suspecté d’être l’auteur du crime, Sébastien Judalet et Roberto Gianfala se retrouvant proclamés commanditaires. Après un simulacre de procès populaire, ils seront tous trois lynchés à mort. Leurs corps finiront sur un bûcher.

Alors que les accusations de pédophilie ou de trafic d’organes s’avèreront totalement infondées, comme l’a notifié le parquet de Bobigny le 22 octobre 2013, apparaissent aujourd’hui de nouvelles révélations mêlant les deux hommes au commerce de pierres précieuses.

Roberto Gianfala notamment se serait lancé dans ce commerce, via la société d’un de ces amis d’enfance, Thierry Wins, travaillant de concert avec un bijoutier nommé "Fred", selon les informations du Parisien. "Mes journées tournent autour de la plage et des pierres précises", écrit même le Franco-Italien dans son journal intime.

Plutôt que Sébastien et Roberto, ce serait ainsi Thierry et Fred qui auraient d’abord été visés. Mais le premier, pour sauver sa vie devant une foule venue chez lui pour le lyncher et l’incinérer, désignera Sébastien Judalet à la vindicte populaire. "Ils sont venus au moins à 300 devant chez moi. C’était du délire. Ma maison a été caillasse", a-t-il raconté au Parisien. Pour éviter le lynchage, "il fend l’assemblée, frappe Sébastien Judalet et va jusqu’à lui reprocher son implication dans ce pseudo-trafic d’organes", écrit le quotidien.

Aujourd’hui, Thierry Vins est réfugié dans le nord de Madagascar. Quant au bijoutier "Fred", il est parvenu à quitter l’île à temps en hors-bord.

Autre révélation du Parisien, l’implication supposée du sénateur local Joseph Yoland, dit Momy, qui a été un temps incarcéré pour "incitation au trouble à l’ordre public". Le soir du lynchage, il avait publiquement appelé au meurtre d’expatriés sur les ondes de sa radio locale, indique le quotidien. "On m’avait prévenu que nous gênions. Joseph Yoland voulait récupérer des parts de mon périmètre minier. Cela lui aurait bien plu de nous éliminer...", confie de son côté Thierry Vins.

D’ailleurs, pour le Français rescapé, "dans cette affaire on nage en eaux troubles". Et selon lui "personne ne sera jugé, et on laissera crever quelques sous-fifres en prison"...

www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Girite, Posté
je oblie à nosy madagascar .ily n'a pas de piere preusseuse a la plage vous renconte n'importe nquoi vou essayer de ranger
le probleme parcez que vous avez honte.vous dite n'importe quoi
Girte, Posté
ils sont éssayer sortur porpore 300 prs pour reglémant compte piére périssieuse .prend les gend comme de con
ça arengmant ont vous les français.va sur place ne fait jugemant bidon .
NGT, Posté
Le Parisien qui sait faire du buzz et rien d'autre! Com d'ab ils racontent que des histoires arrangées avec quelques mots pris par ci et par là!
Rien à voir avec tout cela, l'affaire est purement politique et les faits ont été commis par une ethnie commanditée pour se faire.
Arretez de spéculer sur des choses sans pensez que derrière tout cela il y a des forces de l'odre qui travaillent dessus et surtout, des familles qui souffrent.