Immigration - Vidéo :

Mayotte : des dizaines de clandestins débarquent en plein jour à Mtsamboro


Publié / Actualisé
Samedi 21 février 2015, un kwassa en provenance d'Anjouan chargé d'une trentaine de personnes a pu accoster en plein jour sur une plage de l'îlot de Mstamboro, rapporte France Mayotte Matin. Un débarquement qui a même été filmé et posté sur le web. La zone souffre de plus en plus de cet afflux d'immigrés clandestins, tandis que l'absence des autorités pose question.
Samedi 21 février 2015, un kwassa en provenance d'Anjouan chargé d'une trentaine de personnes a pu accoster en plein jour sur une plage de l'îlot de Mstamboro, rapporte France Mayotte Matin. Un débarquement qui a même été filmé et posté sur le web. La zone souffre de plus en plus de cet afflux d'immigrés clandestins, tandis que l'absence des autorités pose question.

À Mtsamboro, les habitants font entendre leur colère. À l’image de ce vendredi, où ils ont manifesté dans les rues "pour alerter les autorités et notamment l’État pour tirer la sonnette d’alarme et dénoncer une situation devenue insupportable", raconte France Mayotte Matin.

C’est que "chaque jour, le ballet des kwassas atteint les côtes avec des pilotes qui déposent leurs passagers sur l’îlot de Mtsmaboro", poursuit le quotidien mahorais. "Après avoir touché terre, l’exploitation de la misère humaine se met en place sur le département avec des barques qui proposent de gagner Grande-Terre moyennant 200 euros par personne", ajoute-t-il.

Dernier exemple ce samedi, lorsqu’un kwassa a fait son apparition vers midi avec une trentaine de personnes à bord, dont cinq enfants. "Les pilotes se sont approchés au plus près" pour faire débarquer tout le monde, relate France Mayotte Matin, précisant "qu’une vidéo amateur a été tournée pendant la manœuvre" et que "les deux passeurs sont ensuite repartis, se félicitant de ne pas s’être fait pincer, saluant même la caméra en train de filmer, tel un pied de nez lancé aux autorités françaises".

La vidéo est d'ailleurs accessible sur youtube :

Et le journal mahorais de s’interroger sur l’absence des forces de l’ordre : "Il n’y aura pas eu un uniforme dans les parages, que ce soit la gendarmerie ou la police aux frontières à qui de toute façon les missions nautiques sont retirées (...) L’immigration clandestine ne faiblit pas, les moyens techniques sont là avec quatre radars fixes, mais où sont les moyens humains pour arrêter l’hémorragie ?"

Car à Mtsamboro, cet afflux n’est pas sans conséquences. Tous les clandestins ne disposent pas forcément de la somme nécessaire pour gagner Grande-Terre. "Certains restent des jours, des semaines isolés, coupés du monde avant d’être libérés de l’île. Ils doivent donc entre-temps se nourrir et pour ce faire, ils pillent littéralement les petites plantations d’oranges et de bananes que les agriculteurs ont fait pousser", rapporte France Mayotte Matin, soulignant que "les pertes sont considérables".

Et de poursuivre : "Les moins chanceux se débrouillent et prennent tout ce qu’ils trouvent. Les tortues font les frais de ces ventres vides, elles sont chaque jour massacrées. Et ce week-end (...), une armée de clandestins s’est ruée sur le platier découvert à la recherche de coquillages, de poissons, de poulpes afin d’améliorer le quotidien."

Aussi, selon le quotidien mahorais, "un véritable village est en train de se monter" sur la plage de l’îlot de Mtsamboro. Et "l’endroit, magnifique, est investi par la clandestinité et la misère plus absolue".

www.ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Gemijuco, Posté
Si la France était moins généreuse avec toutes les personnes venant d'ailleurs, au détriment de ses propres ressortissants (impôts, SDF, restos du cœur etc ..) il y aurait beaucoup moins de candidats à venir récupérer les allocs diverses et variées que notre gouvernement distribue trop largement. On ne peut pas accueuillir toute la misère du monde...
R I P O S T E, Posté
Une solution faire parvenir un recommandé avec accusé de réception au sieur SARKOZY , ump ...
Ahah, Posté
La France (Total et compagnie...) a départementalisé Mayotte non pas par philanthropie, mais pour s'accaparer les gisements de gaz et de pétrole dans le canal du Mozambique. Les immigrés, la nature, les tortues, les petits agriculteurs et leur bananeraies...l'Etat s'en fout royalement !