Grève à la SRPP - Les gérants des stations-service dénoncent l'inaction des autorités :

Gérard Lebon : "on ne comprend pas pourquoi personne ne bouge"


Publié / Actualisé
Longtemps silencieux au sujet du conflit qui paralyse la SRPP (Société réunionnaise de produits pétroliers) depuis cinq jours, les exploitants des stations-service ont finalement décidé de sortir de leur réserve. Lors d'une réunion organisée la veille au soir, les gérants ont décidé collégialement de ne pas fermer boutique ce lundi 2 mars 2015, ils dénoncent en revanche la durée du mouvement et l'inaction des autorités. Pour Gérard Lebon, président du SRESS (Syndicat réunionnais des exploitants des stations-service), le préfet et les élus de l'île doivent s'emparer du conflit.
Longtemps silencieux au sujet du conflit qui paralyse la SRPP (Société réunionnaise de produits pétroliers) depuis cinq jours, les exploitants des stations-service ont finalement décidé de sortir de leur réserve. Lors d'une réunion organisée la veille au soir, les gérants ont décidé collégialement de ne pas fermer boutique ce lundi 2 mars 2015, ils dénoncent en revanche la durée du mouvement et l'inaction des autorités. Pour Gérard Lebon, président du SRESS (Syndicat réunionnais des exploitants des stations-service), le préfet et les élus de l'île doivent s'emparer du conflit.

Les gérants des stations-service se sont réunis ce dimanche soir. Comment s'est passée votre concertation ?

C'est très simple. Les gens ont été présents et nous avons décidé de ne rien faire. Par contre, on dénonce une chose importante. Si on peut faire une comparaison avec ce qui se passe lorsque les exploitants sont en grève, on trouve que l'Etat met beaucoup de temps à réagir et on ne comprend pas pourquoi. Ce stockage est un monopole. On sait très bien que si quelqu'un fait grève, l'impact est fulgurant au niveau de la population. On ne comprend pas pourquoi l'Etat n'ait pas organisé tout de suite une table ronde et obligé les personnes à négocier, même pendant un week-end. C'est ce qu'on a déjà vu dans les conflits avec les gérants de stations-service. On ne comprend pas pourquoi personne ne bouge.

C'est-à-dire ?

On constate avec surprise et stupéfaction le silence radio de nos élus. Ça voudrait dire que ce n'est pas grave ? Qu'il n'y a pas de problème ? Nos élus ont été capables de monter au créneau lorsque nous avons fait grève. Ils ont été capables de mettre en place une loi pour casser la grève. Mais là, pour les salariés de la SRPP, il n'y a pas de réaction des élus. Il y a même la mise en place d'un service minimum qui ne correspond à aucune exigence économique. J'espère qu'à défaut de taper tout le temps sur la tête des gérants car c'est tout le temps de notre faute, les Réunionnais sauront comment voter dans les mois qui viennent.

Quelle conséquence a eu la grève pour les gérants ?

Notre profession est directement touchée. En tant que président, je me dois de réunir les gens pour en discuter ensemble et savoir qu'est-ce qui va se passer pour nous derrière. Malheureusement, on va connaître quelques problématiques de trésorerie.

Si le mouvement de grève perdure, que pensez-vous faire ?

Je ne sais pas. Est-ce vraiment aux gérants d'agir ? Cela se passe au niveau des différentes parties concernées, mais cela dépend aussi de la capacité de l'Etat et de nos élus à se mobiliser sur un conflit qui impacte La Réunion de plein fouet. Qu'on ne vienne pas me dire qu'il y a un monopole et qu'on va créer un deuxième dépôt qui va changer la face du monde. Ce n'est pas une solution : c'est de la propagande électorale. Aujourd'hui, les élus doivent tirer les conclusions de ce qui se passe aujourd'hui pour l'avenir.

Comprenez-vous que l'on puisse mal interpréter votre colère étant donné que vous avez déjà bloqué la SRPP par le passé ?

Bien sûr, on peut comprendre que cela passe mal. Mais lorsque l'on se bat, on le fait pour un modèle et pour sauver de l'emploi sur une île où il y a 150 000 chômeurs. Ce n'est pas la peine d'en rajouter 1 600 de plus. Je ne dis pas que notre combat est plus moral que celui des salariés de la SRPP. Mais lorsque nous nous battons, nous le faisons sur une journée ou deux, pas sur quatre jours ! Et lorsqu'il faut négocier le dimanche, nous négocions le dimanche. On met tout en oeuvre pour sortir le plus vite possible du conflit.

Dans le JIR, Evenor Caritchy, le délégué syndical CFDT de la SRPP, a sous-entendu que les gérants ont délibérément baissé rideau samedi afin de vendre plus cher le carburant le dimanche. Qu'en pensez-vous ?

Ce monsieur devrait se regarder dans une glace aujourd'hui, car il est en train de pénaliser l'ensemble d'une population pour une prime que l'on ne comprend pas très bien.

www.ipreunion.com

   

6 Commentaire(s)

Gulliver, Posté
Pas content Mr LEBON, ,( faut'il rire ou pleurer), il va avoir des problêmes de trésories! ( on lui fera un dégrèvement) le rat est de sortie.
Quand ce monsieur et sa bande de preneurs d'otages bloquent leurs stations, c'est normal,mais quand c'est les autres, cela pose problême a notre dictateur.
Mr Lebon attendez ,prenez un ticket et faites la queue.
Mic97431, Posté
Ce n'ait que mensonge, il ne connait pas ce que ve dire monopole ? Et oui j'insiste il faut construire un deuxiéme dépot d'hydrocarbure a la réunion, et cela et capital, on peut pas se contentée d'une seul. Pourquoi Mr lebon et il réticent? Bonne question
Honteux, depuis son mobile, Posté
A la koz créole i tire pas su band gros zozo dehors nena in t'as l argent et au lieu payé band salarié i fé dure le conflit exprès. ..band la moukate SRPP. ..créole rouv zot zié...point la honte...
Dorémi, Posté
Regarde kissa y koz !!! arrete prend créole pou couillon dont! voila comment ce "petit messieur" essaye de manipuler la population Réunionnaises en montrant que les gérants sont cleans! il y a un mois c lui qui bloquer la SRPP pourquoi il a pas bloquer la Prefecture plutôt??? pauvre boug il veut suivre le sens du vent! et demain il viendra a son tour rebloquer encore la SRPP!
En tant que syndicaliste il aurait du tourner 7 fois sa langue dans sa bouche , le combat ici de 100 personnes contre une iles entières et de gros actionnaires Parissiens et Londonniens! le combat de David contre Goliath et beaucoup se mettent dans le camp de Goliath c malheureux
Tarte-a-la-creme, Posté
Si Gérard Lebon n'existait pas il faudrait l'inventer ! Voila un homme qui ne manque pas d'air.
Blablabla, Posté
Quel bande de faux jetons !!!!! Des problèmes de trésorerie tu parle ls gens se sont rués dans vos stations alors à d'autres d'autant que ls stations ne vendent pas que du carburant non???
Et quand vous faites vos jolies grèves pour 1 centime vous vous souciez de l'impact pour les autres, que des égoïstes!!!!
Et au lieu de râler tous la faites du covoiturages au lieu de vous vautrer seul ds vos voitures et à faire des bouchons ou mueux prenez le bus ça nous fera des vacances...