Des avions en surpoids et au rayon d'action limité :

Air Austral va adopter deux "enfants terribles" de Boeing


Publié / Actualisé
Les deux futurs B787-800 "Dreamliners" commandés par Air Austral pour 2016 font partie des fameux "enfants terribles" de Boeing, une série d'avions construits précocement et présentant un défaut de fabrication, réputés invendables et immobilisés depuis près de cinq ans aux Etats-Unis...
Les deux futurs B787-800 "Dreamliners" commandés par Air Austral pour 2016 font partie des fameux "enfants terribles" de Boeing, une série d'avions construits précocement et présentant un défaut de fabrication, réputés invendables et immobilisés depuis près de cinq ans aux Etats-Unis...

Outre-Atlantique, on les appelle les "terrible teens". Soit les "enfants terribles" de Boeing, qui causent des tourments depuis des années au constructeur américain. Ces B787-800 "Dreamliners" ont été produits "à la hâte par Boeing avant qu’il ne reçoive la certification de type de la FAA, l’autorité de l’aviation aux Etats-Unis", explique le site spécialisé airinfo.org. Et d’ajouter qu’à l’époque, "il s’agissait pour l’avionneur de fournir autant d’exemplaires que possible alors que son programme subissait déjà trois ans de retard".

Mais dans la précipitation, ces avions ont été construits avec un défaut de fabrication. "Ils doivent subir des modifications pour devenir opérationnels, accusent un surpoids, et par voie de conséquence, une consommation de carburant plus importante et un rayon d’action limité", détaille airinfo.org.

Or les deux B787-800 commandés par Air Austral font bien partie de ces "terrible teens" réputés invendables. Une information que le PDG Marie-Joseph Malé n’avait pas jugé bon de communiquer lors de l’annonce de l’acquisition de ces deux futurs appareils, mais que la compagnie réunionnaise veut aujourd’hui totalement assumer.

"Ça ne nous pénalise en rien"

"Derrière ce nom des terrible teens, il y a une espèce d’affabulation", estime Stéphanie Bégert, responsable de la communication d’Air Austral. "On laisse entendre que ce sont des avions au rabais qui ne seraient pas performants, qui ne pourraient pas répondre à nos exigences, alors que ce n’est pas du tout le cas", ajoute-t-elle.

Et d’expliquer : "Ces avions vont être remis en production pour se doter des dernières technologies afin de répondre à nos exigences, avec notamment des sièges de dernière génération. Seul le fuselage est déjà fabriqué, ce ne sont pas de vieux appareils."

Stéphanie Bégert confirme que ces avions sont "plus lourds" que les 787 classiques et possèdent "un rayon d’action un peu moindre", mais selon elle, "ça ne nous pénalise en rien". D’après la presse américaine, le rayon d’action de ces appareils serait réduit de 1000 miles nautiques, soit environ 1850 kilomètres, ce qui ne serait en effet pas un problème pour les lignes La Réunion-Paris, La Réunion-Bangkok et Mayotte-Paris, pour lesquelles sont destinées les B787-800.

"C’est une belle opportunité qui s’est présentée à Air Austral pour avoir des avions nouveaux et performants à moindre coût", résume donc la porte-parole de la compagnie réunionnaise.

Une ristourne de plus de 50 % ?

Effectivement, l’opportunité semble avoir été avant tout financière pour Air Austral, "qui a encore besoin de vigilance" à ce niveau-là, selon les mots de Stéphanie Bégert. D’après le Seattle Times, le montant global de la transaction pour dix de ces appareils s’élèverait à 1 milliard de dollars, soit 100 millions de dollars par avion, alors que le prix catalogue 2015 d’un B787-8 est fixé à 218,3 millions de dollars. "Je ne sais pas d’où ils sortent ces chiffres, mais évidemment nous avons négocié dans l’intérêt de la compagnie et il est certain que ces avions sont forcément moins chers que des B787 de dernière génération", confie simplement de son côté la représentante d’Air Austral.

Reste que malgré tous ces avantages, Boeing peinait à se séparer depuis des années de ces encombrants avions, immobilisés sur la piste du centre du constructeur américain, à Everett, dans l’état de Washington. L’avionneur désespérait de trouver une nouvelle famille à "ses enfants terribles", avant qu’Air Austral ne se manifeste...

Huit autres de ces appareils seraient toutefois également destinés à la compagnie Ethiopian Airlines, actuellement en phase de négociations avancées selon le Seattle Times. Mais après les louanges dressées à ces B787-800 par Marie-Joseph Malé pour justifier le choix de l’avionneur américain plutôt que du Français Airbus, la révélation des défauts de fabrication de ces avions bradés fait quelque peu mauvais genre. À Air Austral de remettre ces "enfants terribles" dans le droit chemin...

www.ipreunion.com

   

9 Commentaire(s)

Ben ca , Posté
Bon comme info ce n est pas terrible .... et il faut toujours se mefier de ces" amerloc" en affaire.... mais j y pense l Aa380 fabriquer a toulouse il devient quoi lui ???
John, Posté
Et le F-OLRA 777-200LR va etre revendu c est dommage !
Lol, Posté
ROUVE MA JOUER DEDANT KANETTE
Kanette, Posté
@ LOL aller jouer canettes !
Et apprendre faire un copié collé pèce boeing 7774 !

Les cons sont dangereux !

La CRC, au boulot ! Nous voulons des billets d'avion à moins de 40 millions SVP !
Colle D'habitude , depuis son mobile, Posté
Merci a la population de faire confiance a Didier Robert grand manitou de robertairlyne ta k nous filer des avions pourave avec l'argent du contribuable vive Didier Robert !!!!!! Et les 40 millions ils sont ou ?
Lol, Posté
Le Boeing 787, également connu par son surnom Dreamliner, est un avion long-courrier. Officiellement lancé le 26 avril 2004 pour une mise en service en mai 2008, il effectue son premier vol le 15 décembre 20091 et est certifié le 26 août 2011. La première livraison a eu lieu le 26 septembre 2011 à la compagnie All Nippon Airways3.

Cet avion transporte entre 210 et 330 passagers1 selon les versions et configurations, et est plus économe en carburant : d'après les spécifications initiales de Boeing, une consommation inférieure de 20 % à celle d'un Airbus A330 ou d'un Boeing 7774.
Lol, Posté
Le 787 révolutionne aussi l'expérience de vol pour les passagers. Il offre une cabine beaucoup plus spacieuse et des fauteuils plus larges, un degré d'humidité supérieur, des hublots 65% plus grands que ceux des avions actuels et dont l'intensité lumineuse peut être réglée électroniquement. La structure en carbone de l'appareil permettant une pressurisation plus élevée, voler à bord du 787 est comparable à un séjour en montagne, soit 1700 m d'altitude contre 2500 m pour les avions traditionnels .
Charlie, Posté
deja qu'air austral n'est pas capable de transporter les numéros de charlie hebdo, au point qu'il a fallut faire appel à corsair au bout d'une semaine et 4 tentatives avortées....
île propre, Posté
Ont-ils un cerveau ? Ces avions consomment plus donc..... qui seront encore les perdants ?
Air Journal en parle dans un article ;
extrait ; Selon le journal local, bien au fait de l'actualité de l'usine Everett de Boeing dans l'Etat de Washington, ces Dreamliner sont parqués depuis environ 5 ans sur le tarmac de l'usine d'Everett, bien repérables avec les plastics noirs aux hublots et les contrepoids de 7,7 tonnes sous les ailes afin de maintenir l'avion immobilisé.
http://www.air-journal.fr/2015-02-28-ir-austral-a-commande-des-787-en-surpoids-mais-brades-5138047.html

Lire attentivement les commentaires sous le lien..
** Ces avions seront certifiés de quelle façon?
C'est pas très rassurant niveau sécurité de savoir que l'on vole sur un prototype qui a été bricolé...

** Tout le monde et gagnant! Boeing ce débarrasse des 787 et air austral a des 787-8 a moitier prix !!! Mais air austral à une vision a court therme pour les 787 parceque qui dit gain de poids ! Dit consommation

etc etc etc

On jette 40 millions... puis ça ! Les réunionnais je pense, méritent des éclaircissements non ?