La chambre régionale des comptes se penche sur la gestion de l'Île de La Réunion Tourisme :

IRT : frais de mission, cartes bleues et autres dérives


Publié / Actualisé
Dans le cadre de son rapport sur la gestion de l'Île de La Réunion Tourisme (IRT) couvrant la période 2007-2013, la chambre régionale des comptes a vérifié "les déplacements hors département intervenus en 2011 et 2012". Un examen qui a réservé quelques surprises aux magistrats...
Dans le cadre de son rapport sur la gestion de l'Île de La Réunion Tourisme (IRT) couvrant la période 2007-2013, la chambre régionale des comptes a vérifié "les déplacements hors département intervenus en 2011 et 2012". Un examen qui a réservé quelques surprises aux magistrats...

Présidente de l’IRT de juin 2010 à mai 2014, Jacqueline Farreyrol était dans le même temps sénatrice de La Réunion. Et d’après le rapport de la chambre régionale des comptes, il semble que l’ex-chanteuse ait parfois eu tendance à mélanger ses deux casquettes.

"La présidente a utilisé la carte bleue de l’IRT en dehors même de toute mission validée par l’association", écrivent en effet les magistrats, listant trois dépenses au restaurant du Sénat effectuées en 2011 et 2012 pour des montants plutôt élevés : 763 euros, 437 euros et 217 euros...

Une pratique qui n’apparaît guère isolée, puisque la chambre note par exemple que "la présidente a reçu un forfait de 700 euros pour les sept jours de son déplacement au festival Kreol aux Seychelles et a payé avec la carte bleue de l’IRT des frais de restaurant pour un montant de 517 euros, cumulant ainsi à la fois le forfait et la prise en charge des dépenses que ce forfait est censé couvrir". Ou encore que "pour son déplacement à Dubaï, la présidente a également cumulé un forfait de 700 euros et un paiement de ses frais de restauration (162 euros)".

Mais Jacqueline Farreyrol est loin d’être la seule à avoir pris des libertés avec les règles censées encadrées les frais de mission. La chambre souligne ainsi que "les salariés de l’association, en déplacement hors du département en 2011 et 2012, ont été remboursés d’un certain nombre de frais (parkings, taxis, restaurants) alors même qu’ils étaient bénéficiaires de l’indemnité journalière". Cette dernière s’élevant à 60 euros pour les salariés et 80 euros pour les administrateurs pour les déplacements en France, en Belgique et en Suisse (75 et 100 euros pour les autres pays).

Un séjour d'un mois pour une mission de 16 jours...

Enfin, la durée de certains séjours en dehors de La Réunion a également attiré l’œil des magistrats. "L’attention de l’association est appelée sur la nécessité de cadrer davantage les délais de séjour de ses salariés et de ses administrateurs", écrivent-ils.

À l’image d’une salariée participant au salon de la plongée en 2012 et profitant "de son déplacement à Paris pour lequel deux jours de mission sont imputables pour repartir cinq jours après la fin de sa mission". Ou pire encore, cette autre salariée ayant participé au salon Top Resa du 20 au 22 septembre 2011, mais ayant quitté La Réunion dès le 14 septembre pour n’y rentrer que... le 14 octobre, "soit un mois après, pour un déplacement dont le nombre de jours imputés à la mission a été de 16", et ce "sans aucune justification" s’étonne la chambre.

En conclusion, celle-ci observe que "l’IRT ne doit retenir que les seules missions accomplies dans le cadre des activités professionnelles liées à l’association"...

Guilhem George et Mahdia Benhamla pour www.ipreunion.com

   

6 Commentaire(s)

Sa mem mem, depuis son mobile, Posté
y en marre de tout ces abus!!!il faut plus de sanctions....de vrais sanctions!!!
Louis, Posté
farreyrol va rembourser? J'en doute. (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com)
Michelle, Posté
Au mois de Février, la Réunion a été l'ile la plus prisée !
Il faut arreter de dire que nos institutions ne mettent en place aucune mesure.
Des abus il y en a partout mais il faut reconnaitre ce qui a été entrepris !
île propre, Posté
Cet IRT n'est qu'un prétexte pour les élus et leurs amis, familles etc mener grand train.
La Réunion et le tourisme, au fond, ils s'en balancent !!
Si ce n'était pas le cas, au lieu de tenir salons une coupe de champ à la main, ils se seraient préoccupés :
1- de la prpreté de l'île.
2- du coût des billets d'avion
3- Aidé directement les structures d'accueil afin qu'elles puissent baisser leurs tarifs (souvent extravagants et exorbitants
pour ce qui est offert, la preuve, nos élus d'opérettes préfèrent filer à l'étranger pour leurs vacances, idem pour les person-
nalités du monde politique ou du showbiz...)
4- Invité le beau monde ici, chez nous, plutôt que de courir se montrer à Cannes...

Tout le monde le dit, LE COÛT DE L'AERIEN, DES HÔTELS sont rebutant !!

Je m'étonne qu'après des constats pareils de la CRC, de ces énormes manquements de l'IRT pour ne pas dire cet étalage de détournement de fonds publics, il n'y ai pas une vrai enquête et des plaintes. Ils vont continuer leurs dépenses somptuaires
et inutiles (sauf pour eux) durant combien de temps ????? C'est scandaleux ! Il faut les mettre sous tutelle ses incompétents !!!
Choupi, Posté
Il faut revoir de fond en comble le fonctionnement de ces structures et les laisser au secteur privé
Boyer, Posté
c'etait quoi l'expression de Didier Robert au sujet de l'IRT de Paul Verges? ... "association bat-carré"; ca fait rire jaune aujourd'hui