Les associations ATR et Surfrider demandent la suspension des travaux :

Récif des Lataniers : un bijou écologique menacé par la Nouvelle route du littoral


Publié / Actualisé
A quelques dizaines de mètres du chantier de l'échangeur de La Possession de la future Nouvelle route du littoral se trouve le récif corallien des Lataniers. Décrit par les scientifiques comme présentant un intérêt écologique majeur avec toutes les caractéristiques d'un lagon en formation, le site est aujourd'hui sérieusement menacé par les travaux de la NRL. Photos à l'appui, les associations ATR et Surfrider alertent les autorités sur ce grave danger environnemental et demandent la suspension du chantier.
A quelques dizaines de mètres du chantier de l'échangeur de La Possession de la future Nouvelle route du littoral se trouve le récif corallien des Lataniers. Décrit par les scientifiques comme présentant un intérêt écologique majeur avec toutes les caractéristiques d'un lagon en formation, le site est aujourd'hui sérieusement menacé par les travaux de la NRL. Photos à l'appui, les associations ATR et Surfrider alertent les autorités sur ce grave danger environnemental et demandent la suspension du chantier.

"Même nous, on ne pensait pas que c’était aussi beau !" Nicolas Maréchal, membre de Surfirder Foundation Europe à La Réunion, et Johan Ducros, membre d’ATR (Alternatives Transports Réunion), ont découvert la richesse du récif des Lataniers grâce à des photos sous-marines réalisées par un plongeur amateur à la mi-février.

Situé entre la ravine des Lataniers au sud et la ravine Lafleur au nord, il s’étend sur près de 250 mètres le long de la côte et jusqu’à environ 80 mètres du bord, par une profondeur variant entre 2 et 6 mètres. Les clichés montrent une grande variétés de coraux, certains atteignant 4 à 5 mètres de haut, le site étant qualifié "d’embryon de lagon" par les scientifiques.

Une richesse méconnue mais un intérêt majeur

"La richesse du site est méconnue. Il représente un intérêt écologique majeur, déterminant pour les espèces vivant autour de la zone", souligne Johan Ducros, insistant sur le fait qu’il y a "un vrai intérêt de la communauté scientifique sur ce site".

Mais les photos réalisées en février ont également révélé une tout autre réalité : des morceaux de bâches recouvrant des parties du récif, des tétrapodes se déportant vers le site et écrasant des coraux ou encore des couches de sédiments s’amoncelant dans certains endroits.

Une vidéo publiée sur le site de l'association Alternatives Transports Réunion démontre également l'étendue des dégâts et les menaces pesant sur le récif :

C’est que toute la partie nord du récif des Lataniers jouxte le chantier de l’échangeur de La Possession de la NRL et se trouve également exposé aux travaux de la future digue prévue entre La Possession et la Grande Chaloupe. Pour Johan Ducros comme pour Nicolas Maréchal, le danger n’est rien moins que la disparition pure et simple, à terme, de ce site présenté comme l’un des récifs coralliens les plus riches et diversifiés de La Réunion. "La proximité du chantier de la NRL et les énormes quantités de matières en suspension qui seront amenées par les enrochements déversés en mer lors des travaux représentent un danger majeur pour le récif corallien", estiment-ils.

Quelques bâches pour 10 millions de tonnes de remblais

Les associations ATR et Surfrider rappellent ainsi que le CSRPN (Conseil scientifique régional du patrimoine naturel), organe de la DEAL, avait souligné dans un avis publié le 8 décembre 2011 la nécessité de "tout mettre en œuvre afin de mieux protéger le banc des Lataniers (…), formation remarquable sur le plan écologique".

Un dispositif de protection a certes été mis en place : un barrage flottant anti-hydrocarbures doublé d’un rideau de géotextiles installé entre le chantier de l’échangeur de La Possession et la partie la plus sensible du récif. Un système jugé bien "dérisoire", comme l’explique Nicolas Maréchal : "Ces bâches sont censées être des filtres pour empêcher les particules de dériver vers le récif, mais avec 10 millions de tonnes de remblais, on sait très bien que ça ne va pas empêcher l’impact du chantier, ce n’est pas possible."

Les plongées effectuées en février ont également mis en évidence la fragilité de ce dispositif. "La majeure partie du rideau de bâches géotextiles reposait par 10 mètres de fond, une autre partie était déchirée et pendouillait entre la surface et le fond", décrit Johan Ducros, soulignant que ces dégradations ont été constatées "loin de tout épisode cyclonique ou de forte houle". "Le dispositif de protection ne fait visiblement pas l’objet d’un suivi régulier contrairement à ce que préconise l’arrêté Loi sur l’eau du 23 octobre 2013", en déduit-il.

Un système "inopérant" et "dangereux"

Pire, au lieu d’être un système de protection, ces bâches deviennent elles-mêmes un danger pour le récif. "Si une des bâches géotextiles reposant au fond est portée par le courant vers le récif, elle pourrait s’enchevêtrer dans les coraux et avoir des conséquences dramatiques en détruisant une partie du récif", explique le membre d’ATR. "Ces bâches mesurent 20 mètres de long sur 5 mètres de large et recouvrent une surface de 100 mètres carré, ce qui représente un potentiel destructeur important. De plus, elles ne son pas biodégradables : dans 400 ans elles seront encore en mer", poursuit-il.

Pour les associations, ce système de bâches est ainsi à la fois "inopérant" et "dangereux", et ne fait l’objet d’aucun suivi régulier. C’est pourtant le seul qui est prévu à ce jour. "C’est de l’hypocrisie", considère Johan Ducros. "On nous fait la promotion d’un moyen de protection, mais c’est un alibi qui permet de franchir l’étape réglementaire. Ça fait bien sur le papier, mais c’est expérimental sur un projet d’une telle échelle. C’est totalement inadapté, ce n’est que de la poudre aux yeux", assène-t-il.

Par ailleurs, "les travaux de la future digue en mer prévoient d’abord un noyau composé de remblais, avant que ce noyau ne soit ensuite recouvert de roches massives", reprend Johan Ducros. "La digue en remblais sera donc totalement à nu dans un premier temps, ce qui comporte un risque maximal. En cas de forte houle, les vagues emporteraient une partie des matériaux et des particules qui se retrouveraient dans l’eau et pourraient arriver jusqu’au récif avec les courants", souligne-t-il.

Des blocs de bétons qui glissent vers le récif

"Un épisode cyclonique serait dévastateur. Des milliers de tonnes d’enrochement seront emportées par la houle et les sédiments risquent de se déposer petit à petit sur le récif des Lataniers et tuer ce bébé lagon dans l’œuf", prévient-il encore.

La houle cyclonique de cet été austral a d’ailleurs déjà produit des effets néfastes sur le récif. "La piste d’accès au chantier de l’échangeur de la Possession, constituée d’un amoncellement de tétrapodes, a commencé à s’affaisser côté mer", note Nicolas Maréchal. "Des blocs de béton posés sur un lit de galets glissent progressivement vers le récif et ces blocs ballotés au gré des courants pourraient devenir de véritables "béliers" détruisant une partie du récif", souligne-t-il.

Les menaces que fait peser le chantier de la NRL sur ce site écologique sont donc nombreuses selon ATR et Surfrider. Et selon ces associations, "l’hypocrisie autour des mesures compensatoires aboutit aujourd’hui à une banalisation des impacts idéologiques et à une dédramatisation toujours à l’avantage des maîtres d’ouvrage et au grand dam des défenseurs de l’environnement". Pour Johan Ducros, "la pire chose serait de continuer avec cette protection insuffisante jusqu’à tuer le récif et dire ensuite qu’il n’y avait pas de récif à protéger..."

Une demande de transparence

En conséquence, les deux associations demandent conjointement "l’arrêt des travaux sur l’échangeur tant qu’une solution adaptée n’aura pas été trouvée au niveau des moyens de protection du récif des Lataniers". Elles souhaitent aussi que soient respectées les clauses prévoyant "un rendu public de l’ensemble des documents scientifiques liés au suivi environnemental du chantier de La Possession". Elles demandent enfin "un accès au site des Lataniers jusqu’en limite du chantier au niveau du barrage flottant" et un "droit de constat des associations indépendantes, non parties prenantes du comité de suivi de la NRL".

En attendant, ATR et Surfrider ont transmis les photos réalisées à la DEAL et souhaitent également les faire connaître du grand public. Pour qu’on ne puisse pas dire dans quelques années : "On ne savait pas…"

www.ipreunion.com

   

37 Commentaire(s)

974, Posté
Regarde ce que vous avez de notre île, ont fait poussé du béton partout et même dans la mer certain nous vraiment pas honte......
Jaja, Posté
@ Alice. Et bien pour protéger le récif tel que les travaux sont prévus, il n'y a malheureusement rien à faire. C'est là toute l'hypocrisie des mesures compensatoires décrite dans l'article. La communauté scientifique a alerté au moment des études, que la construction de la digue (10 millions de tonnes de remblais déversés en mer + dragage des fonds sablonneux sur 2 à 3m de profondeur) entrainera obligatoirement la mobilisation d'énormes quantités de sédiments et donc des dégâts irrémédiables au récif. Aucun système de protection ne peut empêcher cela, meme celui mis en place actuellement. C'est le projet de digue en lui-même qu'il faudrait revoir. La solution avancée par le maitre d'ouvrage est de dire, si des dégâts au récif sont constatés, alors on recréera un récif artificiel pour compenser cet impact. C'était une manière de passer l'étape réglementaire, et ça a marché car le système des mesures compensatoires est aujourd'hui très chirurgical et vaut autorisation de destruction du milieu naturel. Pour conclure, pourquoi ne pas construire un tunnel à la place de la digue sur le tronçon Possession Grande Chaloupe? C'est à mon avis une des solutions alternatives intermédiaire et validée techniquement.
Jaja, Posté
@ Momo, en effet délocaliser le récif est une des solutions envisagée. Mais il est à mon avis impossible de reproduire ailleurs ce que la nature a choisi d'implanter sur ce site en particulier. C'est la richesse en espèces coralliennes et leurs tailles qui font que le récif des Lataniers est unique à la Réunion. Impossible de recréer ailleurs ce qui est unique, surtout par l'intervention de l'homme.
@Anne Abel, une pétition est en ligne sur avaaz, NON à la nouvelle route du littoral. Pour info, elle a été lancée par un élu vert (Marchaud).
@Bruno L'action de terrain est envisageable comme à Nantes. Ici ce serait par exemple sur le site de la carrière des Lataniers ou à la Grande Chaloupe. Je suis d'accord avec vous que les lycées, et autre bâtiments publics ont tout à y gagner si l'on leur attribue des fonds pour la réhabilitation plutôt que de jeter des valises de billet pour cette route en mer. Si vous souhaitez participer à un mouvement, rapprochez-vous des associations ATR et Surfrider.
@Ecologie ou économie? En effet l'alternative c'est toute la question. La réutilisation d'une partie de la route actuelle pour les TC est une idée. Le développement d'aires de parking et une incitation au covoiturage est une autre idée. La réalisation d'une route en tunnel est aussi indispensable je pense si on veut conserver une solution route. Mais elle ne doit pas être la solution unique. Comme vous le dites, il faut proposer une ou plusieurs alternatives et laisser aux gens le choix. Leur imposer une route en corniche, une route en mer, un tunnel ou une route par les hauts, n'est pas une solution. Une solution mixte pourrait être préférable.
Anne abel, Posté
Y a-t-il une pétition à signer ? si oui quel est le lien ? merci de vos réponses
Bruno, Posté
Assez de ces (supprimé pour injures - webmaster ipreunion.com) qui nous imposent leur loi ! Refusons cette route ! Occupons les lieus comme d'autres l'ont fait avec succès pour l'aéroport de Nantes !
Rénovons les lycées, construisons des crèches, faisons du sport !
Il faut ré apprendre la vraie contestation !
A partir de demain, il faut que chacun tague : NON NRL !! partoutoù c'est possible !
Eco logie ou nomie ?, Posté
Que voulez-vous... l'économie l'emporte car l'intérêt politique est en jeux ! Un phénomène environnemental catastrophique tout le monde le sais tout le monde le dit mais nous sommes trop petit...
S'opposer à un tel projet parce qu'il est criminel c'est une bonne raison, mais cela ne suffit pas, il faut proposer une alternative. Le transport en commun peut se faire sur la route du littoral existante, un très gros projet qui aura des impacts économique d'envergure et de l'emploi à long terme, mais contribuera aussi au développement de nouveaux métiers grâces aux nouvelles technologies du transport en commun et le gain de temps pour les usagers de la route. En contrepartie l'espérance de vie de nos richesses naturelles et locales sera renforcée car la pollution sera minimisée. L'impossible n'existe pas et l'écologie est un phénomène de mode actuelle. La modernisation de nos modes de vie est importante et sera une victoire si elle préserve notre planète.
Momo, Posté
L'île de la Réunion!!!! une vrai poubelle! nous avons de la chance de vivre sur une île! Alors préservons là! protégeons nos récifs coralliens, notre environnement!! personnellement je suis contre cette NRL! du béton et encore du béton!! arret ek sa té!! changeons nos mentalités!
Délocaliser le récif !, Posté
Eh ben dis donc voila maintenant qu'on va délocaliser les le récif ! Pour l'envoyer où ? Au festival de Cannes ou au Carnaval des Seychelles ? On en pleurerait de rire si ce n'était pas tout simplement à pleurer !
Alice, Posté
Merci d'en parler, c'est mieux de savoir que de ne rien savoir. Il serait bon de connaitre les différentes solutions écologiques pour agir intelligemment et régler ce problème. Comment la route pourrait-elle se faire puisqu'elle paraît nécessaire tout en sauvant également ce récif ? Par quel moyen pourrions nous le protéger efficacement?
Koko, Posté
L aspect écologique est pris en compte dans le dossier nrl avec une délocalisation du récif
Les coraux, Posté
La présence de plongeurs qui piétinent et qui détruisent les coraux par inadvertance.. est aussi une cause de la mort des coraux.
En voici, un autre exemple :
Le réchauffement climatique
Des eaux de températures légèrement trop élevées provoquent la mort des algues symbiotiques des coraux, entrainent un phénomène connu sous le nom de blanciment corallien.
Certains types de coraux ont besoin de rocher pour se greffer dessus et ensuite ils se multiplient sur leurs squelettes.
Les coraux ne peuvent vivre sur un sol nu.
Les roches ramenés pour la NRL vont les servir pour s’y greffer et grandir, tout en sachant que certains coraux ont besoin de lumière pour vivre et non en profondeur !!!
Ces rochers, justement, vont permettre aux coraux de se développer et agrandir le récif corallien.
Dégagez, Posté
C'est un crime écologique qui est en train de se commettre et des idiots crient : c'est pas grave il faut faire la NRL. Vous être aussi crétins que stupides, aussi pitoyables qu'ignobles. Allez dégagez et amenez votre président avec vous !
Les petites mains sont minables, Posté
@ Polémique, En vie, Marche, Pffffff et PfffAh : ça y est les petites mains lécheuses de bottes de président se sont réveillées, on était inquiet, on se demandait où elles étaient passées. En fait, elles étaient allez chercher les éléments de langage et les revoici parmi nous. Elles ou ils (ou il et elle) ont lâché leurs posts bourrés de fautes en rafales. Pauvres petites mains, vous êtes vraiment minables
Polémique, Posté
Bien sure protégeons les coraux et laissons la montagne nous tomber sur la tête il faut arrêter de polémiquer et laisser cette route se faire je propose à ce collectif d’aller en Amazonie pour défendre la nature qui est en train de disparaître sans que personne ne bouge
En vie, Posté
Bien entendu tout cela veut dire que nos vies importe peu et que celles des coraux est primordiale.Arretez vos conneries svp !
Marche, Posté
Bientôt va faire marche à nous à pied et galets va chappe su not tête il faudra pas dire rien !
Pffffff, Posté
rien ne prouve que ce qu’il dit est vrai !certainement pas cette vidéo !les écologistes de toute façon sont contre tout.les écologistes sont des bobos de gauche !
Pfff, Posté
Tous les jours on construit et par voie de conséquence on détruit. Tous les jours on vit dans la crainte en empruntant l'axe actuel.M.Marchau, nous respectons vos craintes en faveur des coraux mais nous n'acceptons pas de vivre dans la peur tous les matins.
De plus , votre combat au départ humble et à votre honneur est devenu un combat politisé. Vous pouvez vous présenter aux régionales, ne faites pas de vos pensées écologiques une politique de casse.
Avant de sauvegarder un site et de protéger les coraux, protégez nous et sauvegardez la race humaine.
Le président de Région , par le biais de cette nouvelle route a cherché à sauvegarder des vies avant tout.Je suis persuadé qu'il respecte votre combat, respectez le sien qui est aussi celui des réunionnais qui l'ont mis en place pour défendre leurs intérêts
Atbo, Posté
d'accord avec tout ce qui a été dit précédemment; donc je ne vais pas reprendre; merci à IPR de nous informer sur ce sujet; je n'ai pas trouvé l'info dans le reste de la presse ces temps-ci; La vidéo parle d'elle même.
pour la pétition, c'est déjà fait et difusé en ce qui me concerne
Et monsieur le "député qui marche" il en pense quoi de tout ça? et son hôte, mr l'exité qui veut aller à la chasse aux requins....il en pense quoi ? il va en avoir du boulot pour ratatiner tous les requins qui vont rapliquer en eaux troubles....Au fait mais de quels requins parle-t-on? parce que j'en connais sur terre qui ont des crocs .....inimaginables !!!!!
Sans être pessimiste, je pense qu'on ne mesure même pas l'ampleur des dégâts collatéraux; quel héritage pour nos enfants, petits enfants, arrières, arrières......!!!!!!
Alors, réagissons; et comme le dit Jaja, si chacun fait une petite action, on a plus de chances d'aboutir
île propre, Posté
Entière ment d'accord avec "il faut le virer" !
Il n'y a que les profiteurs qui croient (ou font semblant de croire ce qui est encore plus méprisable)
en ce petit dictateur raté. Ce chargeur d'lo à quelques semaines des régionales.
Je ne regarde plus jamais le JI local rien que pour ne pas voir sa tronche !
Les médias et les nantis qui lui passent la pommade m'écoeurent....
Lorsque l'on constate ce que révèle la cour des comptes sur l'IRT
Lorsque l'on voit de quoi il est capable (supprimé pour prise à partie - webmaster ipreunion.com) pendant que les lycées sont à l'abandon
les courbettes devant certaines communautés,
les voyages à gogo,
trop à dire...
Foutons-le dehors ! Le prochain ne pourra pas faire pire de toutes façons !

PS j'ai déjà signé une pétition contre cette aberration de route tel qu'elle est prévue.. s'il y en a d'autres je signe aussi !
Jaja, Posté
@Ted: il y a une pétition en ligne sur le site avaaz pour dire non à la nouvelle route du littoral. Une signature c'est bien, mais relayer l'information, voter, en discuter autour de soi est beaucoup plus efficace! Soutenir les associations par du temps ou un don est aussi un moyen de contribuer à défendre son point de vue et de le diffuser! Les assos peuvent être contactées par Facebook par exemple.
Françoise Nourry, Posté
Je suis d'accord, il faut vraiment le virer de la Région, ce Monsieur. Heureusement le mois de décembre n'est pas loin
Il faut le virer, depuis son mobile, Posté
Pendant que le president de la region fait le kakou a l'ile maurice en declarant des c.......s sur les tarifs des billets d'avion entre son pays et l'ile cousine ( il a fallu 5 ans pour aborder le sujet )il devrait s'occuper des vraies problemes de sont chantier de la route du littoral il ne suffit pas de dire ( je me preoccupe de mon pays et des reunionnais ) pour nous polluer le littoral a des fins de renouvellement de son mandat regional
Ted, Posté
Ou dois je signer pour monter que je suis contre
Jaja, Posté
@ Mc Ouille, c'est en effet un des enjeux parallèle à la problématique au niveau du récif...
@ Val: Et bien il ne faut pas se sentir impuissante, une petite action suffit à fair bouger les choses. Un commentaire ici est déjà une contribution! Participer à des actions associatives même ponctuellement est également une très bonne contribution! Vous pouvez contacter ATR-Fnaut ou Surfrider's via leur page Facebook et suivre les actions à venir.
Arrêter les travaux maintenant c'est possible, car la perte de quelques centaines de millions d'euros ne sera rien comparé aux 2milliards de dépenses prévues et aux effets collatéraux du projet (endettement de la Région, dommages au milieu marin, risque cyclonique...). Les actions en justice engagées par les associations (15 recours) sont une voie obligatoire et qui permettront peut-être de stopper les travaux. Les actions associatives de ce genre sont complémentaires et permettent de sensibiliser le grand public. En tout cas, il n'y a pas de fatalité!
Mc Ouille, Posté
Les études du programme CHARC (11ème min du film en lien) montrent clairement qu'il y a un lien étroit entre turbidité de fond et présence à la côte des requins bouldogues. Les 18 millions de tonnes de remblais nécessaire à l'édification des digues de la nouvelle route de littorale vont générer des panaches boueux qui vont être dispersé par les courant avant de sédimenter sur la côte Nord Ouest de la Réunion. La houle remettra en suspension ces sédiments, rendant fortement turbides les eaux de la zone et ce de manière plus fréquente.
La Région veut elle réellement régler la crise requin si néfaste à l'image de La Réunion et a sont économie touristique. Si c'est vraiment le cas il faudrait peut être réfléchir en amont aux conséquences de cette artificialisation du littorale incohérente et contradictoire compte tenu de l'avancée des connaissances sur le comportement des squales.
https://es.ird.fr/toda-la-actualidad/actualidades/comunicados-de-prensa/restitution-du-programme-charc
Val, Posté
C'est terrible, mais j'ai vraiment un sentiment d'impuissance. Comment faire pour tout arrêter ? Est-ce encore possible Vu tous les frais déjà engagés,et la campagne médiatique du conseil général? Que pouvons nous faire quand la machine du profis est déjà en route?
Elisa, Posté
maintenant on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas,
Alex, Posté
Super ! A diffuser largement (localement et nationalement voir plus)
Par contre : " la houle cyclonique de cet hiver austral..." moyen loool .; houle cyclonique (été austral), houle austral (hiver austral).
Vali, Posté
Qu'est ce qu'on peut faire pour faire arrêter ces travaux? Cette route du littoral va nous ruiner à tous les niveaux. Aret gaspi nout péi.
Paul, Posté
Ce qui m'importe c'est la sécurité des êtres humains. Rien contre les vies sous l'eau mais je veux emprunter une route sécurisée!
Mamine, Posté
la terre, la mer, ou sa ns sava comme sa? Mr Didier Robert koi ou conte fé pou sauve not lagon dans "l'intérêt des réunionnais".
sa nout pays sa oté!
Poseidon, Posté
Impressionnant ! Nous voilà éclairés ! Depuis plus de 350 ans que de dégârs les humains ont infligé à cette île belle et... Fragile.
Ce gouvernement qui se dit socialiste organise la conférence de Paris cette année même sur le climat alors qu'il est complice et de la suppression du projet tram-train et de ce chantier fou pour ne pas dire criminel. Rsponsables ces politiques? Plutôt coupables, oui !
Merci de nous informer , depuis son mobile, Posté
Merci de me faire decouvrir cela tres interessant pour l'ecologie et surtout pour la survie de ce lagon ,mais ce qui me fait peur plus que les requins c'est les politiques et surtout du cote de la region qui joue un double jeux ecolo et beton
Moman66, Posté
L'homme détruit ce que Dame nature édifie au fil des siècles
Quel mépris!Ce récif corallien en genèse !sacrifié sur l'autel de la NRL...irrespect du cycle géologique naturel de notre île fragile!
Le peuple Réunionnais doit le savoir et décider!
Citoyen, Posté
Les ingénieurs qui ont conçu le projet n'ont pas pris en compte ces aspects? n'y aurait-il pas plutôt à prendre en considération que beaucoup d'humains, particulièrement ceux qui réagissent actuellement, ont bouffé des poudres animales et présentent tous les symptômes de la vache folle qu'il faut rapidement éradiquer par des soins intensifs. Ils n'ont pas encore pensé que toutes les constructions réalisées sur cette belle ile défigurent les paysage et qu'i faudrait en toute urgence expatrier cette population massacrante sous d'autres cieux ...Tenez! envoyez les tous dans la Creuse, ne pas oublier le thierry aux 90 000 euros.
Moi, Posté
punéze mais cette route en mer est une hérésie et une catastrophe ecologique