Aucun permis de construire n'a été délivré :

Nouvelle route du littoral : la ville du Port ne veut pas d'usines illégalement installées


Publié / Actualisé
Réuni ce mardi 5 mai 2015, le conseil municipal du Port a donné un avis défavorable concernant l'installation d'usines à béton chargées d'alimenter le chantier de la nouvelle route du littoral. "A ma connaissance, il n'y a pas eu à ce jour de demande de permis de construire. Il y a une sollicitation, mais aucune demande", souligne Olivier Hoarau, le maire de la commune.
Réuni ce mardi 5 mai 2015, le conseil municipal du Port a donné un avis défavorable concernant l'installation d'usines à béton chargées d'alimenter le chantier de la nouvelle route du littoral. "A ma connaissance, il n'y a pas eu à ce jour de demande de permis de construire. Il y a une sollicitation, mais aucune demande", souligne Olivier Hoarau, le maire de la commune.

Lors du meeting lançant la campagne de Huguette Bello dans le cadre des élections régionales, Olivier Hoarau avait déjà évoqué certains dysfonctionnements du chantier de la nouvelle route du littoral. Cette fois-ci, le maire du Port est passé à l'action.

Au cours du conseil municipal de ce mardi, les élus ont voté un avis défavorable concernant l'enregistrement de centrales à béton gérées par Vinci. Celles-ci étant déjà installées, la commune compte sortir un arrêté d'interruption des travaux.

"On ne peut pas s'installer, monter son usine et commencer les travaux uniquement parce qu'il y a des millions qui sont en jeu. Nous avons la police du sol au Port. Nous avons une règlementation et comme dans n'importe quelle commune, il faut la respecter", justifie Olivier Hoarau, le maire du Port.

"Il n'est pas question d'aller plus vite que la musique et contre le droit"

S'il se défend de mener une action politicienne et affirme ne pas être contre le chantier de la NRL, le premier magistrat estime que la procédure doit s'effectuer dans la légalité. "Il y a la nécessité de modifier le PLU (ndlr : Plan local d'urbanisme) pour intégrer la capacité de ces usines à s'installer au Port. On a lancé la procédure, il faut attendre qu'elle soit achevée et aboutie pour pouvoir commencer les installations", indique-t-il.

Au-delà de cette violation du droit du sol, l'homme politique s'insurge également contre certaines conséquences des travaux qui n'ont pas été résolues. "La question de l'alimentation en eau n'a pas encore été réglée. Le trafic des camions que vont générer ces travaux n'a pas encore été réglé. Il n'est pas question d'étouffer la ville du Port", prévient Olivier Hoarau.

"Nous avons engagé à la demande du préfet une modification de notre PLU pour intégrer la règlementation sur le projet d'intérêt général sur la zone arrière portuaire. Nous l'avons fait depuis décembre. Maintenant, il faut attendre que les choses se fassent. Il n'est pas question d'aller plus vite que la musique et contre le droit", conclue le maire du Port.

www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Mdr, Posté
tous les pretextes sont bons tant qu'il servent à reculer le projet de la NRL c'est ca! c'est vraiment mesquin et à l'image d'Huguette Bello.
C'est vous qui nous étouffez avec votre politique de casse!
Fifi, Posté
Si c'était pour la construction de la MCUR il aurait fait tout ce cirque?
N'importe quoi!
Aie, Posté
Le PLR me donne de l'éxema, la gauche me donne envie de vomir et le maire m'empeche de vivre , que peut on en faire?
Soweto, Posté
La population du Port s'expose vraisemblablement à une pollution par des particules fines émis par ces usines et au trafic des camions. De plus, le ciment referme du chrome qui est reconnu comme un allergène et....cancérogène. Il y a un risque pour la santé publique.