La grève aux Brasseries de Bourbon perturbe la production et la livraison de boissons :

La Dodo lé pa vréman la


Publié / Actualisé
Cela fait une semaine ce mardi 12 mai 2015 que les salariés des Brasseries de Bourbon sont en grève. Les négociations sont au point mort et le mouvement social perturbe la production de boissons dans les usines de Saint-Denis et Saint-Pierre. Du coup, les grandes surfaces et petites boutiques commencent à ne plus être livrées. Il n'y a pas encore de pénurie générale, mais les rayons se vident de plus en plus, parfois même jusqu'à la rupture de stock.
Cela fait une semaine ce mardi 12 mai 2015 que les salariés des Brasseries de Bourbon sont en grève. Les négociations sont au point mort et le mouvement social perturbe la production de boissons dans les usines de Saint-Denis et Saint-Pierre. Du coup, les grandes surfaces et petites boutiques commencent à ne plus être livrées. Il n'y a pas encore de pénurie générale, mais les rayons se vident de plus en plus, parfois même jusqu'à la rupture de stock.

"La Dodo lé la ?" C'est la question à laquelle doivent répondre les commerces en ce moment. Car le conflit social qui paralyse les Brasseries de Bourbon depuis une semaine a également ses conséquences auprès des hyper marchés et des supérettes de quartier.

Les usines de Saint-Pierre et de Saint-Denis sont à l'arrêt, tout comme les négociations entre les salariés et la direction. "Les sites sont bloqués dans le nord et le sud. La bière est là, mais l'embouteillement est arrêté", assure Prosper Dalleau, délégué syndical CFDT.

Du coup, les rayons se vident un peu partout dans l'île. Et certaines grandes surfaces sont déjà en rupture de stock. "Il n'y a plus de Dodo pour le moment. On sait pas quand est-ce qu'on sera livré justement à cause de la grève", indique-t-on chez Carrefour Sainte-Suzanne. "Il n'y en a plus du tout", prévient le Jumbo Sacré-Coeur du Port.

Le Coca-Cola manque également à l'appel

Certains clients, fidèles consommateurs de bières Bourbon, ont même commencé à faire des provisions en cas de pénurie. "On en a, mais il faut vite venir parce qu'en ce moment beaucoup de gens en prennent", prévient un hypermarché de l'Est. "Il n'y en a plus beaucoup, il faut vite venir", ajoute une autre grande surface du nord.

Dans une moindre mesure, les petits commerces sont également touchés par ce mouvement de grève. Il reste uniquement des packs de 12 au Score Bellepierre, seulement des packs de 18 à celui de Saint-Joseph… Face au stock qui fond, certaines supérettes ont décidé d'encourager la vente en vrac des petites bouteilles. Et cette situation ne concerne pas uniquement la Dodo. D'autres boissons - comme la Heineken et le Coca-Cola - commencent également à se faire rare dans les rayons de l'île.

Aux Brasseries de Bourbon, la direction a proposé un protocole de désaccord aux salariés grévistes. Ces derniers ont refusé de le signer et attendent la poursuite des négociations. "Les salariés sont déterminés pour poursuivre la grève", prévient Prosper Dalleau.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

FOX, Posté
.....Une semaine de grève.....et c est déjà la rupture dans les points de ventes ! ?...euh combien domoun i vive en dessous du seuil de pauvreté à la Réunion ?.....je serais curieux de savoir, quelle couche de la population achète et consomme ....très régulièrement ces boissons alcoolisées ?.....j ai ma p tite idée....et vous ?....vite, que des accords soient trouvé....ce bon peuple a soif....le gosier lé sec....