Politique :

Laurent Wauquiez, du front de mer de Saint-Denis aux frontières de la droite


Publié / Actualisé
En 2007, Laurent Wauquiez avait accompagné le candidat Sarkozy à La Réunion lors de la campagne de l'élection présidentielle. Imaz Press avait immortalisé l'instant lors d'un footing à Saint-Denis, un cliché repris ce vendredi 22 mai 2015 par "Le Monde" pour illustrer un portrait intitulé "Le bad boy de la droite", où le numéro 3 de l'UMP est décrit comme un "ambitieux décomplexé".
En 2007, Laurent Wauquiez avait accompagné le candidat Sarkozy à La Réunion lors de la campagne de l'élection présidentielle. Imaz Press avait immortalisé l'instant lors d'un footing à Saint-Denis, un cliché repris ce vendredi 22 mai 2015 par "Le Monde" pour illustrer un portrait intitulé "Le bad boy de la droite", où le numéro 3 de l'UMP est décrit comme un "ambitieux décomplexé".

En 2007, Laurent Wauquiez, porte-parole du candidat, courait encore derrière Nicolas Sarkozy sur le front de mer de Saint-Denis. Huit ans plus tard, celui qui est désormais numéro 3 de l’UMP et futur secrétaire général des "Républicains" cherche désormais à tracer sa propre route.

C’est ce que raconte le portrait publié dans Le Monde, sous la plume d’Ariane Chemin et d’Alexandre Lemarié, dessinant un homme froid, calculateur et ambitieux, très soucieux de sa communication, quitte à "récrire son CV", soulignent les auteurs.

A 40 ans, Laurent Wauquiez se veut désormais le chantre de cette droite "décomplexée" et "transgressive", inspiré par les thèses du "mauvais génie" Patrick Buisson, ex-directeur de l’hebdomadaire d’extrême droite Minute et ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy. Immigration, Europe, mariage homosexuel… le jeune maire du Puy (Haute-Loire) s’est fait une spécialité de jeter des pavés dans la mare, au point de s’attirer de plus en plus d’inimitiés. "Jamais peut-être homme politique n’a été autant détesté – et craint – que lui, notamment dans son camp", écrivent les journalistes du Monde.

A l’époque où il foulait les sentiers dionysiens l’homme était pourtant décrit comme un représentant de la relève du centre droite, assistant "enthousiaste" à l’élection de Barack Obama en 2008 et admirant "les démocrates américains, les centristes européistes, le christianisme social", rappellent Ariane Chemin et Alexandre Lemarié.

Aujourd’hui, il n’a pas de mots assez forts pour fustiger cette Europe désormais honnie, plaidant pour la sortie de Schengen et la fermeture des frontières. On l’a également retrouvé en tête des cortèges lors de la "Manif pour tous". Pour les journalistes du Monde, "Laurent Wauquiez incarne aujourd’hui ceux qui se barricadent face aux migrants, au mariage homosexuel, à l’islam".

Député de Haute-Loire depuis 2004, ministre chargé des Affaires européennes en 2010 puis ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche en 2011, Laurent Wauquiez est désormais candidat aux élections régionales en Rhône-Alpes. Et compte bien se forger un destin national en continuant de sinuer aux frontières de la droite et de l’extrême droite, désormais bien loin du joggeur discret qui ne voulait surtout pas faire d’ombre à son candidat sous le soleil réunionnais…

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

CHABAN, Posté
Un opportuniste.