Saint-Leu :

Carrière de Bois-Blanc : le commissaire enquêteur rend un avis défavorable


Publié / Actualisé
Après un mois d'enquête publique et quelques semaines de réflexion, le commissaire enquêteur Noël Passegue a rendu un avis défavorable quant à l'installation d'une carrière sur le site de Bois-Blanc à Saint-Leu. Afin de motiver son avis, l'expert a pris en compte les 1 379 observations défavorables qui lui ont été transmises, les refus des communes de Saint-Leu de l'Etang-Salé et des Avirons ainsi que l'opposition de l'agence régionale de santé. L'installation du site par la SCPR (Société de concassage et de préfabrication de La Réunion) dépend désormais du préfet qui doit prendre connaissance du rapport et des conclusions du commissaire enquêteur. "Notre fierté envers chacune et chacun de vous est immense, c'est un grand pas d'accompli. On n'a peut-être pas encore gagné la guerre, mais savourons ensemble cette victoire", a réagi pour sa part le collectif Touch pa nout roche.
Après un mois d'enquête publique et quelques semaines de réflexion, le commissaire enquêteur Noël Passegue a rendu un avis défavorable quant à l'installation d'une carrière sur le site de Bois-Blanc à Saint-Leu. Afin de motiver son avis, l'expert a pris en compte les 1 379 observations défavorables qui lui ont été transmises, les refus des communes de Saint-Leu de l'Etang-Salé et des Avirons ainsi que l'opposition de l'agence régionale de santé. L'installation du site par la SCPR (Société de concassage et de préfabrication de La Réunion) dépend désormais du préfet qui doit prendre connaissance du rapport et des conclusions du commissaire enquêteur. "Notre fierté envers chacune et chacun de vous est immense, c'est un grand pas d'accompli. On n'a peut-être pas encore gagné la guerre, mais savourons ensemble cette victoire", a réagi pour sa part le collectif Touch pa nout roche.

Même lors des Jeux des Îles, les membres du collectif Touch pa nout roche étaient présents pour rappeler leur opposition à la carrière à Bois Blanc. Cette action, organisée plusieurs semaines après la fin de l'enquête publique, est symbolique de la levée de boucliers suscitée par le projet de la SCPR (Société de concassage et de préfabrication de La Réunion). Un refus presque catégorique qu'a pu relever le commissaire enquêteur Noël Passegue au cours de la consultation qu'il a mené pendant quatre semaines dans les mairies de Saint-Leu, de l'Etang-Salé et des Avirons. Au total, 1 379 avis défavorables ont été comptabilisés, tandis qu'un kabar ainsi qu'une grande manifestation rassemblement 4 000 personnes ont été organisés.

"La participation du public à cette enquête a été massive. Les avis défavorables dépassent de très loin les avis favorables au projet de carrière. S'agissant des avis favorables, 59 d'entre eux émanent des professionnels des transports, quant aux 2 autres, l'un émane du directeur général de la SCPR et l'autre, d'un ancien sénateur et conseiller régional de La Réunion. Les motivations de ces avis favorables se fondent principalement sur le chantier de la Nouvelle route du littoral, l'ouverture de la carrière le développement économique de La Réunion et l'emploi", écrit Noël Pessague dans son rapport, et note qu'aucune "concertation ni rencontre avec la population avoisinante du projet n'ont été proposées au préalable à cette dernière par la SCPR, et ce, avant l'enquête." Pour rappel, 12 millions de tonnes de roches auraient été entièrement destinées au chantier de la NRL.

"Une entreprise très difficile, voire impossible à réaliser"

De l'autre côté, le commissaire enquêteur a reccueilli principalement les observations de personnes qui "pour un grand nombre, habitent dans le secteur exposé aux nuisances de la carrière." Les inquiétudes sont multiples : propagation des poussières, tirs de mine, passages de poids-lourd, bruit et pollution atmosphérique... "Faire cohabiter l'exploitation de cette carrière avec une zone à fort potentiel touristique très fréquentée, des écoles, un environnement humain conséquent, et par sucroît sur un réseau routier, notamment la RN1A, qui sera totalement saturé, relève d'une entreprise très difficile, voire impossible à réaliser", souligne l'expert dans ses conclusions.

Son avis a été motivé après rencontre avec la population, mais également avec des professionnels du milieu de la santé, "tous catégoriquement hostiles au projet, en raison des risques sanitaires dont ils sont certains qu'il en est porteur." Une opposition qui s'est concrétisée par l'avis défavorable par l'agence régionale de santé. Par ailleurs, Noël Pessague n'a pas été convaincu par certaines réponses apportées par le maître d'ouvrage, notamment concernant l'impact sur l'emploi, l'incidence de la carrière sur le tourisme ou encore les explosions provoquées par l'installation du site.

"Ces tirs de mines, annoncés d'une fréquence moyenne de 1 tir par jour dans l'étude d'impact, sont diminués de moitié pour être ramenés à 1 tir tous les 2 jours dans le mémoire en réponse, puis à nouveau réactualisés à 1 tir pour jour en moyenne ou 1 tir par semaine, ce qui est complètement incompréhensible, de ce fait, cela démontre que ces tirs de mines ont été évalués sans en dimensionner leur nombre et leurs réels impacts sur l'environnement", souligne Noël Pessague.

Désormais, l'affaire est entre les mains des services administratifs de la préfecture. Les différents éléments seront analysés et des compléments d'informations peuvent être demandés à la SCPR. Le dossier complet sera présenté à la commission départementale de la nature et des sites qui doit rendre son avis au préfet. Ce dernier prendra alors la décision de publier un arrêté d'autorisation ou de refus. La durée de cette deuxième phase d'instruction n'est pas déterminée.

> Retrouvez le rapport du commissaire enquêteur, ainsi que ses conclusions sur le site de la préfecture.

www.ipreunion.com

   

26 Commentaire(s)

, Posté
seulement 1 379 avis défavorables ont été comptabilisés,tandis qu'un kabar ainsi qu'une grande manifestation rassemblement 4 000 personnes ont été organisés. c' est peu !
Monsieur le commissaire est un traquenard qui vous a piéger.
Tangue 974, Posté
et le cumul des mandats....çà continue........, vive les hommes politiques....tous des menteurs. baise couillons....
Anguille, Posté
et oui il y a anguille sous roches, avec 1379 signature le commissaire donne raison, demandons aux réunionnais s' il veulent travailler, combien de réponses, quand ou néna l' argent tout est possible a nou t' it colon
@ Kaloubadia, Posté
MENSONGE ! A peine 1 400 signatures pour dire non sur plus de 800 000 Réunionnais ! Mais vous êtes un MENTEUR !

Moi je suis Réunionnais et je dit OUI à la NRL, je ne vous permets en aucun cas de prendre la parole pour moi.
Kaloubadia, Posté
C'est quoi cet amalgame entre la carrière de Bois Blanc et TR ? Le projet de La NRL a été mal defini et engage la Réunion dans une spirale économique sans fond. Des irresponsables l'ont validée, il faut assumer mais essayons au moins de limiter les dégâts pour ne pas detruire notre île. Les Reunionnais ont dit NON aux carrieres il faut nous écouter sinon que vaut notre democratie ?
Mwin mi vote Didier, Posté
Avec ou sans carrière Bois Blanc mwin mi vote Didier pars ke mwin lé po la Nouvelle route su la mer !
Dfsq, Posté
Voilà une bonne chose de faite ! En dépit des pleurnichards qui comptaient sur le massacre environnementale et la pollution du cadre de vie des riverains pour se faire une rentrée d'argent.
Realité, Posté
la réalité c' est que grâce a ce commissaire des familles continueront a chômé, cette NRL nous faisait bénéficier des emplois, une sécurité au niveau du passage de la route du littoral qui tout les 4 matins est fermés, mal auquis profite toujours. mais un jour la vérité nous rattrape.
Olivier, Posté
l' argent achète tout et TR en a un bon t' it paquet.........
Lari, Posté
c’ est au préfet la décision finale, la région lui il a reçu le collectif plus rien ne dépends de la région, par contre les Robert T ET P se feront du fric en prenant les galets à Mada.
Mécoué, Posté
En dehors des polémiques il me semble que nos responsables auraient dû et depuis fort longtemps mieux protéger l’Ile contre l’érosion. La canne à sucre n’ayant qu’un rôle assez limitée dans le domaine, pour cela il suffit d’observer la couleur de l’océan après chaque période de forte pluie.
La conservation des terres arables, semble plus important pour l’Avenir Agricole d’une région qui de plus est une Ile isolée. En effet, pour le moment et c’est tant mieux, on peut se permettre de pratiquement tout importer, mais pour les anciens qui ont connu et vécu, isolement, disette et privation dans la période 39-45 due à la guerre, le moindre lopin de terre cultivable était essentiel à la survie.
Toute activité qui à terme risque de désertifier une région pour l’agréable est à proscrire.
Nos roches, pour stabiliser terrains et sols seraient une bonne chose, pour les noyer dans l’océan afin d’ajouter un semblant de répit dans la saturation des routes… ?!
Sandy, Posté
En tout cas à lire le rapport , la médiatisation et la manipulation des opposants est bien réelle, on dirait qu'ils ont eu un lavage de cerveau ! le commissaire a même été confronté à des opposants qui parlaient de la NRL, du tram train , des politiciens visés... bien entendu nous savons que la politique propre Thierry ne sait pas faire !
Certes, il y a des choses à revoir , mais de là à manipuler les gens de la sorte et les faire vivre dans un climat de peur est inhumain, à l'image du maire de St Leu
Laurent, Posté
Pourquoi les petites mains se déchaînent contre Thierry Robert ? C'est pas lui qui a rendu l'avis défavorable, c'est le commissaire enquêteurs ! Les petits mains sont aussi ridicules que leur patron
L'zor, Posté
@PAUL V: Quelle mauvaise foi!! Champion du monde Paul V!!
Juste pour rappel les premiers recours contre la carrière ont été engagés par Thierry Robert dès 2014 lors de la modification du schéma départemental des carrières pour intégrer la carrière de Bois Blanc à la demande de la Région! La même région qui a demandé au Préfet (par délibération) de déclarer la carrière de Bois Blanc "d'intérêt général"! Didier robert a voulu récupérer la chose quand il a vu la tournure des évènements qu'il n'avait pas anticipé!!
Thierry robert n'a pas à reprendre cela à son actif mais Didier robert encore moins!!!
PAUL V, Posté
Cela s'appelle de la réactivité. Suite à la visite du collectif chez le Président de Région, celui-ci a demandé un complément d'enquête.

Je parie que Thierry Robert va reprendre tout ça à son actif ! c'est son habitude de s'octroyer les actions des autres.
J'avais un espoir, Posté
J'avais un espoir de travailler pendant les 5 prochaines années.
J'avais un espoir de pouvoir nourrir un peu mieux ma famille.
J'avais un espoir de changer ma saxo qui a 17 ans.
J'avais un espoir de permettre à mes enfants de faire leurs études sur St-Denis.

Adieu veau, vache cochon.....

En décembre je sais que je ne voterai pas Thierry Robert ni Huguette Bello
Louou, Posté
c' est un chantier qui embauchera les réunionnais sans votre aide TR. député ridicule.
Naima, Posté
Au que non ce n' est pas la fin du président, bien au contraire il a entendus le collectif, et là c' est pas lui tout est dans les mains de la préfecture.
C' est pas tout ce qui se passe qu' il faut mettre sur le dos du président, trop facile hein st leu.
@ Brett, Posté
Vous êtes très renseigné mon cher, c'est suite à la rencontre du collectif que Didier Robert a demandé un complément d'enquête. Le dossier aujourd'hui est entre les mains du Préfet !

Combien vous paye Thierry Robert?
Lari, Posté
je suis d' accord avec tous ce qui touche la santé nos enfants, mais la c' est du tout gagné pour Thierry et Pierrick la ils vont se faire du fric.
Pfff, Posté
On se souvient aussi que le president de region a demandé au prefet de faire des etudes environementales ! apres pour un collectif de 4000 , meme pas la moitié qui a signé c'est pas top pour leur notoriété! a quoi bon reunir 4000 personnes si c'est pour avoir de tels resultats? en bref c'est maintenant dans les mains du prefet . tout ca pour ca!
Brett, Posté
C'est la fin de carrière pour Didier Robert !
PAUL V, Posté
Cela s'appelle de la réactivité. Suite à la visite du collectif chez le Président de Région, celui-ci a demandé un complément d'enquête.

Je parie que Thierry Robert va reprendre tout ça à son actif ! c'est son habitude de s'octroyer les actions des autres.
Nathalie, Posté
C'est Thierry Robert qui sera content, il a déjà négocié les roches de Mada pour ses sociétés.
VIVE LA NRL, Posté
Avec ou sans cette carrière la NRL se construit.

VIVE LA NRL
CHABAN, Posté
Bon, lé mort!