Habitat :

Les logements sociaux neufs n'échappent pas à l'insalubrité


Publié / Actualisé
La Réunion compterait près de 20 000 logements insalubres. La plupart de ces habitations considérées parfois comme indécentes ont été construites dans les années 70. Mais le fléau concerne également les HLM neufs. Ce 9 août 2015, la confédération nationale du logement en a fait la démonstration dans une lotissement SIDR situé à Saint-Denis qui a été livré il y a moins de deux ans.
La Réunion compterait près de 20 000 logements insalubres. La plupart de ces habitations considérées parfois comme indécentes ont été construites dans les années 70. Mais le fléau concerne également les HLM neufs. Ce 9 août 2015, la confédération nationale du logement en a fait la démonstration dans une lotissement SIDR situé à Saint-Denis qui a été livré il y a moins de deux ans.

Au Clos de Sylvia, près du centre-ville de Saint-Denis, près d'un logement sur deux présente des traces d'humidité. C'est ce qu'annonce en tout cas la confédération nationale du logement qui a ouvert les portes de quelques appartements concernés. Chez Louis Sauveur, les infiltrations ont poussé le jeune homme à retirer l'éclairage de son salon, par peur des courts-circuits.

"Depuis le début, la lumière s'allume pas. Je garde mon sang froid, Je n'arrête pas d'aller à la SIDR. On revendique, mais rien n'avance", se plaint le locataire, qui a pourtant emménager il y a moins de deux ans. Les problèmes sont les mêmes du côté de Gilles Grosset, qui a vu l'une des chambres de son T5 attaquée par la moisissure. "Mes deux marmailles qui dormaient dans la chambre ont eu un certificat que les odeurs de moisissure déclenchaient des allergies", assure-t-il.

En effet, un courrier de l'agence régionale de santé confirme que son logement est indécent. Une situation étonnante lorsque l'on sait que le logement social a été livré par la SIDR il y a moins de deux ans. Les problèmes vont du rez-de-chaussée jusqu'au dernier étage, où habite Sophie Béton :  "c'est un logement neuf, mais c'est comme si quelqu'un avait déjà habité dedans. Ils ont cassé à droite et à gauche pour enlever l’humidité mais malgré ça, ça revient quoi. Si on peut trouver mieux, on part."

Elle n'est pas la seule à vouloir quitter son logement. Chez d'autres familles, les cartons de déménagement s'accumulent déjà depuis quelques mois dans l'attente d'une nouvelle livraison à la Bretagne ou à Domenjod. "C’est tout simplement dégueulasse : il n’y a pas d’autres mots. C’est inadmissible, insupportable de voir que des bailleurs continuent de louer des logements indécents, dans l’indifférence totale", regrette Erick Fontaine, administrateur de la confédération nationale du logement.

Le représentant de la CNL en appelle au pouvoir de police des maires, mais surtout à la responsabilité des bailleurs sociaux dont les constructions ne tiendraient pas la route. "Aujourd’hui, on monte un lotissement en moins de un an. Et on voit bien l’état de ces immeubles. Ce qui nous inquiète, c’est qu’on bénéficie de la défiscalisation, on bénéficie d’un certain nombre d’avantages fiscaux, et il faut qu’on trouve une solution ! Cet immeuble ne date pas de 2 ans. Dans 5 ans, ça sera quoi ?", s'interroge-t-il.

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Autre projet pour M. Armand, Posté
Il s'occupe de ses intérêts personnels...placements, achats de biens immobiliers, peut-être ???
TiBouzEnkor, Posté
Il en pense quoi monsieur Alain ARMAND, sa ne l'interesse pas ?