Une grève est prévue ce lundi par les salariés :

Citalis en guerre contre la fraude et les incivilités


Publié / Actualisé
A l'occasion de la semaine de la mobilité, Citalis a présenté ce jeudi 17 septembre 2015 sa campagne pour lutter contre la fraude dans les transports. L'occasion pour le réseau du Nord de rappeler les incivilités dont sont victimes les salariés qui ont prévu une journée de grève ce lundi 21 septembre 2015. Jean-Jacques Fong, directeur général délégué de la Sodiparc, fait le point, interrogé par RTL Réunion.
A l'occasion de la semaine de la mobilité, Citalis a présenté ce jeudi 17 septembre 2015 sa campagne pour lutter contre la fraude dans les transports. L'occasion pour le réseau du Nord de rappeler les incivilités dont sont victimes les salariés qui ont prévu une journée de grève ce lundi 21 septembre 2015. Jean-Jacques Fong, directeur général délégué de la Sodiparc, fait le point, interrogé par RTL Réunion.

- Pourquoi avoir lancé une campagne au sujet de la fraude ?

- En 2014, on avait lancé une campagne assez générale qui portait sur le lancement des messages sur la politesse, la propreté, la fraude et le comportement dans les véhicules. Ce sont des messages qui sont utilisés régulièrement pour rappeler un certain nombre de règles dans les transports en commun. Cette année, nous avons choisi d'utiliser à nouveau le même univers graphique et la même signature pour permettre de lutter particulièrement contre la fraude.

- Y a-t-il un timing particulier ?

- Ça se passe au moment de la semaine de la mobilité. La campagne va se poursuivre ensuite. Evidemment, c'est une relance obligatoire pour que le réseau de transport limite la fraude et lutte également contre les actes d'incivilité.

- Comment cela va-t-il se passer ?

- C'est une campagne qui va utiliser tous les supports média, y compris les véhicules qui seront habillés avec des slogans qui vont être rappelés avec des visuels déployés sur différents supports.

- Que représente la fraude sur le réseau Citalis ?

- Nous avons mesuré récemment un taux de fraude élevé de 19 %. Nous devons lutter contre. En général, le taux de fraude moyen mesuré est de 5 %. Nous devons faire des efforts tous ensemble pour réduire ce chiffre de 19 % et faire en sorte que le climat de satisfaction et de sécurité soit installé sur le réseau. Il existe parmi les fraudeurs des gens mal intentionnés qui peuvent avoir un comportement agressif lorsqu'ils sont verbalisés.

- Allez-vous mettre en place des contrôles renforcés ?

- Les contrôles renforcés sont exécutes particulièrement au cours d'une période en faisant appel à la présence des forces de l'ordre qui nous aident dans le déploiement de nos actes de contrôle. Mais le contrôle est continu sur le réseau où nous avons 23 contrôleurs déployés quotidiennement. Ils ne peuvent pas être partout, mais ils sont là pour exécuter un service public et eux aussi subissent des agressions physiques ou verbales. Le fait de renforcer les contrôles leur permet d'effectuer les missions dans de bonnes conditions.

- Un fraudeur estime qu'il est plus rentable de ne pas payer quitte à se faire attraper de temps en temps. Qu'en pensez-vous ?

- C'est son calcul. Mais pour la société, ce n'est pas un bon calcul. Il devrait avoir un comportement plus civique et respecter le service public pour qu'il puisse évoluer.

- Au-delà de la fraude, quels incidents avez-vous noté ?

- Nous avons eu à déplorer, sur le réseau, 23 actes d'incivilité depuis le début de l'année : des dégradations de véhicules par jets de galets, détérioration de vitrage et de carrosserie… Mais il y a surtout un risque de porter atteinte à l'intégrité physique de nos salariés, mais aussi des usagers de transport. Cela présente évidemment un préjudice important : immobilisation des véhicules, risque de blessure et état de choc psychologique pour le salarié qui est en activité dans son véhicule prêt à transporter les usagers. Cet état de choc psychologique entraîne des arrêts de travail qui a des conséquences sur la productivité des entreprises.

- Une grève est prévue lundi prochain. Qu'en est-il ?

- Un mouvement du personnel est annoncé, mais nous ne sommes pas encore en mesure de dire le taux de participation. Nous avons reçu un préavis pour la journée de lundi. C'est une grève sur la question de l'insécurité qui préoccupe les salariés. Les collègues de ces salariés sont évidemment mobilisés pour la journée du 21 septembre. Nous verrons au final combien il y aura de participation à ce mouvement et nous procéderons à la communication nécessaire concernant les perturbations sur le réseau.

- Comprenez-vous cette contestation ?

- Difficile de dire qu'on ne comprend pas quand cela touche directement l'entreprise. Nous avons organisé avec les syndicats plusieurs tables rondes pour évaluer les actions collectives que nous pouvons mettre en oeuvre. Parmi les actions, il y a bien évidemment l'action de communication, mais aussi d'autres mesures qui sont déjà en marche dans l'entreprise : nous avons déployé du matériel de vidéosurveillance, des vitres anti-agression…

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Jj, Posté
c est bien qu il font greve je pense plutôt aux enfants qui prend le bus pour aller l ecole comment vont il faire .ILS SONT OBLIGES DE MANQUER L ECOLE
Metiss57, Posté
Je compren la raison de leur greve, il y a tro dinsecurite..jai vu le slogan fs le bus, kon devai dire bonjour,,ok cest normal, mais on devrai changer le slogan et dire a la fin ke les chauffeur douvent repondre et sourire