Après leur opération escargot sur la route du littoral :

NRL : les transporteurs mettent la pression sur EGIS. Reprise des néociations ce jeudi avec Dominique Fournel


Publié / Actualisé
Après leur opération escargot sur la route du littoral, les transporteurs du syndicat professionnel des sous-traitants de La Réunion ont décidé d'occuper les locaux d'EGIS ce mercredi 7 octobre 2015. Les employés du groupe n'ont pas pu accéder au site avec leurs véhicules. Les syndiqués réclament au maître d'oeuvre de la Nouvelle route du littoral une équité plus juste autour de l'attribution des marchés de la NRL. Le SPSR demande notamment une revalorisation du prix des andains à 30 euros la tonne transportée. Dominique Fournal, le vice-président du conseil régional en charge de la Nouvelle route du littoral, s'est déplacé au Port-Est pour participer aux négociations qui doivent se finaliser jeudi matin.
Après leur opération escargot sur la route du littoral, les transporteurs du syndicat professionnel des sous-traitants de La Réunion ont décidé d'occuper les locaux d'EGIS ce mercredi 7 octobre 2015. Les employés du groupe n'ont pas pu accéder au site avec leurs véhicules. Les syndiqués réclament au maître d'oeuvre de la Nouvelle route du littoral une équité plus juste autour de l'attribution des marchés de la NRL. Le SPSR demande notamment une revalorisation du prix des andains à 30 euros la tonne transportée. Dominique Fournal, le vice-président du conseil régional en charge de la Nouvelle route du littoral, s'est déplacé au Port-Est pour participer aux négociations qui doivent se finaliser jeudi matin.

Un plus tôt dans la journée, ces transporteurs ont perturbé le trafic entre Saint-André et Le Port, causant d'importants embouteillages sur la route du littoral et le front de mer de Saint-Denis. "Nous sommes presque tous des sous-traitants des multinationales et il y a un monopole sur le transport dans la NRL", ont dénoncé ces professionnels de la route.

"Des gens investissent et ne travaillent pas, on demande l'équité. Mais on nous met des bâtons dans les roues pour empêcher de démarrer", a notamment regretté Victor Tévané, 2e vice-président du SPSR. "On a envoyé des courriers, mais ça ne sert à rien. Il n'y a que cette manière pour se faire entendre", a souligné le syndicaliste qui prévient que le mouvement pourrait prendre de l'ampleur.

Le syndicat estime être exclu du chantier par les multinationales et le groupement GTOI/SBTPC/Vinci. "Nous avons démarché en direct des gens, mais on leur a dit de ne pas travailler avec nous", a indiqué Eric Narassamy, président du SPSR qui souhaite être reconnu en tant que sous-traitant avec une véritable zone de livraison des roches.

"M. Fournel nous a donné sa parole sur ce qu'on a revendiqué. Il va tout mettre pour nous aider. Il s'est engagé sur le niveau de prix et sur un quota minimum de fournitures par jour. Nous pourrons mettre en place des meilleures conditions dans la livraison de ces matériaux. On a enfin trouvé une solution équitable qui arrange tout le monde", s'est félicité Alex Vingadassamy, de la société SAS.

"On avait signé un marché avec la Région il y a deux ans pour lesquels on avait sollicité des plus-values. Mais la demande n'a pas été prise ne compte. Dans le même temps, les multinationales ont fait la même demande et la plus-value a été acceptée par la Région. Notre combat aujourd'hui est tout à fait légitime", justifie le membre du syndicat.

www.ipreunion.com

   

5 Commentaire(s)

ZOZOS, Posté
C'est quoi ces méthodes de voyous ??? C'est le plus fort qui gagne ???... C'est toujours le citoyen lambda qui est le dindon de la farce.
Jo, Posté
Ca sent l'avenant à plein nez.

30? la tonne x par 17 000 000 de tonnes = 510 000 000?, sans compter les 210 000 tonnes en provenance de Mada ( 2 ou 3 barges tous les jours + Taxes portuaires + AOT portuaire + aménagement de la zone (zone portuaire sécurisée selon les règles internationales). On va bientôt friser le 2 milliards, soyons rassuré.

Ben oui, c'était pas prévu les obstacles politicards pour l'ouverture des carrières, alors comme il faut sécuriser les travaux en cours, on est bien obligé de chercher des galets de + ou - 5 tonnes avant la période cyclonique, Merci nos frères malgaches.
Fala, Posté
cette nouvelle route du littoral est une enorme mafia, et de plus totalement inutile et non creatrice d'emploi pour l'avenir, vous qui avez des corones enormes les transporteurs j'ai un reve que cette arnaque tombe a l'eau , que cet argent soit utilisé proprement pour l'avenir concret des reunionnais, des logements, des espaces culturels et touristiques, des emplois pour l'avenir, de l'avenir tout court pour tous les reunionnais, reunionnais revoltez vous tout le monde peut y gagner, battez vous pour l'avenir de vos enfants, et vous les transporteurs construisez pour des projets audacieux, sociaux et valorisants pour les reunionnais, continuez a vous battre mais pour annuler cette route et batir concretement pour la reunion, je le rappelle cette route est une MAFIA!!!!!
Gros fromage à partager et outlaws, Posté
La loi de la jungle (du plus fort) s'applique, à n'en pas douter, et le CON-tribuable (local - une minorité-, national, européen) reste le dindon de la farce qui paiera à la fin les surcoûts.

Je comprends après pourquoi les coûts de ces grands chantiers s'envolent: entre les prix des matériaux qui s'envolent et le "chantage" avec avenants et marchés distribués pas forcément au moins disant aux entreprises .... Tu m'étonnes!

Le fromage est si gros (1,6 milliards): autant y faire le plus de trous possible à plusieurs et demander même du rab! Ben voyons!

Bien sûr, ces transporteurs continuent d'être hors la loi (comportement de voyou: bloquer les routes et créer des embouteillages est illégal) et totalement égoiste (qu'importe les gens qui circulent et travaillent....) sans que les pouvoirs publics réagissent plus que ça...
CHABAN, Posté
Donc l'entreprise Layette (spécialiste en maison en carton) peut aller bloquer le chantier et demander un morceau du gâteau, alors qu'il n'a pas eu le marché....!????