Un foyer sur deux équipé d'Internet :

Déclaration d'impôt en ligne obligatoire : pas facile à La Réunion


Publié / Actualisé
Le "tout numérique" n'en finit plus de s'installer partout dans la vie du contribuable. Lors du conseil des ministres du 30 septembre 201 le ministre des Finances a présenté son projet de rendre obligatoire la déclaration des impôts en ligne à partir de 2016. Pour certains départements, comme La Réunion où seul un foyer sur deux est équipé d'Internet, la tâche ne sera pas aisée.
Le "tout numérique" n'en finit plus de s'installer partout dans la vie du contribuable. Lors du conseil des ministres du 30 septembre 201 le ministre des Finances a présenté son projet de rendre obligatoire la déclaration des impôts en ligne à partir de 2016. Pour certains départements, comme La Réunion où seul un foyer sur deux est équipé d'Internet, la tâche ne sera pas aisée.

Dans un premier temps, ce projet ne devrait concerner que les contribuables dont le revenu fiscal dépasse les 40 000 euros. Ces derniers auront pour obligation de déclarer leur revenu en ligne, sous peine d’une amende de 15 euros, fait savoir le journal Les Échos. Et pour ceux qui ne pourraient pas faire leur déclaration en ligne – comprendre ici ceux qui ne disposent pas d’un accès Internet ou ne sauraient pas s’en servir – le projet prévoit une case à cocher qui mentionne "Je ne suis pas en mesure de souscrire cette déclaration par voie électronique".

A l’heure actuelle, seuls 4 contribuables sur 10 ont recours à la télédéclaration. Le Gouvernement tend donc à inciter les Français à déclarer en ligne en leur offrant quelques "avantages" : un délai plus long et des dossiers traités en priorité. Mais le ministère des Finances sait que cela ne se fera pas sans peine. Michel Sapin annonce donc "un accompagnement personnalisé expérimental " pour les départements où le taux de déclaration en ligne " est très faible", à savoir Pas-de-Calais, Nièvre, Saône-et-Loire, Seine-Saint-Denis et La Réunion.

"C'est une prise de tête"

Comme le rappelle l’Insee, "la fracture numérique tend à se réduite mais des différences demeurent selon le diplôme et la catégorie sociale", soit le cas typique de La Réunion, où selon un sondage CSA-ARCEP-ministère des Outre-mer, 52 % des Réunionnais se disent internautes, soit un foyer sur deux, avec une forte majorité de femmes, de jeunes et de cadres. Mais même ces convertis au numérique appréhendent l’obligation de déclarer en ligne : "Faut se souvenir de son numéro de télédéclarant, qui est lui sur papier, et la démarche est plus compliquée. C’est prise de tête, et au bout du compte j’abandonne", témoigne Élisabeth, jeune femme de 23 ans. Même son de cloche chez Christiane, 42 ans, qui explique que "remplir sa fiche d’impôt c’est déjà casse-tête, rajouter les identifiants Internet, etc. ça en devient vite décourageant".

Si ces barrières peuvent être franchies, d’autres sont plus complexes : "J’ai 56 ans, et je ne sais pas me servir d’un ordinateur", soupire Yvonne, presque penaude. "Pour la CAF ou pour les impôts, je suis obligée de faire appel à un membre de ma famille, et c’est compliqué, pour lui et pour moi. Mais j’ai de la chance, moi, quelqu’un peut m’aider, mais pour ceux qui n’ont personne sous la main ?", se questionne-t-elle réaliste sur le contexte de l’île.

Le papier, ce bien sacré

Alors que le projet devrait se généraliser à l’aube de 2018, il reste encore à convaincre les deux tiers des contribuables qui sont fidèles au papier. Le papier sacré en France, dans l’hexagone ou sur l’île, comme le rappelle si bien Christiane : "J’en ai tout un dossier de mes déclarations. J’aime bien garder une trace… Je fais des photocopies".

Après la question de l’équipement, il y aussi celle de la contrainte, le gouvernement ne risque-t-til pas de se casser les dents à enfoncer le clou sur les impôts déjà contraignants, comme le craint Oliver Vadebout, secrétaire général de la CGT-Finances, qui déclairait vouloir "que le contribuable ait le choix " et qu’on ne pouvait y ajouter une " imposition supplémentaire".

www.ipreunion.com

   

4 Commentaire(s)

Citoyens lassés, Posté
Il faudrait encore que leur système informatique soit fiable. Ce qui n'est pas le cas! Et ainsi ils gagnent 10% de majoration des impôts, ni vu ni su! Bravo aux socialistes qui sont en train de nous appauvrir pire aue la Droite!
Mécoué, Posté
Pensez-vous réellement avec ces types de procédés : déclarations d'impôts et autres par internet que nos gouvernants veulent lutter contre chômage ?
L'argument force évoquée, c'est l'économie de 200 millions d'euros , mais ces mêmes 200 millions maintenus dans l'économie pour acheter du papier; faire imprimer, distribuer, réceptionner ...,ne favorisent -ils pas la lutte contre le chômage ?
Quand la machine travaille, l'Homme chôme. De plus trop d'économie tue l'économie surtout quand on est soumis légalement à une concurrence déloyale mondiale.
CHABAN, Posté
15? d'amende, à la Réunion, le prix de 15 jours d'Internet !
15? d'amende pour payer des impôts, c'est un comble!
@mytho, Posté
Du n'importe kwa

Nous avons à faire à des fonctionnaires de la direction générale des impôts péi déK'lé qui ne vivent que sur les 53% de surrémunération

Tant qu'à HOLLANDE , le socialiste d'un autre temps et son gouvernement carpette dans 2 mois le grand bèzemen , le défouloir aux régionales 2015

Foutez les dehors de la république