Nouvelle route du littoral :

Madagascar - L'exploitation de la carrière de galets de Tamatave est arrêtée


Publié / Actualisé
Conséquence de l'inexistence d'une autorisation d'importation à La Réunion, l'exploitation de la carrière de Tamatave (Madagascar), d'où doivent être extraits les grosses roches pour le chantier de la Nouvelle route du littoral, a été suspendue. "Nous n'allons pas continuer à extraire des matériaux sans savoir quand nous pourrons les exporter" explique Frédéric Gardes, président de la GTOI, mandataire du groupement NRL et directeur régional de la Colas. La carrière malgache appartient à cette multinationale du BTP. Les roches devaient servir à protéger le chantier des assauts d'une houle cyclonique éventuelle
Conséquence de l'inexistence d'une autorisation d'importation à La Réunion, l'exploitation de la carrière de Tamatave (Madagascar), d'où doivent être extraits les grosses roches pour le chantier de la Nouvelle route du littoral, a été suspendue. "Nous n'allons pas continuer à extraire des matériaux sans savoir quand nous pourrons les exporter" explique Frédéric Gardes, président de la GTOI, mandataire du groupement NRL et directeur régional de la Colas. La carrière malgache appartient à cette multinationale du BTP. Les roches devaient servir à protéger le chantier des assauts d'une houle cyclonique éventuelle

L'information a été donnée ce mardi 20 octobre 2015 par lexpressmada.com  (le site internet de l'Expres de Madagascar). " Le projet d’exportation de granit pour La Réunion a été annulé (…). La société Colas devait expédier une première cargaison de 10 000 tonnes la semaine dernière, mais l’envoi a été annulé au dernier moment" écrit le site internet.

En effet, la préfecture de La Réunion étant dans "dans l'attente d'une demande officielle d'importation de la part du donneur d'ordre (…) une barge chargée de galets ne peut pas arriver à La Réunion " indiquaient les services de l'État interrogé par Imaz Press Réunion ce vendredi 16 octobre. La préfecture ajoutait que les procédures de vérifications et de manipulation du chargement de galets "sont en cours d'élaboration". C'est pour s'assurer que la réglementation, en matière de protection sanitaire et environnementale notamment, est bien respectée et que toutes les précautions sont prises par l'État.

"La demande d'importation devait être faite par la Région" note Frédéric Gardes. "Nous avons eu plusieurs réunions préparatoires avec les services de l'Etat. Les choses semblaient plutôt encourageantes" et il y a ensuite eu une décision jugée inattendue du ministère de l'environnement exigeant des contrôles extrêmement stricts, explique, en substance, Fréderic Gardes.

Il poursuit "il n'y a pas grand chose de plus à ajouter. Nous sommes en train d'apporter toutes les réponses que demandent la Deal (direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement)". Il espère "en savoir plus dans le courant du mois de novembre".

En attendant, les galets déjà arrivés dans le port de Tamatave restent sur les quais et ceux qui ne sont pas extraits restent dans la carrière. "On reprendra l'exploitation lorsque l'on saura quand nous pourrons les exporter" indique le mandataire du groupement NRL.

Concernant le risque d'infestation par les scorpions et les scolopendres (sanpié) de ces galets devant servir à renforcer le chantier de la NRL contre la houle cyclonique, Fredéric Gardes se veut rassurant. "Les enrochements seront lavés à haute pression, chaque barge de transport subira une fumigation, aucune bestiole ne pourra résister à ce traitement" affirme-t-il en rappelant qu'il s'agit de "roches massives, sans terre".

Le site de l'Express de Madagascar annonce par ailleurs: "toutes les dépenses engagées par Colas seront payées par l’État français. La décision de l’État français relative à l’arrêt de l’importation de granit de Madagascar n’a pas d’impact sur les activités de la société Colas". Une affirmation que le mandataire de la NRL n'est pas loin de qualifier de hautement fantaisiste et il affirme ne "pas savoir d'ou sortent ces conjectures"...

www.ipreunion.com
 

   

18 Commentaire(s)

Piment cabri, Posté
Didi 1er atteint du syndrome de tatave veut faire avec votre argent construire sur la mer pour contourner et eviter la terre. Chrz notre pharaon provisoire il y a comme un manque de logique qui va nous coûter tres cher.
De plus c'est un amateur construire une route qui va s'approche les 300 millions du km sans roches massives, sans autorisation d'importation et aucune procedure sanitaire mise en place. Mi n'a diabete mi vote pas pou macatio n'a sucre dedans.
Nina, Posté
le scorpion est un des animaux les plus résistant de l'écosystème. Il survit à une haute radioactivité... Donc la fumigation me semble très en-deçà d'une préconisation pour l'éradiquer.
ALEXANDRA, Posté
l'objet du dernier paragraphe de l'article m'interpelle ! "toutes les dépenses engagées par COLAS seront payées par l'ETAT Français " !!! donc on va continuer à nous tondre à la place de COLAS qui se dit au dessus des lois ! Mais depuis quand le voisin paye les dettes de sa voisine ???
Offshore, Posté
Quel dossier d'anthologie! Un vrai modèle pour les étudiants en droit. La simplicité d'esprit dans l'organisation du chantier de la nrl est extraordinaire d'improvisations. Que cache tout ces coups de butoirs. On passe du plan A au B mais déjà le C se pointe. Sacrée embrouille
Michel Allamèle, Posté
Comment et pourquoi Didier Robert a commencé ce chantier alors qu'il savait ainsi que Gardes qu'il n'y avait pas de roches disponibles ! Si on analyse bien ce projet , on constate que ce chantier comme tout grand chantier à la Réunion serve à alimenter les poches de certains élus et à faire travailler les multinationales . Même les miettes qui restaient pour les transporteurs et terrassiers , ils ne veulent plus qu on les ramassent puisqu'ils veulent importer toutes les roches de tous les calibres . A savoir que Caroupaye a donné son aval à Gardes pour laisser les toutes les importations en disant qu'il maîtrisait les transporteurs . Là aussi il y a eu contre-parti et je vous laisse imaginer ! Didier Robert , Fournel , Gardes et la marionnette Caroupaye sont des (supprimé pour injure - webmaster ipreunion.com) car ils ont toujours dit qu'il n'y aurait pas de roches venant de l'extérieur . Mr Le Président c'est comme cela on aime son pays , on veut aider ses entreprises ! Mr Gardes , faites entrer ces galets , nous vous attendons ! Mr Gardes , vous vous êtes un salarié , nous nous sommes des patrons de petites entreprises .
Lilie, Posté
toujours à chercher la petite bête.....
Lola, Posté
Vivement que tout rentre dans l'ordre, et qu'on avance un minimum sur cette route avant la période cyclonique !! bougez vous !!
Patrice, Posté
Le gouvernement n'a pas fini de vouloir entraver les procédures de la Région, il doit y avoir anguille sous roche !
Ce n'est qu'une question de temps, tout le monde le sait que les administrations sont très procédurier ! le moindre papier est suffisant pour foutre le chaos !
, Posté
le post de l'incompétant de 10 heures : c'est humouristique car , les bus , les arbres , les chaises vides ,les " convoqués de force ect... , c vrai.
CHABAN, Posté
Trop FORT.
N'importe quel importateur avant d'importer se renseigne sur les frais et taxes à payer et sur la documentation nécessaire.

Nous avons à la Région des troubadours.....

Les carottes sont cuites!
La Lourdes, Posté
ötéééé pourtant bana l'avait dit que zot té sa lave les 221 000 tonnes galets ek l'eau de mer...
- "Il faut savoir que cette carrière est une carrière de roches massives où il n'y a pas de terre. C'est de la roche pure. On va laver ces roches à l'eau de mer. Elles vont être lavées pour éviter ces risques. Et si c'était encore nécessaire, il y aurait une fumigation pour éliminer tout organisme", avait précisé Frédéric Gardes....."

Pourquoi acheter de l'insecticide on se le demande... l'eau de mer, comme nous venons de l'apprendre est miraculeuse : Adieu, tissampié, scolopendres, scorpions, serpents, oeufs de serpents, et autres bestioles inconnues à la Réunion....

Ils sont trop forts alléluïa !!!!!!
L'incompétant c'est lui, Posté
Dimanche à son meeting à Saint-Paul (où il y avait 11 000 personnes en comptant les arbres, les bus, les chaises vides, les convoqués de force, les mamies kidnappées et les tontons ralés par un bras), Didier Robert a dit qu'il ne laisserait jamais un incompétant s'installer à la tête de la Région. Je viens de comprendre à la lecture de cet article qu'il parlait de lui-même qui n'est même pas capable de faire remplir une simple demande d'autorisation. En fait, dimanche Didier Robert a annoncé qu'il retirait sa candidature.....
Goute astèr , Posté
La Région n'a pas demandé les autorisations pourquoi ? parce qu'elle se croit au-dessus des lois ?allez goute astèr et tant mieux pour La Réunion
Les minables, Posté
A toutes les petites mains, il faut arrêter de fumer la moquette, à force ça ramollit le cerveaux : vous êtes prêts, pauvres minables à sacrifier tout l'éco système de votre pays, à mettre en jeu la santé des futures générations - et même la vôtre pauvres tâches -, pour cirer les pompes d'un gars qui vous crachera dessus dès qu'il sera élu. Heureusement pour vous cela n'arrivera pas
LE COMPLOT, Posté
Il est bizarre ce gouvernement, il dit qu'il veut que ce chantier se fasse et ensuite il discrédite le commendataire !

Aujourd'hui nous pouvons affirmer que le gouvernement s'acharne bien contre Didier Robert en vue de le discréditer, après les perquisitions et aujourd'hui le ministère de l'environnement... On voit bien le jeu du gouvernement.

Vivement 2017, on en aura terminé avec lui.
Jeff, Posté
Quel amateurisme de la part de ces entreprises. Se rendre compte que l'on a pas les autorisations nécessaires démontre un certain niveau d'incompétences. Ils n'anticipent rien.

On a tous les droits d'être inquiet.
Maki, Posté
encore un cout du stagiaire de la Région! Il n'a pas vu venir toutes les problématiques de chantier! lol
@mytho, Posté
Ca fait désordre pour beaucoup d'amateurisme

Le meilleur moyen de tenir sa parole est de ne jamais la donner.
Napoléon Bonaparte
Empereur, Général, Homme d'état, Militaire (1769 - 1821)