Sécurité routière :

49 personnes tuées en 2015, autant de familles brisées


Publié / Actualisé
Dominique Sorain, préfet de La Réunion et Eric Tuffery, procureur de Saint-Denis, ont présenté ce lundi 21 décembre 2015 les chiffres alarmants concernant la sécurité routière à La Réunion. 49 morts sur les routes réunionnaises et 788 blessés sont le triste bilan constaté pour l'année 2015. Ces chiffres, au même niveau que ceux de 2014 démontrent que les habitude ont la vie dure chez les usagers de la route d'une part, et que la sensibilisation autour des dangers de la route ne prend d'autre part. Des convention ont été signées aujourd'hui avec le Crédit Agricole notamment pour financier le dispositif de prévention et de sensibilisation déployé à l'approche des fêtes de fin d'année.
Dominique Sorain, préfet de La Réunion et Eric Tuffery, procureur de Saint-Denis, ont présenté ce lundi 21 décembre 2015 les chiffres alarmants concernant la sécurité routière à La Réunion. 49 morts sur les routes réunionnaises et 788 blessés sont le triste bilan constaté pour l'année 2015. Ces chiffres, au même niveau que ceux de 2014 démontrent que les habitude ont la vie dure chez les usagers de la route d'une part, et que la sensibilisation autour des dangers de la route ne prend d'autre part. Des convention ont été signées aujourd'hui avec le Crédit Agricole notamment pour financier le dispositif de prévention et de sensibilisation déployé à l'approche des fêtes de fin d'année.

"Il y a des comportements inadmissibles" lance Dominique Sorain lorsqu’il commente les chiffres des personnes tuées sur les routes du département en 2015. 49 personnes ont trouvé la mort au 21 décembre 2015, soit une personne tuée par semaine. 788 ont été blessés, dont 246 hospitalisés pendant plus de 24 heures.

Le fléau, qui ne touche pas que les usagers de la route mais qui contribue fortement à ce taux de mortalité reste l’alcool. 40% des accidents mortels sont perpétrés par des individus alcoolisés. En ces temps de fête, le représentant de l’État appelle à la prudence en espérant que " les Réunionnais puissent profiter au mieux de ces fêtes de fin d’année". Il rappelle toutefois que les actions de contrôle entreprises sur les routes ne sont pas pour "faire du PV" mais pour essayer d’éviter "les comportements qui sont les plus dangereux et de les sanctionner". Les débits de boissons auraient-ils une part de responsabilité dans ces chiffres ? Eric Tuffery, procureur de Saint-Denis, estime "que les commerçants savent les peines qui planent sur eux en cas de vente d'alcool à des mineurs ou à des individus alcoolisés". Pour autant "quelques porcédures sont en cours" pour ce genre de cas. Pour le préfet, c'est plutôt les diverses façons de consommer excissement de l'alcool qui entraînent un comportement dangeureux sur les routes, telles que la boisson sur les parking en dehors des boîtes de nuits.

La vitesse quant à elle, se place en seconde position et reste responsable de 20 % des accidents entraînant la mort.

Le problème récurrent chez les piétons fauchés sur les routes - ils sont au nombre de 16 cette année - reste celui de la circulation à pieds sur les 2X2 voies, déplacements extrêmement dangereux ayant les conséquences dramatiques que l’on connaît. " Il s’agit de faire changer un certain nombre de comportements pour protéger leur vie et celle des autres" insiste Dominique Sorain, qui propose pour les piétons l’amélioration des accès pour traverser les voieries, en installant de meilleurs éclairages notamment. Par ailleurs, 8 des piétons décédés sur les routes étaient alcoolisés.

Les jeunes, fortement touchés par les accidents de deux roues (67% des tués avec les piétons) prennent des risques en ne portant pas le casque. Ce comportement, que le préfet qualifie d’ "inadmissible" reste une des premières raisons pour laquelle les scootéristes notamment perdent la vie. Ils font partie, avec les motards et les cyclistes, des usagers les plus vulnérables.

Enfin, pour une lutte efficace de la mortalité des les routes, le mot d’ordre reste la prévention. Des spots concernant la sécurité routière sont diffusés dans les cinémas, des actions sont entreprises auprès des collégiens et des lycéens, pour autant, le taux de mortalité sur la route ne baisse pas depuis 2013. Malgré l’action commune des collectivités locales et territoriales en plus de la partie assurée par l’Éducation nationale, les 18-24 ans sont les plus touchés après la tranche d’âge des 25-44 ans.

Malgré tout, le préfet souhaite que les Réunionnais passent des fêtes de fin d'année en sécurité, mais pour cela, il est nécessaire de ne pas prendre le volant après avoir trop bu, résolution encore non-tenue par beaucoup trop d'automobilistes cette année.

www.ipreunion.com
 

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !