Bombe factice du vol AF463 :

Un chien a reniflé la trace du policier retraité déjà soupçonné


Publié / Actualisé
Le Washington Post rapporte, selon des sources kenyanes, qu'un chien de la police a remonté la trace de la bombe depuis les toilettes jusqu'à la place du passager, un ancien policier habitant à La Réunion, déjà suspecté.
Le Washington Post rapporte, selon des sources kenyanes, qu'un chien de la police a remonté la trace de la bombe depuis les toilettes jusqu'à la place du passager, un ancien policier habitant à La Réunion, déjà suspecté.

Le chien policier a retracé le chemin emprunté dans l'avion par le passager qui aurait placé la bombe factice. Il est ainsi remonté des toilettes jusqu'au siège d'un passager, écrivent nos confrères du Quotidien reprenant les informations du Washington Post (en anglais). Un compagnon de voyage serait aussi suspecté par les autorités kenyanes. L'ancien policier qui habitait à La Réunion, soupçonné d'avoir placé le cois suspect, a été interpellé à Paris lundi matin, à l'atterrissage de l'avion le 21 décembre, et placé en garde-à-vue avant d'être relâché le soir même. Une enquête a été ouverte par le Parquet de Bobigny pour "entrave à la circulation des aéronefs et mise en danger de la vie d’autrui".

Dans la nuit de samedi à dimanche, le Boeing 777 du vol AF463 avait été forcé d'atterrir à Mombasa au Kenya avec 459 passagers et 14 membres d'équipage à bord. La bombe découverte dans les toilettes avait finalement été reconnue factice. L'homme, ancien policier, avait multiplié les trajets entre son siège et les toilettes, s'attirant les soupçons des enquêteurs. Air France a porté plainte contre X.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !