Saint-Denis :

Les maires de la zone océan Indien réunis pour la gestion des déchets


Publié / Actualisé
L'association internationale des maires francophones s'est réunie lors d'une conférence sur deux jours à l'ancien Hôtel de ville de Saint-Denis les 5 et 6 février 2016. Pendant ces deux jours, des ateliers ont été animés autour du thème de la gestion des déchets, pour lequel La Réunion et Maurice sont en avance sur les autres territoires. Les maires, malgaches, comoriens, ou encore mahorais ont échangé sur des solutions à adapter pour les différentes populations.
L'association internationale des maires francophones s'est réunie lors d'une conférence sur deux jours à l'ancien Hôtel de ville de Saint-Denis les 5 et 6 février 2016. Pendant ces deux jours, des ateliers ont été animés autour du thème de la gestion des déchets, pour lequel La Réunion et Maurice sont en avance sur les autres territoires. Les maires, malgaches, comoriens, ou encore mahorais ont échangé sur des solutions à adapter pour les différentes populations.

D’ores et déjà les maires des différents territoires insulaires repartent de Saint-Denis avec bon nombre de solutions, faciles à mettre en place et à moindre coût, pour tenter de réguler la gestion des déchets. La Réunion, qui met en œuvre campagnes de prévention, collectes régulières de déchets et recyclage des produits plastiques, inspire les collectivités voisines.

Au cours de la conférence, beaucoup d’échanges et de discussions ont eu lieu sur le thème de référence, mais également sur la politique pour le bien-être général des populations. Bacar Ali Boto, le premier adjoint au maire de Mamoudzou, chef-lieu de Mayotte, a tenu à préciser que la "zone océan Indien nécessite une forte solidarité entre les îles, puisque nous sommes  toujours un peu isolés, c’est donc l’occasion de briser cet isolement et de voir ce qui se fait chez les autres." L’objectif, pour l’Adjoint municipal, est d'améliorer avant tout les conditions de vie de ses populations. Pour lui, cette conférence est "un enrichissement intellectuel et politique".

Saïd Mohammed Tourki, chargé de mission à la mairie de Moroni (Comores) qui fait partie de l’association des villes et communes de l’océan Indien, est venu chercher l’expérience réunionnaise en matière de gestion des communes et donc de déchets. "Nous débutons alors nous sommes venus chercher l’expérience de La Réunion. Aux Comores, la gestion des déchets est au stade embryonnaire, on commence à peine à prendre conscience de la richesse de la mer et de l’environnement ainsi que de la nécessité d’avoir un environnement propre  pour avoir un tourisme de qualité" explique t-il.

L’évolution des habitudes de consommation de la populations- comorienne entraîne la production de nouveaux déchets. "si avant les déchets était organiques, aujourd’hui ils sont plastiques. Il faut arrêter de considérer la mer comme une décharge naturelle" continue Saïd Mohammed Tourki.

Plusieurs solutions à mettre en place ont été trouvées à l’issue des échanges. Les projets les moins coûteux seront mis en place rapidement, notamment aux Comores. "Déjà, des campagnes de prévention et d’affichage seront mises en place, c’est assez facile et ça ne demande pas de gros moyens" termine le chargé de mission de Moroni.

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !