2ème jour de protestation des facteurs à Saint-Denis :

"85% du personnel en grève", la distribution du courrier paralysée


Publié / Actualisé
Les salariés du service courrier de La Poste du centre de Saint-Denis sont en grève illimitée depuis lundi 22 février. Ils dénoncent une nouvelle organisation de distribution du courrier non satisfaisante et des conditions de travail dégradées. Le préavis a été déposé jeudi 18 février par l'intersyndicale CGTR PTT - FO Com - Sud PTT. Ce mardi, "85% du personnel concerné est en grève", selon Johny Michel de Sud PTT. Une rencontre avec la direction du centre est prévue à 11h ce mardi. Celle qui s'est tenue à 15h la veille n'ayant pas abouti.
Les salariés du service courrier de La Poste du centre de Saint-Denis sont en grève illimitée depuis lundi 22 février. Ils dénoncent une nouvelle organisation de distribution du courrier non satisfaisante et des conditions de travail dégradées. Le préavis a été déposé jeudi 18 février par l'intersyndicale CGTR PTT - FO Com - Sud PTT. Ce mardi, "85% du personnel concerné est en grève", selon Johny Michel de Sud PTT. Une rencontre avec la direction du centre est prévue à 11h ce mardi. Celle qui s'est tenue à 15h la veille n'ayant pas abouti.

Les drapeaux des syndicats flottent au-dessus des grilles de la Poste, rue Juliette Dodu à Saint-Denis. Ce mardi, deuxième jour de grève des facteurs du centre de Saint-Denis, "85% du personnel est en grève, la distribution du courrier est paralysée dans le centre-ville", affirme Johny Michel du syndicat Sud PTT. Ils sont une trentaine de salariés, regroupés à l'ombre des immeubles, à attendre la rencontre avec la direction qui aura lieu à 11h.

Régulièrement, tous les deux ans environ, la Poste réorganise la distribution du courrier afin de s'adapter à l'évolution du volume. La direction affirme que le volume de courrier baisse. Pourtant, "il y a des jours, la sacoche du facteur est pleine à craquer", affirmer Johny Michel.

Une partie des salariés du centre est mécontente de cette nouvelle organisation. Sur 42 tournées, 9 ont été supprimées, affirment les syndicats. La charge de travail étant reportée sur les tournées restantes. Les facteurs sont donc passés de 35h de travail à plus de 38h. "Les tournées sont plus grandes, souligne Johny Michel. Il y a des facteurs qui n’arrivent pas à les terminer certains jours et le courrier est donc distribué le lendemain ou le sur-lendemain. Il y a une baisse de qualité de service!"

Les syndicats demandent ainsi l'obtention de quatre nouvelles tournées. Ils veulent aussi réduire le nombre de kilomètres des tournées piétonnes réalisées par les séniors de plus de 55 ans et qui s'élève parfois jusqu'à 10 kilomètres. Les syndicats dénoncent également une dégradation des qualités de travail, avec des températures qui atteignent fréquemment les 30/32 dégrés et pas de climatisation, ainsi qu'un management "focalisé sur le chiffre". "Bientôt, je pense que les autres centres de courrier de l'île participeront au mouvement eux-aussi parce que les problèmes sont similaires ailleurs", estime Johny Michel.

En attendant l'évolution des négociations avec la direction, les syndicats se disent prêts à camper sur place. Contacté par Imaz Press, la CFDT regrette ne pas avoir été informée en amont du dépôt du préavis de grève. "C'est dommage parce que nous aurions certainement participé aussi au mouvement car nous ne sommes pas trop satisfaits de la réorganisation", affirme Johan Smith. "Si on était plus en force on aurait fait davantage pression sur la direction."

www.ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Rod, Posté
Je suis facteur ns sommes en reorg aussi 10 tournées de supprimées ,changement d'horaire 10h30/16h51 precise pr trnee sacoche ( bien sur ils n'ont pas pensé au changement climatique) ce qui entrainera des arrêts maladies !!! Et ca ds tte la france
Ti crever, Posté
les postiers ont un problème de négociation des conditions de travail certes avec son cortège de revendications et les usagers qui sait qui les défend il faut une représentativité des dyonisiens qui sont pénalisés grave qui ne sont plus désservis en courrier depuis le début du conflit il faut faire bouger le cocotier