MENU

Grève des salariés du BTP (actualisé à 17h) :

Live - Le patronat pose un ultimatum valable jusqu'à 12h mardi - L'intersyndicale claque la porte


Posté par
Cette fois, c'est le clash. A 16h45 ce lundi 11 avril, l'Intersyndicale du BTP a claqué la porte de la salle de négociations. Le patronat venait de proposer 0,8 % d'augmentation au premier avril et de préciser que ce montant serait valable jusqu'à ce mardi, 12 heures. Les syndicats parlent de "provocation inacceptable" et promettent "de durcir le mouvement". Pour rappel, les salariés du bâtiment sont en grève depuis le mercredi 6 avril. Ils réclament 3 % d'augmentation, "et c'est une base de discussion", indiquent les syndicats. Tôt ce lundi matin des barrages ont été installés par les grévistes dans la zone industrielle du nouveau port. Ils ont été levés en fin d'après-midi. Reste à savoir jusqu'à quand...
Cette fois, c'est le clash. A 16h45 ce lundi 11 avril, l'Intersyndicale du BTP a claqué la porte de la salle de négociations. Le patronat venait de proposer 0,8 % d'augmentation au premier avril et de préciser que ce montant serait valable jusqu'à ce mardi, 12 heures. Les syndicats parlent de "provocation inacceptable" et promettent "de durcir le mouvement". Pour rappel, les salariés du bâtiment sont en grève depuis le mercredi 6 avril. Ils réclament 3 % d'augmentation, "et c'est une base de discussion", indiquent les syndicats. Tôt ce lundi matin des barrages ont été installés par les grévistes dans la zone industrielle du nouveau port. Ils ont été levés en fin d'après-midi. Reste à savoir jusqu'à quand...

17h : Bernard Siriex, président de la FRBTP (syndicat patronal) confirme que la proposition de 0,8% de hausse tient jusqu'à mardi 12 heures. Il affirme "notre proposition n'est pas un ultimatum mais un souhait de mettre fin au conflit" Il ajoute "nous sommes arrivés en disant que nous allions faire une dernière proposition". Il explique qu'en 2015 le patronat avait accepté une augmentation des salaires de 1,13% mais que cela ne sera pas possible cette année". Il souligne que 0,8% représente le double de l'inflation (0,4% en 2015 - ndlr)

16h45 : La réunion est terminée. L'intersyndicale claque la porte. Le patronat a proposé 0,8% d'augmentation au 1er avril. Les patrons ont précisé que cette proposition est valable jusqu'à ce mardi 12 heures, faute de quoi, ils feront une recommandation patronale pour une hausse des salaires de 0,4%. Très en colère les représentants de l'intersyndicale ont jugé l'ultimatum "inacceptable" et ont quitté la salle de réunion en parlant de "provocation". Ils promettent de durcir encore le mouvement.

16h40 : Le patronat retourne dans la salle de réunion. Les négociations reprennent

16:20 : La séance de travail est suspendue. Le patronat, qui a fait une nouvelle proposition, sort de salle de réunion. L'intersyndicale reste à l'intérieur et se concerte.

16h10 : la réunion commence. Après un tour de table photo, les journalistes sont priés de quitter la salle

15h55 : Jacky Balmine et les représentants de l'intersyndicale des salairiés arrivent à leur tour. Personne ne fait de déclaration. Les deux parties se saluent

15h44 : Bernard Siriex, président de la FRBTP (syndicat patronal) et les autres représentants du patronat viennent d'arriver à la Direction du Travail a Saint-Denis

10h30 : un barrage filtrant est installé au rond-point des Vilbrequins donnant accès à la Zac 200 au Port. Les grévistes expliquent aux automobilistes les raisons de leur grève. La circualion est fortement ralentie. Les barrages dans la zone industrielle du nouveau port sont toujours en place.

8h30 : Près de 200 manifestants ont bloqué les deux accès à proximité de la GTOI, dans la zone industrielle du nouveau port et des barrages sont en train d'être installés un peu partout dans la zone.  Après le rassemblement devant la GTOI, les manifestants se dispersent peu à peu vers les autres entreprises de la zone, pour installer d'autres piquets de grève. "Nous allons expliquer à l'ensemble de nos camarades du BTP les raisons de notre mouvement", explique Jacky Balmine. Les actions se concentrent dans cette zone du Port "parce que c'est là que se trouvent le siège de la plupart des entreprises du BTP, et c'est là que les travailleurs souffrent", juge Jacky Balmine.

Au alentours de 8h30, le représentant de l'intersyndicale a pris la parole pour faire un compte rendu de la journée de négociations organisée vendredi 8 avril, à la direction du Travail à Saint-Denis, entre la FRBTP et les syndicats salariés. "Nous sommes partis de 0, et nous sommes arrivés à 0,8%. C'est quelque chose, mais ça reste largement insuffisant", estime Jacky Balmine, rappelant que l'augmentation de 3% demandée par les salariés "reste une base de négociation". Après l'échec de vendredi, la DIECCTE a mis en place une salle, pour permettre aux deux parties de se retrouver s'ils souhaitent à nouveau négocier, ce lundi 11 avril à partir de 16h. Balmine a réaffirmé que "l'intersyndicale serait évidemment présente". "Nous attendons du patronat qu'il fasse de véritables propositions", a-t-il ajouté.

Vendredi 8 avril, les deux parties avaient tenté de trouver un accord au cours d'une longue journée de négociation à la DIECCTE. Le patronat a proposé une augmentation des salaires de 0,4% au 1er janvier 2016, de 0,2% au 1er avril 2016 et de 0,2% au 1er octobre 2016, estimant "ne pas pouvoir aller plus loin", selon Bernard Siriex, président de la FRBTP.

   

Mots clés :

2 Commentaire(s)

Panama papers, Posté
Syndicats et grévistes multiplié la pression. Exiger la levée de cet ultimatum pour négocier. C'est du chantage de la part du patronat. Une nouvelle fois encore une provocation. Après avoir annoncer 0 % avant NAO maintenant le patronat lance un ultimatum. La hausse demandée par les syndicats n'est pas irréaliste, le patronat doit y consentir.Vous savez très bien que, si vous cèdez aujourd'hui, vous resterez dans la même spirale à chaque demande de revalorisation salariale, vous n'obtiendrez rien et ils continueront à vous traiter comme si vous étiez du bétail...
Voleur canard, Posté
Y en a marre de ce syriex..qu il reprenne l'avion après avoir affamé les travailleurs!