Violences urbaines dans l'île aux parfums :

Mayotte - Le gouvernement envoie des renforts de forces de l'ordre


Publié / Actualisé
Le gouvernement a annoncé mercredi l'envoi de forces de l'ordre supplémentaires à Mayotte, pour faire face aux violences urbaines qui secouent le plus jeune département français depuis plusieurs nuits, combinées à un mouvement social qui perturbe l'activité économique.
Le gouvernement a annoncé mercredi l'envoi de forces de l'ordre supplémentaires à Mayotte, pour faire face aux violences urbaines qui secouent le plus jeune département français depuis plusieurs nuits, combinées à un mouvement social qui perturbe l'activité économique.

"Plusieurs éléments se superposent", à Mayotte, a expliqué mercredi à l'AFP la ministre des Outre-mer George Pau-Langevin: "un mouvement social de revendications lancé par les organisations syndicales", et "à côté, les comportements de certains jeunes à la dérive, qui ne sont pas encadrés et n'ont pas de perspectives".

Une grève générale a été lancée le 30 mars pour réclamer "l'égalité réelle", c'est à dire l'alignement de Mayotte, devenue 101e département français seulement en 2011, sur la métropole, en matière d'application du code du travail, de prestations sociales, de salaires ou de services publics. Les syndicats s'appuient sur un rapport de la Cour des comptes, qui en janvier, a pointé les retards de l'île dans la mise en place du droit commun.

Se greffant sur ce mouvement social, des groupes de jeunes cagoulés ont commencé le week-end dernier à caillasser chaque nuit voitures et habitations, la préfecture évoquant des affrontements entre "bandes rivales". Après une nouvelle explosion de violences dans la nuit de lundi à mardi, la préfecture a mis en place mardi soir un dispositif de sécurité renforcé dans certains quartiers de Mamoudzou, ce qui a permis selon elle de contenir les violences, même si une centaine de jeunes ont encore dégradé des véhicules.

Le ministère de l'Intérieur va envoyer des renforts dans l'île, a annoncé mercredi Mme Pau-Langevin, à l'issue d'une rencontre avec Bernard Cazeneuve. En 2015 et 2016 les effectifs de sécurité auront augmenté à Mayotte de 135 personnes, a-t-elle précisé.
La veille, des habitants excédés s'étaient rassemblés sur la place centrale de Mamoudzou pour dénoncer les violences. Et dans le quartier de Doujani, d'autres ont "exposé" leurs voitures caillassées, bloquant un carrefour.

Mercredi après-midi, le calme régnait à Mayotte, paralysée par des barrages routiers installés au nord, au sud et au centre de l'île à l'appel des syndicats, a constaté une journaliste de l'AFP. Les écoles étaient vides, les rues quasi désertes, et l'activité tournait au ralenti. Pour la ministre des Outre-mer, il faut traiter "parallèlement" les revendications syndicales et les violences urbaines.

"Besoins incommensurables"

Concernant les jeunes, qui représentent la moitié des 220.000 habitants, elle souhaite "renforcer la prise en charge de la protection de la jeunesse" car "pour l'instant ce sont des services un peu embryonnaires". Selon Rivomalala Rakotondravelo, syndicaliste SNUIPP, les violences sont liées au manque d'encadrement. "Un élève en école élémentaire en métropole représente 7.400 euros (d'investissement par l'Etat, ndlr). A Mayotte, on est à 4.300 euros. Voilà l'injustice".

La ministre a rappelé que 217 classes ont été construites en 2015 à Mayotte, pour 70 millions d'euros, "mais les besoins sont incommensurables. Beaucoup d'enfants n'ont pas une situation satisfaisante", a-t-elle reconnu. Elle a aussi souligné la forte immigration de populations comoriennes -en partie illégale- à Mayotte, ce qui "accroit le sentiment des Mahorais d'être évincés des infrastructures créées pour eux" et nécessite "une politique de coopération" avec Anjouan.

Quant aux revendications de rattrapage social, "on a besoin d'inventer des règles". Par exemple, "il faut voir comment faire pour que des personnes aient une retraite satisfaisante alors qu'elles n'ont pas cotisé", ou "comment dans l'administration et les collectivités territoriales, on peut répondre aux revendications d'augmentation des salaires, alors que les collectivités sont exsangues".

De même, alors que l'objectif était d'adapter le code du travail à Mayotte d'ici 2018, "aujourd'hui, cette démarche est percutée par la loi El Khomri", dit-elle. Vendredi, les syndicats mahorais rencontreront à Paris les directeurs de cabinet des ministères concernés.
Mme Pau-Langevin dit comprendre l'impatience des Mahorais, "mais c'est souvent un défi de trouver des réponses adaptées et conformes au droit", car "on ne peut pas mettre que des réponses d'exception".

AFP

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)