Enquête de l'Insee : les bailleurs sociaux davantage concernés par le manque de confort :

L'humidité touche la moitié des logements réunionnais


Publié / Actualisé
Ce jeudi 26 mai 2016, l'Insee a publié les résultats de son enquête sur le logement. Menée de 2013 à 2015, elle fait état des conditions de confort à La Réunion. Si elles continuent de s'améliorer, près d'un ménage sur deux reste concerné par le problème de l'humidité. Autre constat : les bailleurs sociaux sont davantage touchés par les défauts d'habitat. La raison avancée est l'existence d'un parc vieillissant, en attente de réhabilitation.
Ce jeudi 26 mai 2016, l'Insee a publié les résultats de son enquête sur le logement. Menée de 2013 à 2015, elle fait état des conditions de confort à La Réunion. Si elles continuent de s'améliorer, près d'un ménage sur deux reste concerné par le problème de l'humidité. Autre constat : les bailleurs sociaux sont davantage touchés par les défauts d'habitat. La raison avancée est l'existence d'un parc vieillissant, en attente de réhabilitation.

L’humidité, soit le premier grand défaut des logements réunionnais. Près de la moitié des ménages est concernée, soit 40 % contre 21 % en Métropole. Les autres problèmes fréquemment relevés sont les infiltrations d’eau, les problèmes d’évacuation ainsi que la dégradation de l’installation électrique. Les plus mal logés sont les familles monoparentales, les personnes seules, les locataires du parc social et les ménages âgés.

Autre constat : le surpeuplement. Fin 2013, 20 % des ménages réunionnais vivent dans un logement surpeuplé, soit deux fois plus qu’en France métropolitaine. Sur l’île, les logements sont plus petits (- 10 mètres carrés qu’en Métropole, en moyenne). Cependant, l’Insee reste optimiste : la surface moyenne par personne augmente peu à peu. Hervé Legrand, chef de service étude et diffusion souligne également que " très peu de logements n’ont pas le confort sanitaire de base, ce qui n’était pas le cas il y a vingt ans ".

Concernant le logement social, la demande augmente, fréquemment de la part des familles monoparentales ou des ménages jeunes. A noter que l’île dispose d’un parc de logement assez ancien, et qu’il nécessite une réhabilitation. Les bailleurs sociaux seraient effectivement les plus mauvais élèves, en terme de conditions de vie et de confort. Si cette demande reste forte, le Réunionnais reste néanmoins attaché à la case à terre. 72 % vivent dans une maison, un chiffre beaucoup plus important qu’en Métropole. Mais si la propriété est fréquente pour les maisons, elle l’est beaucoup moins pour les appartements.

Pour Christian Preto, responsable du service habitat et logement social à la Deal, l’indicateur des logements individuels interpelle. " On ne peut pas continuer à s’étaler comme ça au rythme où va, il faut se concentrer sur les zones déjà habitées, et ne plus construire des immeubles partout " estime t-il au micro de Rtl Réunion.

L’enquête a également pris en compte l’avis des habitants. En 2013, un ménage sur quatre souhaite changer de logement. Les plus insatisfaits sont les ménages vivant en habitat collectif, notamment chez des bailleurs sociaux. Plus de la moitié évoque un logement trop petit. Environ 30 % trouvent leur logement trop humide ou trop bruyant. Les nuisances sonores les plus citées : la circulation et les bruits de voisinage.

   

Mots clés :

    Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !