MENU

N°2 des pompiers aux Pyrénées Atlantiques, le Réunionnais était suspendu de ses fonctions depuis 2015 (actualisé) :

Accusé de harcèlement, le colonel Eric Soupra risque la révocation


Posté par
Ce jeudi 2 juin 2016, rebondissement dans l'affaire du colonel Eric Soupra. Selon La République des Pyrénées, le conseil de discipline a décidé la révocation du directeur adjoint du service départemental de secours et d'incendie (SDIS) des Pyrénées Atlantiques (64). Originaire de La Réunion, il avait été démis de ses fonctions en janvier 2015, pour harcèlement moral envers Carole G., alors directrice administrative et financière. Si la sanction n'est pour l'heure pas définitive, elle est cependant rarissime. (Photo : Ici, à gauche, lors d'une visite sur l'île en 2006)
Ce jeudi 2 juin 2016, rebondissement dans l'affaire du colonel Eric Soupra. Selon La République des Pyrénées, le conseil de discipline a décidé la révocation du directeur adjoint du service départemental de secours et d'incendie (SDIS) des Pyrénées Atlantiques (64). Originaire de La Réunion, il avait été démis de ses fonctions en janvier 2015, pour harcèlement moral envers Carole G., alors directrice administrative et financière. Si la sanction n'est pour l'heure pas définitive, elle est cependant rarissime. (Photo : Ici, à gauche, lors d'une visite sur l'île en 2006)

La sanction la plus grave qu'encourait le colonel Eric Soupra était la révocation : une commission nationale du conseil de discipline s'est prononcé en faveur de cette décision, précise le quotidien La République des Pyrénées dans son édition du 3 juin 2016. Ce journal avait d'abord indiqué dans une précédente édition que c'est le conseil de discipline départemental qui avait rendu la décision. Si cet décision n'est pas effective, elle s'inscrit dans la suite des procédures judiciaires. C'est en 2010 que l'ancienne directrice administrative et financière du service porte plainte contre le directeur adjoint. Ce dernier est mis en cause pour des faits de harcèlement moral. 

Lors de son jugement au tribunal correctionnel de Paul, en 2013, il écope de trois mois de prison avec sursis. Il fait appel et ne réussit qu'à alourdir sa peine, en 2014 : la cour élève sa sanction à huit mois avec sursis, 3000 euros de dommages et intérêts à verser à la victime ainsi que 3000 euros en compensation de ses frais d'avocat. L'officier décide alors de saisir la cour de cassation, s'appuyant sur le motif que la plaignante ne s'est jamais présentée alors qu'elle était citée à comparaître. Aujourd'hui, le pourvoi est en cours d'examen. Selon le quotidien de La République des Pyrénées, Maître Navarro, avocat de l'accusé, estime que le conseil de discipline "viole la présomption d'innocence" en prononcant la révocation.

Originaire de La Réunion, le colonel Eric Soupra était suspendu de ses fonctions depuis janvier 2015. Une décision prise par l'ancien président du SDIS, Yves Salanave-Péhé, à la suite d'une enquête administrative interne. Distincte des poursuites pénales, une procédure disciplinaire avait alors été lancée. C'est la semaine dernière que le conseil de discipline s'est finalement réuni : si l'intéressé n'était pas présent, il était représenté par son avocat. Des raisons médicales avaient été avancées pour justifier son absence. L'ex directeur adjoint a effectivement pris un congé maladie dans le même temps de sa suspension.

C'est désormais au ministère de l'Intérieur de se prononcer. Si cette révocation est approuvée il s'agirait d'une "première" selon le quotidien de la République des Pyrénées.

 

-Un SDIS qui n'en est pas à sa première affaire de harcèlement-

 

Fait troublant : le colonel Eric Soupra n'est pas le premier de son service à être accusé de harcèlement. En juin 2009, un précédent cas s'était soldé par un suicide. Trois ans plus tard, un ancien cadre du SDIS avait été condamné par la Cour d'appel de Pau à dix mois de prison pour harcèlement moral. La victime s'était donnée la mort sur son lieu de travail.

 

   

3 Commentaire(s)

Cancan, Posté
Ou vois le gars, à ce moment précis , trempe à li dans Javel, li té 1 zoreil
Té connais pi son nation , té marche si do lo , té cose pi 1 mot créole
La oublie ou sa li les né
Cosa y fait ????? Et bien : encaisse out couillonisse
Tiens , tiens!, Posté
mais que fait le CREFOM et son gourou Karam, car enfin , c'est d'un Réunionnais qu'il s'agit là
L arbre qui cache la foret, Posté
a la reunion, c'est la tradition des komandeurs, contre-maitres zelés du temps de l'escalage qui est à l'origine des ces chefs locaux qu'on appelle "kreole makro" et qui se la pète des qu'ils sont parvenus.