7000 volailles avaient été abattues :

Sainte-Marie - Les poulets n'avaient pas l'influenza aviaire


Publié / Actualisé
Les 7000 volailles abattues ce dimanche 12 juin 2016 dans un élevage de Sainte-Marie n'étaient pas contaminées par l'influenza aviaire, indique la préfecture dans un communiqué publié ce vendredi 17 juin 2016. Les analyses se poursuivent pour déterminer si elles n'étaient pas atteintes par la maladie de Newcastle. Les poulets avaient été abattus par mesure de précaution après qu'un vétérinaire ait alerté les services de la direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF) sur "des comportements inhabituels" l'élevage de volailles (Photo d'illustration)
Les 7000 volailles abattues ce dimanche 12 juin 2016 dans un élevage de Sainte-Marie n'étaient pas contaminées par l'influenza aviaire, indique la préfecture dans un communiqué publié ce vendredi 17 juin 2016. Les analyses se poursuivent pour déterminer si elles n'étaient pas atteintes par la maladie de Newcastle. Les poulets avaient été abattus par mesure de précaution après qu'un vétérinaire ait alerté les services de la direction de l'alimentation, de l'agriculture et de la forêt (DAAF) sur "des comportements inhabituels" l'élevage de volailles (Photo d'illustration)

"Une suspicion de maladie de Newcastle ou d’influenza aviaire a conduit au déploiement des mesures de protection destinées à prévenir le risque de propagation de la maladie par un arrêté préfectoral de mise sous surveillance. En attente du résultat des analyses, l’élevage a été isolé et les services de la DAAF ont fait procéder à l’abattage de l’ensemble des animaux du bâtiment le 12 juin dernier" rappelle la préfecture dans son communiqué.


Des prélèvements ont ensuite été effectués et envoyés pour analyse dans un laboratoire agréé en métropole. Les premiers résultats d’analyses "sont négatifs pour la maladie de l’influenza aviaire, ce qui permet de lever la suspicion pour cette maladie. Dans l’attente des résultats concernant la maladie de Newcatsle, les précautions sanitaires (isolement de l’élevage) sont maintenues jusqu’aux résultats définitifs des analyses" note la préfecture. .

Parallèlement, l’enquête épidémiologique se poursuit afin d’identifier l’origine des symptômes atypiques relevés sur les volailles (aliments, eau, aération, faune sauvage…).

www.ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !

Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)