MENU

6000 m3 de sable enlevés :

Le port de Sainte-Marie de nouveau accessible


Posté par
Les pêcheurs empruntent à nouveau le chenal du port Sainte-Marie depuis ce dimanche matin 24 septembre 2017 après une première phase de dragage ordonnée par la Communauté intercommunale du Nord de La Réunion (CINOR). L'enceinte fermait plus d'un mois afin de désensabler le site. La profondeur de passage dans l'eau atteint désormais 2 à 3 mètres. 5 000 à 6 000 mètres cubes de sable étaient retirés. Une seconde phase de travaux démarre la semaine prochaine. Nous publions ci-après et en intégralité le communiqué de la CINOR. (Photos CINOR)
Les pêcheurs empruntent à nouveau le chenal du port Sainte-Marie depuis ce dimanche matin 24 septembre 2017 après une première phase de dragage ordonnée par la Communauté intercommunale du Nord de La Réunion (CINOR). L'enceinte fermait plus d'un mois afin de désensabler le site. La profondeur de passage dans l'eau atteint désormais 2 à 3 mètres. 5 000 à 6 000 mètres cubes de sable étaient retirés. Une seconde phase de travaux démarre la semaine prochaine. Nous publions ci-après et en intégralité le communiqué de la CINOR. (Photos CINOR)

 

Les pêcheurs ont de nouveau emprunté le chenal du port de Sainte-Marie, ce dimanche matin pour gagner le grand large. La première phase de travaux de dragage du Port réalisés par la Cinor - résultant de l'ensablement du site,  a en effet permis au site de retrouver une profondeur de passage de 2  à 3 mètres. Depuis fin août, 5 à 6000 mètres de cube de sable ont  été extraits du bassin Est du port de Sainte-Marie. Un volume impressionnant. "C'est du jamais vu", s'exclame Yves Ferrières, Vice-Président délégué et Président du conseil portuaire. La Cinor se félicite d'avoir mis les moyens pour parvenir à un premier résultat qui réjouit aujourd'hui bon nombre de pêcheurs, professionnels comme plaisanciers.

Lire aussi Pour enlever le sable - Le port de Sainte-Marie ferme un mois pour travaux

"Ces travaux étaient indispensables, et s'il est vrai qu'ils ont été effectués au départ dans une période où la mer n'était pas très accueillante, par la suite  l'amélioration des conditions de houle a facilité les choses", ajoute l'élu de la Cinor. Le dispositif pour la phase 1 (plate forme d'aspiration et pelle à bras long) ayant donné satisfaction, la Cinor a passé commande pour une seconde phase de travaux d'extraction de sable qui vont débuter la semaine prochaine.

"Il s'agit d'une opération d'extraction de plus grande envergure  à l'intérieur des bassins et sur la plage Est pour retrouver le tirant d'eau initial de 2m50 avec une organisation des travaux assurant le maintien des activités du port", confirme Yves Ferrières. "Cela étant,  je considère prioritaire d'intervenir, en mode intensif, côté darse, vers le chenal, sous le portique et au niveau du bassin. Car plus vite ça sera fait, plus vite le port retrouvera son activité normale".

Aussi, du fait des quantités volumineuses à extraire, ce travail a été amplifié. Ainsi, en plus de la mise en phase opérationnelle d'une seconde pelle, il a été contractualisé de nouvelles opérations de pompage dans la darse avec rejet du sable extrait dans un bassin de décantation". S'agissant de la seconde pelle à bras long (la première intervenant au niveau du chenal),  une piste occasionnelle, à l'identique de la première côté chenal, a été réalisée afin de rayonner sous l'intégralité du portique.

La Cinor espère parvenir à ses objectifs et libérer le site intérieur du trop plein de sable sous 5 à 7 jours. Concernant, les travaux de la partie Est du port, à l'extérieur de la digue, ils feront l'objet d'un dernier arbitrage quant à la date de démarrage sur la bases de relevés affinés. Si les temps de crise paraissent loin, la vigilance, face à une dame nature capricieuse, reste de mise.

Ce dimanche certains avaient encore en tête la réunion de travail du jeudi 10 août entre la Cinor, les pêcheurs de Sainte-Marie, le comité de pêche, la CCIR et les experts travaux, visant à régler le dossier de l'ensablement du port, une menace qui portait le risque d'être durable pour l'activité des pêcheurs.

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !