[VIDEO] Séance des questions au gouvernement (actualisé) :

Quand Agnès Buzyn accuse Jean-Hugues Ratenon de "vivre de la pauvreté"


Publié / Actualisé
Lors de la séance des questions au gouvernement, le député Jean-Hugues Ratenon a interpelé ce mardi 18 septembre 2018 le Premier ministre sur le plan pauvreté dévoilé par le président de la République Emmanuel Macron, estimant que "le compte n'y est pas" et que "le président des riches confirme qu'il est le président anti-pauvre". Réponse cinglante d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé : "vous n'avez aucun intérêt à ce que nous arrivions à résoudre la pauvreté dans le pays, car vous en vivez, vous vous en nourrissez". Dans un communiqué, le député Jean-Hugues Ratenon évoque "une insulte profonde pour celles et ceux qui luttent avec force et abnégation pour une société plus juste" et demande à la ministre de lui présenter ses excuses.
Lors de la séance des questions au gouvernement, le député Jean-Hugues Ratenon a interpelé ce mardi 18 septembre 2018 le Premier ministre sur le plan pauvreté dévoilé par le président de la République Emmanuel Macron, estimant que "le compte n'y est pas" et que "le président des riches confirme qu'il est le président anti-pauvre". Réponse cinglante d'Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la santé : "vous n'avez aucun intérêt à ce que nous arrivions à résoudre la pauvreté dans le pays, car vous en vivez, vous vous en nourrissez". Dans un communiqué, le député Jean-Hugues Ratenon évoque "une insulte profonde pour celles et ceux qui luttent avec force et abnégation pour une société plus juste" et demande à la ministre de lui présenter ses excuses.

Retrouvez l'intervention du député Jean-Hugues Ratenon et la réponse de la ministre Agnès Buzyn dans cette vidéo :

La ministre semble vraisemblablement ne pas connaître la situation de Jean-Hugues Ratenon avant son élection en qualité de député,  qui vivait justement du RSA. La réaction de Jean-Luc Melenchon ne s'est en tout cas pas faite attentdre. Dans un tweet, le représentant de la France Insoumise a dénoncé une "ignoble agression verbale". "La soi-disant ministre des Solidarités à l'image de son maître : l'insulte aux lèvres pour ceux dont elle est censée s'occuper", a-t-il encore écrit.

   

2 Commentaire(s)

Lol, Posté
Tous les hommes et femmes politiques exploitent la misère pour se faire élire. Les contrats aidés en est la preuve, ils tiennent ces gens qui sont sous contrat en faisant du chantage à chaque période électoral. Si ou marche pas po moin oute contrat les pas renouveller
Renard , Posté
Il faut que ca depuis des années