Nouvelle maladresse, arrogance ou provocation :

Pauvreté : pour Emmanuel Macron certaines personnes en difficulté "déconnent"


Publié / Actualisé
Emmanuel Macron a déclaré mardi vouloir "responsabiliser" les personnes en situation de pauvreté car "il y en a qui font bien" et d'autres "qui déconnent", des propos immédiatement condamnés par des responsables de l'opposition. Prononcée en pleine crise des Gilets jaunes en lutte contre les injustices, cette nouvelle phrase, pouvant s'apparenter à du mépris, risque fort de renforcer la colère populaire
Emmanuel Macron a déclaré mardi vouloir "responsabiliser" les personnes en situation de pauvreté car "il y en a qui font bien" et d'autres "qui déconnent", des propos immédiatement condamnés par des responsables de l'opposition. Prononcée en pleine crise des Gilets jaunes en lutte contre les injustices, cette nouvelle phrase, pouvant s'apparenter à du mépris, risque fort de renforcer la colère populaire

S’exprimant au cours d’un Conseil municipal à Gasny (Eure), le président a déclaré : '"es gens en situation de difficulté, on va davantage les responsabiliser car il y en a qui font bien et il y en a qui déconnent".

 

Il a également souligné que ces personnes étaient "tous acteurs" du traitement de la pauvreté, "en les considérant, en les responsabilisant, en les aidant à s’en sortir".

L’utilisation du mot "déconner" dans ce contexte a été dénoncée par plusieurs responsables de l’opposition avant la séance des questions au gouvernement à l’Assemblée nationale.

Éric Ciotti, député LR, a affirmé dans les couloirs de l’Assemblée : "le président de la République veut éteindre un incendie avec du napalm. Il y a chaque jour de nouvelles provocations, des phrases qui blessent. On dirait que le président de la République veut rajouter en permanence de l’huile sur le feu".

Olivier Faure, patron du PS, s’est indigné : " le président n’a rien compris. Sa façon de jeter en pâture les plus faibles est insupportable ". Il a ensuite posté sur son compte twitter : "le PR (Président de la Républiqu - ndlr" n'a pas forcement le sens de l'effort mais celui de la provocation

 

Régis Juanico (PS), a énuméré : " après les ‘illettrés de Gad’, ‘les cyniques et les fainéants’, ‘le pognon de dingue des minima sociaux’, ‘les Gaulois réfractaires au changement’, ‘les gens qui ne sont rien’, voici ‘les pauvres qui déconnent…"

 

Ugo Bernalicis (LFI) : " À chaque fois qu’il y a des regains de mobilisation, c’est parce qu’Emmanuel Macron s’exprime. Cela se vérifie systématiquement. Qu’il se taise ! "

Mais pour le chef de file des députés La République en marche, Gilles Le Gendre, le président "parle aussi comme nous parlons tous". "J’aime bien la vérité, c’est ce que j’aime bien chez le Président ".

Il faut donc compprendre dans ce commentaire du député LREM que c'est "la vérité" lorsque Emmanuel Macrcon dit à un jeune chômeur : "Je traverse la rue, je vous trouve du travail", lorsqu'il affirme "on met un pognon de dingue dans les minimas sociaux".

"Vérité" toujours selon ce député quand Emmanuel Macron lance Je ne céderai rien "ni aux fainéants, ni aux cyniques", ou "certains, au lieu de foutre le bordel, feraient mieux d'aller regarder s'ils ne peuvent pas avoir des postes ..."

"Vérité" encore lorsqu'il parle des  gens qui ne sont rien"

"Vérité" enfin lorsque lance avec mépris  : "le kwassa-kwassa pêche peu, il amène du Comorien"

Lire ausi : Macron : ses précédentes déclarations polémiques

C'est donc tout cela la "vérité" nous dit le député LREM en félicitant Emmanuel Macron qui vient sans doute de redonner une nouvelle vigueur à un incendie encore bien vif.

Pyromane, vous avez dit pyromane...

mb/www.ipreunion.com avec l'AFP

 

   

2 Commentaire(s)

Arafat, Posté
Macron c fini...
Bientot la sortie..

Le Sudiste, Posté
Et oui, il y en a effectivement qui font des bétises, regardez les personnes avec peu de moyens voulant s'acheter des terrains bien trop grands ou des voitures bien trop puissantes à la Réunion. Après si vous ne retirez qu'une petite phrase de plusieurs heures de discussion où Emmanuel Macron s'est montré sensé, à l'écoute et a pu convaincre son auditoire, sachez que là c'est du journalisme de caniveau.
Illustration : Kwa Films

Kwa Films

37 reportage(s)