Hydrocarbures à La Réunion :

Les prix restent (quasiment) stables en juin


Publié / Actualisé
La préfecture a communiqué, ce mercredi 29 mai 2019, les prix maximum de vente des hydrocarbures dans le département à compter du 1er juin 2019. Après quatre mois de hausses successives, un constat, le prix à la pompe du sans plomb reste stable par rapport au mois dernier : 1,48 euro/L, même chose pour le prix de la bouteille de gaz qui stagne à 17,95 euros et le gazole augmente d'un centime, passant donc à 1,17 euro/L.
La préfecture a communiqué, ce mercredi 29 mai 2019, les prix maximum de vente des hydrocarbures dans le département à compter du 1er juin 2019. Après quatre mois de hausses successives, un constat, le prix à la pompe du sans plomb reste stable par rapport au mois dernier : 1,48 euro/L, même chose pour le prix de la bouteille de gaz qui stagne à 17,95 euros et le gazole augmente d'un centime, passant donc à 1,17 euro/L.

Prix de vente maximum des hydrocarbures à La Réunion à compter du 1er juin 2019

Le sans plomb

Le prix public est stable à 1,48 €/litre. La baisse de la cotation est contredite par une dégradation de l’euro et la hausse des CEE.

Le gazole

Le prix de vente augmente à 1,17 €/litre (+ 1 ct). Cette évolution s’explique par la hausse de la cotation moyenne du gazole (+ 1,08 %) accentuée par la hausse du coût des CEE. Comme pour le SSP, le fret est en baisse et la parité se dégrade.

Le gaz

Le prix final de la bouteille est inchangé à 17,95 €. Cette absence d’évolution s’explique par le fait que la baisse de l’euro (qui induit une hausse du prix) neutralise la baisse de la cotation mensuelle. La cotation impacte le prix de la bouteille à la baisse à hauteur de - 4 cts environ. La parité accentue la hausse de la bouteille à hauteur de + 4 cts. Le contrat de fret est inchangé. On retient toujours le prix le plus bas communiqué par les opérateurs.

Comment sont fixés les prix ? 

Les prix des produits pétroliers et gaziers à La Réunion sont fixés en application des dispositions du code de l’énergie. Le mécanisme de réglementation des prix des carburants qui en résultent permet de se conformer aux conditions réelles du marché et d’assurer la transparence sur la formation des prix hydrocarbures.

Un contexte international qui revient à une relative stabilité des prix

Sur les 15 premiers jours ouvrés du mois de mai, on constate une évolution des cotations moyennes des carburants orientée à la hausse et à la baisse par rapport au mois précédent : négative (- 3,07 %) pour le supercarburant, positive (+ 1,08 %) pour le gazole.

En ce qui concerne le gaz, la cotation mensuelle du BUTANE diminue à 530 $/TM contre 535 $/TM le mois précédent.

Par ailleurs, une baisse du fret (pour les carburants) de 8,84 % a été observée sur la même période.

De plus, à la suite d’une baisse de l’euro par rapport au dollar, la moyenne des parités sur 15 jours ouvrés s’établit à 1,1194 $ pour 1 € pour le gaz et à 1,1192 pour les carburants (le 20 mai était férié à SINGAPOUR). Le prix du gaz est impacté à hauteur de + 4 cts, celui des carburants ne l’est pas.

Les marges de gros, les marges de détail ainsi que les frais de passage qui sont fixés par arrêté préfectoral restent pour leurs parts inchangées.

www.ipreunion.com

   

1 Commentaire(s)

La vérité si je mens !, Posté
La blague du jour ! Au secours les gilets jaunes ; Au secours le COSPAR ; Au secours l'observatoire des prix et des revenus (OPR) ; Au secours la Coopérative carburants d'intérêt régional public (CCIRPP) . Les élus péi , c'est comme les pigeons : Tu les aides à s'envoler et une fois en l'air , ils te chient dessus