Nouvelle route du littoral :

Carrière de Bois-Blanc : Ericka Bareigts dénonce un manque de transparence de l'Etat


Publié / Actualisé
Alors qu'une réunion se tiendra ce lundi 1er juillet après-midi entre les services de l'Etat, les grandes entreprises du BTP et certains élus locaux concernant la mise à jour du schéma départemental des carrières de 2010, Ericka Bareigts a tenu à s'exprimer concernant le manque de cohérence des différents acteurs de la Nouvelle Route du Littoral (NRL). "Il n'y aucune urgence, c'est la justice elle-même qui le dit, alors pourquoi cette réunion ?" s'interroge la députée. (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)
Alors qu'une réunion se tiendra ce lundi 1er juillet après-midi entre les services de l'Etat, les grandes entreprises du BTP et certains élus locaux concernant la mise à jour du schéma départemental des carrières de 2010, Ericka Bareigts a tenu à s'exprimer concernant le manque de cohérence des différents acteurs de la Nouvelle Route du Littoral (NRL). "Il n'y aucune urgence, c'est la justice elle-même qui le dit, alors pourquoi cette réunion ?" s'interroge la députée. (Photo d'illustration RB/www.ipreunion.com)

Le Conseil d’Etat ne s’est pas encore prononcé concernant l’exploitation de la carrière de Bois-Blanc, et pourtant, une réunion se tiendra aujourd’hui pour décider de la mise à jour, ou non, du schéma des carrières datant de 2010 afin d’y inclure celle de Bois-Blanc.  "Aujourd’hui, l’urgence pour l’Etat et la Région est de terminer la NRL, quitte à faire du tort à La Réunion, quitte à créer une situation de monopole des grandes entreprises du BTP, quitte à jeter les Réunionnais du haut du précipice" accuse Ericka Bareigts. " Le sujet est fondamental, et pourtant, beaucoup sont exclus de ces discussions à huis clos "  continue-t-elle.

Lire aussi : C'est officiel, l'État veut à tout prix ouvrir Bois-Blanc...

Mise à l’écart des discussions concernant la NRL, la députée s’inquiète du manque de contrôle qu’aura le territoire sur la gestion des matières premières réunionnaises. "Aujourd’hui, les petites entreprises sont exclues des discussions. L’exploitation des carrières ne servent pas qu’à la NRL, mais aussi à la construction de nos routes, des logements sociaux… Si les grandes entreprises du BTP sont les seules à pouvoir exploiter nos matières premières, nous faisons face à un risque de monopole concernant cette exploitation" s’inquiète-t-elle. Elle demande donc à ce que la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment (CAPEB) soit entendue lors des débats concernant la NRL.

Un manque de transparence de la part de l'Etat

Ericka Bareigts dénonce par ailleurs une volonté "très claire" de l’Etat de pallier à l’incompétence de la Région. "L’Etat veut accompagner coûte que coûte la Région pour sortir de cet empêtrement qui coute extrêmement cher" explique-t-elle. La députée souligne aussi un manque de transparence flagrant dont fait preuve l’Etat.

Finalement, elle pointe du doigt l’incompétence et l’irresponsabilité du président de Région, qui aurait dû enclencher cette procédure dès 2010 lors de sa prise de fonction. "Tout aurait pu être alors fait en toute transparence et responsabilité, dans les temps impartis" déplore-t-elle. Aujourd'hui, elle considère qu'il faudrait passer d'un schéma départemental à un schéma régional, afin d'avoir "une vision d'ensemble de l'exploitation de nos ressources, et non une vision centrée uniquement sur la NR".

Lire aussi : Bois Blanc : l'État veut absolument ouvrir la carrière

Pour rappel, le 29 mai 2018, la cour d'appel de Bordeaux avait annulé l'arrêté du préfet et donc abrogé le schéma départemental des carrières (SDC) de 2014. Un schéma qui incluait quatre nouvelles carrières, dont celle de Bois-Blanc, à exploiter pour l'approvisionnement du chantier de la NRL. Afin de pouvoir exploiter la carrière de Bois-Blanc, la Région a donc aujourd'hui besoin d'un nouveau schéma incluant cette dernière.

Aujourd'hui,  l'ouverture de la carrière est essentielle pour la Région, cette dernière devant alimenter en roches massives le chantier de la partie en digue de la NRL.

Ericka Bareigts s'exprime sur la mise à jour du schéma départemental des carrières. Regardez :

as/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Bruno, depuis son mobile, Posté
Que d ' argent gaspillé pour ce projet. Une fois la carrière terminée, il y aura un incinérateur pour nos déchets :80 à 100 millions à se partager par élu et bonjour les cancers. Il y a un procédé plus simple et moins coÃ"teux : c'est le procédé CALCIOR. Il n'y a pas de flamme et avec peu de fumée. Le plus cher, ce sont les adjuvants .De plus, ce sont des petites unités démontable à gogo .Un camion poubelle qui arrive à 8 heures avec son chargement ressort en compost à 16 heures Pour les curieux , regarder sur internet. pensons à nos enfants.
Dominique, Posté
Si cette carrière se crée, ça sera un véritable scandale car après toutes les enquetes publiques diligentees avec avis defavorable de la population, le référendum etc etc , on veut absolument passer en force. Il fallait y penser avant à l'approvisionnement de la NRL en andains!!!!!!