Le 974, français mais pas tant que ça :

Inscriptions, commandes, livraisons... la galère du code postal réunionnais


Publié / Actualisé
974. Trois petits chiffres qui relèvent parfois du parcours du combattant pour s'inscrire en ligne, effectuer une commande, se faire livrer... Les exemples ne manquent pas quand il s'agit de lister toutes les galères liées au fait de vivre dans les DOM. Certaines entreprises l'ont d'ailleurs bien compris et font en sorte, via des services extérieurs, de faire passer La Réunion comme pays à part entière et non comme un département français, pour être sûres que les clients paieront les frais de port liés à leur statut ultramarin, et donc des frais bien plus élevés qu'en Métropole. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)
974. Trois petits chiffres qui relèvent parfois du parcours du combattant pour s'inscrire en ligne, effectuer une commande, se faire livrer... Les exemples ne manquent pas quand il s'agit de lister toutes les galères liées au fait de vivre dans les DOM. Certaines entreprises l'ont d'ailleurs bien compris et font en sorte, via des services extérieurs, de faire passer La Réunion comme pays à part entière et non comme un département français, pour être sûres que les clients paieront les frais de port liés à leur statut ultramarin, et donc des frais bien plus élevés qu'en Métropole. (Photo d'illustration rb/www.ipreunion.com)

Le principe était simple au départ : céder un véhicule en ligne. C'est ce qui est arrivé à Canelle et Léo lorsqu'ils ont quitté La Réunion pour faire leur tour du monde. Au moment de vendre leur voiture, il a fallu, comme le veut la loi, passer par le site officiel du gouvernement dédié à ce type de démarches administratives. Impossible - ou illégal - de céder un véhicule sans en faire la déclaration en direct sur internet.

Mais au moment de valider l'adresse des acheteurs... surprise... le code postal n'est pas reconnu. Ou plutôt si : il associe bien le 97411 à Saint-Paul, propose un changement d'adresse plus précis, mais ensuite, impossible de valider. La manoeuvre fut recommencée encore et encore, avec des variantes pour tenter de déjouer le bug, mais rien à faire. Léo a fini par proposer ce qui semblait alors absurde au départ : valider en première étape "autre pays" plutôt que "France". Et là, miracle... aucun problème, l'adresse a pu être validée.

Cet exemple rejoint beaucoup d'autres, qui attestent d'une vérité vécue au quotidien par les Réunionnais : le 974 est un département français, mais il n'est pas vraiment "en France". En tout cas, géographiquement parlant, il est bien loin de la Métropole, et cela se ressent notamment sur internet quand il faut s'inscrire ou commander en ligne.

Nous en avons fait l'expérience nous-mêmes. D'abord en s'inscrivant sur un site éducatif. Très utile pour les professeurs de La Réunion, il permet de récolter des annales d'examens (brevet, bac...) afin de préparer ses cours. Au moment de s'inscrire, obstacle : la catégorie des départements français s'arrête au 95. Après le Val d'Oise, plus rien. Les Outremer étaient alors complètement occultés. Pas le choix, il faut dans ce cas faire semblant d'appartenir à un département français, en l'occurrence un département métropolitain.

Dans le cas de ce site, aucune livraison n'était pourtant à prévoir, il s'agissait uniquement de récupérer des documents numérisés.

Frais de port plus élevés

Autre expérience du même type, mais cette fois dans le cas d'une livraison. Nous avons comparé notre expérience avec une autre cliente. Il s'agissait cette fois d'acheter plusieurs vêtements en ligne, via un site peu cher et donc aux prix très attractifs. Ce type de sites afflue d'ailleurs sur les réseaux sociaux, sous la forme de contenu sponsorisé. Argument de vente supplémentaire : la livraison gratuite passés les 40 euros d'achat. Une fois le panier plein - et dépassant les 40 euros demandés - il est l'heure de rentrer son adresse de livraison.

Quelle ne fut pas notre déconvenue en découvrant que les frais de port, au lieu d'être gratuits... s'élevaient à 13,40 euros ! Et faisant donc monter le panier à près de 60 euros au total. La comparaison avec la seconde cliente fut tout aussi surprenante. Elle fut plus maligne que nous. Alors qu'au moment de rentrer l'adresse, nous avions saisi directement "Réunion", elle avait saisi "France" puis rentré le code postal manuellement. Une astuce pour "détourner" les frais de port supplémentaires liés à la localisation de La Réunion, bien éloignée de la Métropole. Résultat : 0 euro de frais de port, comme promis par le site.

Si cette astuce est bien sûr critiquable, car elle pénalise les vendeurs, elle peut cependant paraître beaucoup moins immorale quand il s'agit, comme dans notre expérimentation, d'un site américain, affichant des prix en dollars. Pourquoi faire une différence entre la France hexagonale et La Réunion dans ce cas ? Mystère.

En septembre dernier, nous expliquions aussi que commander sur la boutique en ligne de l'Elysée se faisait sans frais de port pour les Métropolitains et les Corses, mais pas pour les Ultramarins, qui devait débourser la coquette somme de 49 euros simplement en frais de port pour une livraison sous 72h.

Lire aussi : Pour l'Elysée, il y a la France... et les Outre-mer

En mai, plusieurs députés avaient d'ailleurs signé une proposition de loi suggérant de supprimer la différence entre les prix des colis postaux en métropole et en Outre-mer.

Lire aussi : Colis postaux en Outre-mer : une proposition de loi pour harmoniser les prix avec l'Hexagone

Les codes postaux des Outremer "filtrés"

Nous découvrirons par la suite que certains entrepreneurs ou gérants de sites web investissent d'ailleurs dans des modules payants qui permettent de "filtrer" les codes postaux des Outremer. Ainsi, c'est ce type d'outil qui empêche les internautes de sélectionner "France" comme pays s'ils mettent un code postal commençant par 97. A l'inverse, si les internautes choisissent directement la catégorie "France", ils ne peuvent pas mettre leur code postal.

La raison est simple : les prix de livraison ne sont pas les mêmes si l'entreprise se trouve en métropole.

L'un des sites proposant de filtrer les adresses des DOM présente les choses de cette façon : "la gestion des DOM-TOM n’est pas des plus aisées (...), d’autant plus que les clients auront naturellement tendance à sélectionner la France comme pays alors que leur adresse correspond aux DOM-TOM". Pourtant, les Réunionnais, autant que les Picards ou les Bretons restent des Français. Logique donc de sélectionner "France" lors d'une commande en ligne.

Ce site propose donc d'acheter ce module au prix de 25 euros, qui "détecte automatiquement si l’adresse est située dans les DOM-TOM et si le pays sélectionné est la France. Si c’est le cas, l’adresse du client n’est donc pas valide et ne devrait pas être enregistrée. Le module bloque alors l’enregistrement et affiche un message d’erreur, demandant au client de corriger l’erreur. Aucune adresse à l’origine dans les DOM-TOM et sélectionnée comme étant en France ne pourra être enregistrée (...) le client devra sélectionner le pays correspondant."

On le voit, habiter dans le 974 n'est pas de tout repos. Et c'est sans parler des sites sur lesquels il est impossible de commander, même pour les grandes sociétés de e-commerce réputées, connues et utilisées au quotidien en Métropole. Côté livraison, les entreprises ont compris que La Réunion n'était pas un département comme les autres... quitte à transformer artificiellement et virtuellement les DOM en pays à part entière.

mm/www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

2 Commentaire(s)

Yaris , Posté
Une seule solution : faire ses courses sur ALIEXPRESS ils ne font pas la différence
Tijacrun, Posté
En parfait accord avec l'article. Mais je pense que la poste locale est aussi à épingler car bcp de retard dans la distribution du courrier; Je suis abonné à plusieurs revues hebdomadaires et la dernière reçue remonte au ... 27 juin. Merci la poste .....