Amérique du Sud :

L'Amazonie ravagée par des incendies à répétition


Publié / Actualisé
On l'appelle le "poumon vert de la planète". Pourtant l'Amazonie est en train de brûler, en proie aux flammes qui dévore la plus grande forêt du monde. Depuis le début de l'année, les incendies se sont multipliés. L'Institut national de recherche spatiale (INPE) en dénombre 72.843 depuis janvier 2019, soit une augmentation de 83% des feux de forêts. Les incendies ont été tellement importants récemment que Sao Paulo, première métropole du Brésil, a été plongée dans le noir en plein jour, recouverte d'un nuage dense dû à des feux de forêts qui se trouvaient pourtant à des milliers de kilomètres. (Photo d'archives AFP)
On l'appelle le "poumon vert de la planète". Pourtant l'Amazonie est en train de brûler, en proie aux flammes qui dévore la plus grande forêt du monde. Depuis le début de l'année, les incendies se sont multipliés. L'Institut national de recherche spatiale (INPE) en dénombre 72.843 depuis janvier 2019, soit une augmentation de 83% des feux de forêts. Les incendies ont été tellement importants récemment que Sao Paulo, première métropole du Brésil, a été plongée dans le noir en plein jour, recouverte d'un nuage dense dû à des feux de forêts qui se trouvaient pourtant à des milliers de kilomètres. (Photo d'archives AFP)

Les incendies se multiplient dans l'Amazonie. Les départs de feux se comptent maintenant en milliers et les pompiers peinent à freiner la progression des flammes. Selon l'INPE (Institut national de recherche spatiale), la déforestation en juillet 2019 a été quasiment quatre fois supérieure dans cette forêt qu'en juillet 2018.

Les fumées noires ont poussé jusqu'à Sao Paulo, capitale économique du Brésil, plongée dans le noir en pleine journée à cause des incendies.

Consternation sur les réseaux sociaux

Les feux de forêts dans l'Amazonie ont presque pris une tournure virale sur les réseaux sociaux. Le hashtag #PrayForAmazonas ("Priez pour l'Amazonie") est devenu l'un des plus populaires sur Twitter et de nombreux internautes se sont émus de l'état actuel de la forêt.

 

 

 

 

 

Polémique engendrée par Bolsonaro

Le président brésilien Jair Bolsonaro a lancé toute une polémique, après avoir accusé sans aucune preuve les associations écologistes. Il a estimé qu'il pourrait s'agir "d'actions criminelles de ces ONG pour attirer l'attention contre ma personne".

Ses déclarations ont provoqué un vrai tollé, alors que les scientifiques accusent justement le président des incendies, la déforestation massive de l'Amazonie pouvant être en grosse partie responsable de ces départs de feux.

Paulo Moutinho, chercheur à l'Institut de recherche environnementale sur l'Amazonie, réfute d'ailleurs ses accusation dans une interview accordée à l'AFP. "La déforestation explique la majorité des incendies. Historiquement, ils sont liés à l'avancée de la déforestation, conjuguée à des périodes de saison sèche intense. Mais en 2019 nous n'avons pas une sécheresse aussi sévère que lors des années précédentes, or il y une hausse substantielle des incendies. Tout indique donc que la saison sèche n'est pas du tout le facteur prédominant" a-t-il indiqué.

Lire aussi: Amazonie: la déforestation est la "cause principale" des incendies selon un chercheur

www.ipreunion.com/redac@ipreunion.com

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !