Au 1er novembre :

Hydrocarbures : les prix du sans plomb et du gaz augmentent, celui du gazole stagne


Publié / Actualisé
Ce mercredi 30 octobre 2019, la préfecture publie les prix maximum des hydrocarbures à partir du 1er novembre 2019. Après avoir pris deux centimes le mois dernier, le sans plomb augmente, cette fois d'un centime pour arriver à 1,47 euro le litre. Le montant du prix du litre gazole reste inchangé, 1,14 euro le litre tandis que la bouteille de gaz passe à 17,01 euros alors qu'elle était à 16,15 au mois d'octobre. Le communiqué complet de la préfecture ci-dessous.
Ce mercredi 30 octobre 2019, la préfecture publie les prix maximum des hydrocarbures à partir du 1er novembre 2019. Après avoir pris deux centimes le mois dernier, le sans plomb augmente, cette fois d'un centime pour arriver à 1,47 euro le litre. Le montant du prix du litre gazole reste inchangé, 1,14 euro le litre tandis que la bouteille de gaz passe à 17,01 euros alors qu'elle était à 16,15 au mois d'octobre. Le communiqué complet de la préfecture ci-dessous.

Les prix des produits pétroliers et gaziers à La Réunion sont fixés en application des dispositions du code de l’énergie. Le mécanisme de réglementation des prix des carburants qui en résultent permet de se conformer aux conditions réelles du marché et d’assurer la transparence sur la formation des prix hydrocarbures.

Un contexte international qui entraîne une faible fluctuation des prix des carburants et une hausse du gaz

Sur les 15 premiers jours ouvrés du mois d’octobre, on constate une évolution des cotations moyennes des carburants orientée à la hausse pour le supercarburant (+ 1,55 %) par rapport au mois précédent et à la baisse (- 0,72 %) pour le gazole.

En ce qui concerne le gaz, la cotation mensuelle du BUTANE augmente à 435 $/TM. La cotation du Propane augmente également.
Par ailleurs, une baisse du fret (pour les carburants) de 2,68 % a été observée sur la même période.

De plus, à la suite d’une baisse de l’euro par rapport au dollar, la moyenne des parités sur 15 jours ouvrés s’établit à 1,1019 $ pour 1 € pour le gaz comme pour les carburants. Ce paramètre impacte le prix de vente du gaz (+1 ct) mais pas celui des carburants.

Les marges de gros ainsi que les marges de détail ainsi que les frais de passage qui sont fixées par arrêté préfectoral restent pour leurs parts inchangées.

Il en découle ainsi :

- Pour le sans plomb
Le prix public est en hausse à 1,47 €/litre (+ 1ct)
. Cette évolution s’explique essentiellement par la hausse de la cotation.

- Pour le gazole
Le prix de vente est inchangé à 1,14 €/litre
. Comme pour le SSP, le fret est en baisse et la parité se déprécie.

- Pour le gaz
Le prix final de la bouteille est en hausse à 17,01 €
. Cette évolution s’explique par la hausse des cotations mensuelles (+20,75 % en cumulé) un peu amplifiée par l’affaiblissement de la parité Euro/Dollar qui contribue à augmenter le prix final. Le contrat de fret est inchangé. On retient toujours le prix le plus bas communiqué par les opérateurs.

   

2 Commentaire(s)

Vive manu!, Posté
et là on vient nous bassiner de protection de l'environnement avec le prix du carburant le plus polluant (bien sur les nouveaux véhicules polluent moins mais pas les PL et les anciennes voitures) qui est le gazole! certains politiciens égocentriques torpillent des projets de transports moins polluant (tram-train, run-rail) qui réduiraient le trafic autoroutier!
Papillon diurne, Posté
Comme il n'y aucune concurrence ici (SRPP et point barre ), l'État devrait fixer non pas un prix plafond mais davantage un prix plancher obligatoire. L'énergie étant à la base de notre modèle de société (encore plus dépendante dans un milieu fermé en insularité ), ce n'est acceptable de faire du profit sur dos des plus démunis (42% de pauvres ).
Que fait-il, notre jeune président de la République et surtout que font nos onze petits parlementaires?