La Réunion veut en être :

L'expérimentation du zamal thérapeutique prévue pour septembre


Publié / Actualisé
L'expérimentation du cannabis thérapeutique en France devrait débuter en "septembre" c'est ce qu'a annoncé la directrice ajointe de l'Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) ce mercredi 22 janvier 2020 lors des premières auditions de la mission d'information parlementaire sur le cannabis. 3000 patients atteints de maladies graves sont concernés par cette expérimentation qui devrait durer deux ans. A priori, plusieurs départements français devraient accueillir les phases de tests mais pour le moment, les "territoires cobayes" n'ont pas encore été désignés. Quoi qu'il en soit à La Réunion, les acteurs mobilisés autour de la question du zamal thérapeutique se préparent depuis plusieurs mois et font des appels du pied au gouvernement pour que notre île fasse partie des territoires sélectionnés.
L'expérimentation du cannabis thérapeutique en France devrait débuter en "septembre" c'est ce qu'a annoncé la directrice ajointe de l'Agence nationale de sécurité du médicament (Ansm) ce mercredi 22 janvier 2020 lors des premières auditions de la mission d'information parlementaire sur le cannabis. 3000 patients atteints de maladies graves sont concernés par cette expérimentation qui devrait durer deux ans. A priori, plusieurs départements français devraient accueillir les phases de tests mais pour le moment, les "territoires cobayes" n'ont pas encore été désignés. Quoi qu'il en soit à La Réunion, les acteurs mobilisés autour de la question du zamal thérapeutique se préparent depuis plusieurs mois et font des appels du pied au gouvernement pour que notre île fasse partie des territoires sélectionnés.

"Septembre, c’est demain, c’est très proche" a indiqué Christelle Ratignier-Carbonneil, la directrice adjointe de l’Ansm... Même pas neuf mois. Compte tenu de ce délai très court, l'organisme envisage "plutôt d’avoir recours à des producteurs étrangers" pour fournir le cannabis nécessaire, car la législation française interdit actuellement la culture des plants contenant des taux supérieurs à 0,2 % de THC (tetrahydrocannabinol, l’un des principes actifs de la plante).

Toutefois, la porte n'est pas fermée "si un producteur national est en capacité de répondre aux critères (…) , il pourra être retenu", a précisé Christelle Ratignier-Carbonneil, en ajoutant que des réflexions sont actuellement en cours entre le ministère de la santé et celui de l’agriculture pour permettre une production française. "Notre seul objectif reste la qualité des produits qui doivent être mis à la disposition des patients."

Ces 3000 patients consommeront du cannabis sous forme d'huile ou de fleurs séchées: la voie fumée a été écartée à cause des effets nocifs de la combustion sur la santé. Le cannabis thérapeutique leur sera prescrit "en dernière intention", a rappelé Mme Ratignier-Carbonneil, c'est-à-dire en cas d'échec des autres traitements existants pour les soigner. Et les patients concernés pourront bénéficier du cannabis gratuitement, a-t-elle précisé.

Cette expérimentation doit être menée dans plusieurs centres hospitaliers en France, en particulier dans les centres de référence pour les pathologies concernées: certaines formes d'épilepsies, de douleurs neuropathiques, d'effets secondaires de chimiothérapie, de soins palliatifs ou de scléroses en plaques.

Pourquoi pas à La Réunion ?

L’année dernière, plusieurs réunions entre la Chambre d'Agriculture, l'Association Chanvre Réunion et l'Armeflhor ont eu lieu. L'occasion pour les acteurs de définir ensemble les détails techniques au cas où La Réunion deviendrait terre d'expérimentation. C'est d'ailleurs ce que tous ces acteurs réclament au gouvernement, l'île étant une terre favorable pour y faire pousser du zamal. Olivier Fontaine, secrétaire général de la chambre d’Agriculture est bien décidé à faire de La Réunion un territoire privilégié de la culture du zamal thérapeutique "je profiterai du salon de l'agriculture en février prochain pour interpeller les politiques sur le sujet". Pour l'élu, La Réunion est prête, cela ne fait aucun doute "il y a un réel engouement des agriculteurs pour cultiver le cannabis. Aujourd'hui, ils ont envie de se diversifier et pourquoi pas avec une culture moins traditionnelle."

Mais il faut un cadre, comme expliquer plus haut, la culture des plants contenant des taux supérieurs à 0,2 % de THC est interdite. "Si La Réunion était choisie pour faire partie des départements d'expérimentation, cela donnerait un cadre légal. Évidemment, la chambre d'Agriculture soutiendrait le projet. Et si les tests sont concluants, cela donnerait une valeur ajoutée à notre territoire, La Réunion pourrait alors être une destination privilégiée" avance Olivier Fontaine.

Lire aussi : zamal thérapeutique : la Chambre d'Agriculture prépare le terrain

Lire aussi : des joints sur ordonnance... pourquoi pas ?

Mais pour le moment, on n'en est pas encore là... La finalité de cette expérimentation est déjà connue, à  l'horizon 2022, si le test a été concluant, après consultation des médecins et étude des dossiers de suivi des patients, il reviendra au gouvernement de décider d'une éventuelle généralisation du cannabis thérapeutique en France.

www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

   

3 Commentaire(s)

Frank, Posté
Moi je fumé pas zamal et j aime bien la plante
JS, Posté
Un test??? Il y a déjà eu des dizaines ailleurs avec des résultats plus que concluant. Alors, soit le Français est une espèce à part de quelque origine soit-il, soit on nous prend pour des cons.....Si c'est la première il y a là un terrain de recherche bien plus vaste sur les mutations génétiques engendrées par la nationalité française :p . Cependant je penche plus pour la seconde.
Tafouak, Posté
[ Pour l'élu, La Réunion est prête, cela ne fait aucun doute "il y a un réel engouement des agriculteurs pour cultiver le cannabis.] C'est entièrement faux la Réunion n'est absolument pas prête. Il n'y a aucune structuration professionnelle sur l'île. Aucune unité de transformation que ce soit pour du chanvre ou du cannabis thérapeutique. Pas un agriculteur n'est équipé pour semer même pire récolter le matériel. Alors qu'en Europe les structures existent déjà pour la production de chanvre et de ses dérivés, la création variétale et les structures pharmaceutiques sont déjà présentent. Donc à part avoir un terroir ultra spécifique et thc d'une très grande qualité on regardera passer le train.