Fausse bonne nouvelle :

Le chômage passe de 24% à 21% en raison d'une population active qui diminue


Publié / Actualisé
En 2019, à La Réunion, le taux de chômage s'établit à 21 %, en baisse de 3 points par rapport à 2018. Cette baisse ne s'accompagne pas d'une augmentation du taux d'emploi, mais de sorties plus fréquentes du marché du travail. Ainsi, pour la quatrième année consécutive, la population active diminue : le taux d'activité recule de 4 points pour s'établir à 59 % en 2019. Entre 2015 et 2018, c'est la bascule des personnes en emploi vers le halo autour du chômage qui avait conduit à la diminution de la population active. En 2019, ce sont les chômeurs qui s'éloignent du marché du travail en étant de plus en plus nombreux à être personnes au foyer ou retraitées. Cette baisse de l'activité touche les hommes comme les femmes, ainsi que les différentes tranches d'âge. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'Insee.
En 2019, à La Réunion, le taux de chômage s'établit à 21 %, en baisse de 3 points par rapport à 2018. Cette baisse ne s'accompagne pas d'une augmentation du taux d'emploi, mais de sorties plus fréquentes du marché du travail. Ainsi, pour la quatrième année consécutive, la population active diminue : le taux d'activité recule de 4 points pour s'établir à 59 % en 2019. Entre 2015 et 2018, c'est la bascule des personnes en emploi vers le halo autour du chômage qui avait conduit à la diminution de la population active. En 2019, ce sont les chômeurs qui s'éloignent du marché du travail en étant de plus en plus nombreux à être personnes au foyer ou retraitées. Cette baisse de l'activité touche les hommes comme les femmes, ainsi que les différentes tranches d'âge. Nous publions ci-dessous le communiqué de l'Insee.

En 2019, 71.000 personnes sont au chômage au sens du Bureau international du Travail (BIT) à La Réunion, soit 21 % de la population active. Le taux de chômage diminue de 3 points par rapport à 2018, mais reste largement supérieur à la moyenne française (8,4 %). Cette baisse du chômage ne s’accompagne pas pour autant d’une augmentation du taux d’emploi : comme en 2018, 46 % des personnes âgées de 15 à 64 ans sont en emploi en 2019. La baisse du chômage conduit donc à une baisse du taux d’activité, qui recule pour la quatrième année consécutive.

Il passe ainsi de 63 % en 2015 à 59 % en 2019, très en deçà du taux d’activité en métropole (72 %). En 2019, 331.000 personnes âgées de 15 à 64 ans sont en emploi ou au chômage et forment la population active. Elles sont 20 000 de moins qu’en 2015 (figure 1).

- L’activité diminue quel que soit le sexe ou l’âge de la personne -

Le taux d’activité des hommes âgés de 50 à 64 ans diminue particulièrement, passant de 66 % en 2015 à 60 % en 2019 (figure 2). Ils sont notamment plus rarement en emploi.

Les jeunes hommes de 15 à 29 ans sont eux aussi touchés par cette baisse de l’activité : leur taux d’activité passe de 51 % à 47 %. Leur taux d’emploi n’a pourtant pas baissé sur la période, mais ils sont de plus en plus nombreux à ne plus souhaiter travailler ou à ne plus faire de démarche active de recherche d’emploi.

Quant aux femmes, leur taux d’activité baisse pour la première fois depuis 2010 : il est de 54 % en 2019. Entre 2001 et 2010, elles s’étaient massivement portées sur le marché du travail.

Leur taux d’activité avait progressé de 8 points sur la période pour atteindre 56 % en 2010, restant toutefois loin derrière celui des femmes de métropole (69 % en 2019). De plus en plus de femmes ou d’hommes au foyer En 2019, 230 000 personnes âgées de 15 à 64 ans sont considérées comme inactives sur le marché du travail, soit 13 000 de plus par rapport à l’année précédente. La plupart de ces personnes ne souhaitent pas travailler : elles sont soit étudiantes, soit retraitées ou hommes ou femmes au foyer.

À La Réunion, 11 % des personnes en âge de travailler sont en étude ou en formation, une part comparable à la métropole (10 %) et qui est stable ces dernières années (figure 3).

Les autres personnes ne souhaitant pas travailler sont majoritairement des personnes au foyer. Leur part a augmenté de 3 points depuis 2015 pour atteindre 19 % en 2019. Cette part est en hausse pour les deux sexes, bien qu’on compte plus de femmes que d’hommes parmi les personnes au foyer ou retraitées : 14 % pour les hommes et 23 % pour les femmes (figure 4).

Cette hausse des inactifs au foyer est particulièrement importante chez les jeunes hommes (+ 4 points depuis 2015). Les raisons les plus souvent évoquées pour expliquer le souhait de ne pas travailler sont les problèmes de santé (29 % des personnes au foyer) et le fait de s’occuper d’enfants ou d’une personne dépendante (21 %). Aussi, 15 % indiquent avoir déjà pris leur retraite. 11 % des personnes au foyer se disent découragées : elles pensent qu’il n’y a pas de travail disponible pour elles. Parmi les personnes au foyer, 26 % n’ont jamais eu aucune expérience professionnelle, soit trois fois plus qu’en métropole.

Certains inactifs souhaitent travailler, mais la plupart d’entre eux n’effectuent pas de recherche active d’emploi : ils constituent le halo autour du chômage. En 2019, en plus des 71 000 chômeurs, 63 000 personnes âgées de 15 à 64 ans sont sans emploi et souhaitent travailler. Ce halo augmente légèrement depuis 2015 : 11 % des personnes en âge de travailler sont dans le halo en 2019, soit 1 point de plus qu’en 2015. L’augmentation est surtout marquée chez les hommes de 50 à 64 ans. En 2019, ils sont ainsi aussi souvent que les femmes du même âge à relever du halo autour du chômage (11 % des hommes contre 10 % des femmes), alors qu’en 2015 leur part était moins importante (7 % des hommes contre 9 % des femmes).

Par ailleurs, le halo augmente aussi davantage pour les jeunes hommes (+2 points depuis 2015) : 11 % d’entre eux sont dans le halo autour du chômage, contre 13 % pour les jeunes femmes. Le découragement est fréquemment évoqué pour expliquer l’absence de démarche active d’emploi ; il est à lier à l’importance du chômage de longue durée qui concerne six chômeurs sur dix sur l’île.

- Les femmes et les jeunes davantage en situation de sous-emploi -

En moyenne en 2019, 29 000 personnes sont en situation de sous-emploi à La Réunion, soit 11 % des personnes en emploi. La part du sous-emploi a baissé d’un point depuis 2015. Le sous-emploi inclut essentiellement des personnes à temps partiel souhaitant travailler davantage et disponibles pour le faire. Il concerne davantage les jeunes (20 %) et les femmes (15 %).

   

Votre avis nous intéresse, soyez le premier à vous exprimer !